Archives par mot-clé : Inégalités

Just the Wind, la société hongroise confrontée à elle-même

C’est avec beaucoup de méfiance que je suis allé voir Just the Wind. Bien que je sois très sensible à la situation des Roms en Europe centrale et particulièrement en Hongrie, j’ai tendance à me tenir éloigné des récits, des reportages, des films qui versent soit dans le misérabilisme, soit dans la compassion excessive. Par ailleurs, je me suis vite agacé de l’engouement de la critique pour un film basé sur des faits divers tragiques certes, mais n’étant quand même pas représentatifs du quotidien de nombreuses familles tsiganes. Il faut que l’on se le tienne pour acquis : la Hongrie n’est pas ce pays de fascistes où l’on tue du rom à tous les coins de rue, ce n’est pas cette semi-dictature où le racisme est institutionnalisé à tous les niveaux de l’administration. Ces précisions sont nécessaires dans la mesure où le traitement récent de l’actualité hongroise a généré chez une partie significative de la population française des sentiments analogues à ce qui vient d’être décrit. Ce film de Bence Fliegauf arrive à point nommé car il offre une fenêtre de compréhension salutaire sur la société hongroise.

Le premier aspect positif de ce film, c’est qu’il parvient quand même à illustrer avec une réelle efficacité esthétique et un ton très juste la situation de nombreuses familles roms en Hongrie. Un grand-parent malade, sur lequel toute la famille veille, comme c’est souvent le cas dans les familles hongroises ; une mère qui complète son salaire de femme de ménage en devant travailler au rabais pour la collectivité ; une jeune adolescente qui partage les aspirations des gens de son âge et qui veille avec sévérité mais bienveillance sur son petit frère, qui sèche obstinément les bancs de l’école pour traîner autour de la maison et glaner ça et là de quoi aménager sa cache secrète. Autour d’eux, au rythme d’une journée ordinaire, prennent place d’autres protagonistes qui représentent tous autant qu’ils sont la diversité de cette Hongrie rurale, où le racisme ordinaire traduit une réelle détestation de soi.

Le deuxième point positif, c’est l’habileté du réalisateur à restituer l’épaisseur du contexte local. Des personnages discrets mais décisifs, des figurants parfois, viennent ainsi éclairer ponctuellement d’autres éléments de compréhension de la scène villageoise et nuancer la vision manichéenne dans laquelle on tend parfois à s’engouffrer. Comme si le réalisateur cherchait systématiquement à sauver les uns et les autres, en renvoyant les discours univoques à leurs contradictions. Les lignes de fracture ne sont pas entre les Roms et les autres ; elles se situent à l’intérieur des catégories pré-établies, elles se révèlent parfois dans la psychologie de chaque personnage. Ce film ne cherche pas à dénoncer unilatéralement, mais à donner à voir, à comprendre, pour interpeller la société hongroise dans son ensemble et tenter de l’amener à prendre conscience de cette déliquescence sourde. Avec parfois quelques sursauts d’humanité, qui laissent un peu de place à l’optimisme, et dans lesquels les uns et les autres trouvent de la respiration.

Le troisième et dernier point positif, c’est la façon dont le film parvient à brosser un portrait de la société hongroise dans laquelle les Roms sont entièrement partie prenante. Il met en exergue avec beaucoup de justesse la dimension éminemment sociale de la situation locale ; les stratégies de vie et survie, la façon dont chacun joue sa partition dans un contexte marqué par une crise qui dure depuis beaucoup trop longtemps ainsi que le caractère sclérosé d’une vision archaïque de la société. Il ne fuit pas non plus pour autant les sujets de fond : les inégalités entre les régions désindustrialisées de l’est et la capitale Budapest, l’inquiétant phénomène d’émigration vers l’Europe de l’ouest et l’Amérique du nord de la population active, la place inquiétante de l’extrême-droite dans certaines régions du pays et sa pénétration dans les consciences, y compris chez ceux qui sont censés garantir le respect de la loi.

Ce film doit être vu à la lumière de ces références. Il échappe à l’exotisme rassurant du « heureusement que c’est pire ailleurs » qui caractérise parfois la posture de nombreux Français, incapables de voir la dégradation de la situation sociale y compris dans leur propre pays. Ce film est salutaire pour comprendre la Hongrie d’aujourd’hui en peignant le portrait d’une société avant tout confrontée à elle-même. Les procédés de  réalisation n’enlèvent rien à la force du message. Bien au contraire.

Just the Wind (Csak a szél). Film hongrois de Bence Fliegauf avec Katalin Toldi, Gyöngyi Lendvai, Lajos Sárkány (1 h 33).

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Le temps révolu des Roms musiciens de Józsefváros

100 violons tziganes de Budapest

István et sa femme sont un couple de Roms hongrois vivant à deux pas de Teleki tér, le coeur de la partie populaire de Józsefváros. Dans leur rue, les hautes bâtisses cossues à coursives côtoient les fragiles constructions à un étage dans lesquelles vivent les catégories les plus pauvres du huitième arrondissement de Budapest. Eux vivent dans un immeuble de bonne tenue, propre et bien entretenu. Leurs voisins sont des étudiants, des retraités, des jeunes couples ou même des notables mieux installés. Leur appartement est accueillant, lumineux et chaleureux.

István est né dans la banlieue sud de Budapest, dans un petit village du comitat de Pest. Il a longtemps vécu dans les arrondissements de l’hyper-centre avant d’emménager dans le huitième arrondissement. Il vient d’une famille de musiciens. Lui-même joue du piano régulièrement dans quelques troquets de la capitale. Malheureusement, le travail vient à manquer. S’il reste bien quelques établissements à ambiance encore prisés par quelques touristes, les restaurants n’embauchent plus vraiment de musicien. Même Népszínház utca, la rue où l’on s’encanaillait à moindre frais à l’époque des grands ateliers Ganz, s’est vidée de toute sa vie nocturne. Seules les institutions culturelles roms qui y ont encore leur siège témoignent de ce passé pas si lointain.

Pour compenser le manque à gagner, certains musiciens se font employer sur des bateaux de croisière et laissent leur famille pendant plusieurs mois le temps de faire le tour de la Méditerranée. D’autres s’essaient au commerce de vieilleries ou d’antiquités. Parfois, le travail trouvé, comme par exemple gardien de parking, est strictement alimentaire. Entre les étals du marché en pré-fabriqués de Teleki tér, les vendeurs de légumes confirment le constat et regrettent le temps où les Roms musiciens avaient fait de Józsefváros un des centres les plus vivants de Budapest.

István cherche à vendre son appartement mais sa valeur sur le marché souffre de la mauvaise réputation du quartier. Il approuve la répression des sans-abris et regrette la situation engendrée selon lui par les autres Tziganes, venus la plupart des campagnes du nord-est de la Hongrie ou de Transylvanie. Il ne se sent rien de commun avec eux. Lui est un romungro, un magyartzigane. Il se définit avant tout comme hongrois et ne comprend pas très bien les discours sur l’unité de la nation rom. Il est ouvertement conservateur mais réfute toute forme de racisme envers qui que ce soit. Son angoisse est d’une autre nature. Il s’inquiète que sa fille fréquente les mauvais garçons de Lujza utca. Il n’a pas envie que sa famille glisse, qu’elle perde son statut et le prestige qui va avec.

Il réfute tout antitziganisme violent en Hongrie mais regrette la stigmatisation réelle dont souffrent les Roms dans son pays. Dans ce contexte, alors que la majorité de la population voit ses conditions de vie se dégrader, il craint que la situation empire. Son pessimisme est palpable. La Hongrie, autrefois la baraque la plus gaie du camp socialiste, n’a plus la joie de vivre. Incontestablement, c’est peut-être ça plus qu’autre chose qui indique que le temps des Roms musiciens est désormais révolu.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

(Afin de préserver l’anonymat des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête de terrain, les noms ont été modifiés)

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts