Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Le 8e arrondissement de Budapest, sans doute le plus vaste du centre-ville de la capitale hongroise, est souvent réduit dans les représentations à un quartier très pauvre, particulièrement dangereux, dans lequel les sans-abris côtoient les familles tziganes, où sévissent la drogue, la prostitution et le vol. Jusqu’aux vingt dernières années, la culture positive qui y était associée était celle des violonistes tziganes, considérés comme la bourgeoisie rom, souvent partis en tournée à travers le monde (les 100 violons tziganes de Budapest en font partie) ou gagnant leur vie en mettant l’ambiance dans les restaurants à touristes de la ville. Depuis le changement de régime et l’ouverture culturelle de la Hongrie, une transformation s’est cependant opérée au sein même du quartier, au cours de laquelle les plus jeunes générations ont délaissé le vieux folklore tzigane pour embrasser la culture hip-hop.

Dans Nyócker!, le hip-hop est omniprésent et entièrement approprié par les jeunes du quartier. A l’instar de la France ou des Etats-Unis, il se fonde à la fois comme l’expression d’une identité locale, celle du quartier et de ses habitants, mais aussi d’une identité internationale, celle d’une culture urbaine mondialisée, cristallisant la relégation sociale et spatiale d’une jeunesse désoeuvrée, transformant la contrainte de la rue en des codes sociaux positifs et légitimes. A l’échelle de Budapest, il ancre le quartier dans des représentations qu’Eszter György qualifie de « ludiques ». A l’échelle de la société hongroise, il permet de justifier la nouvelle place des populations pauvres des marges urbaines dans l’imaginaire culturel national, au risque de contribuer à l’ethnicisation des populations dites Roms et d’entretenir les frontières symboliques entre « majorité » et « minorités ». Enfin, à l’échelle mondiale, il positionne symboliquement ces quelques rues du 8e arrondissement dans la catégorie des quartiers de ségrégation urbaine, victimes comme les districts noirs américains ou les banlieues françaises de la roue de l’infortune de l’expansion spatiale du néo-libéralisme.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Pour aller plus loin :

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Crédit photographie : Matthieu Riegler, CC-by [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0) or CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la « fraternité d’armes » entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un « Sieg Heil ! » retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

A propos des Roms et de la statistique

En mars 2011, l’ERRC (European Roma Rights Center) publiait un rapport sur la « traite [des êtres humains] dans les communautés roms ». Intitulé « Breaking the Silence », ce rapport qui porte sur cinq pays d’Europe centrale et orientale (Roumanie, Bulgarie, République tchèque, Slovaquie et Hongrie), souhaite « attirer l’attention, tout en évitant la récupération politique et la stéréotypie » ( Foreword, p.1).
Dès l’introduction, les auteurs notent qu’« en dépit du manque de données officielles précises sur la traite et l’exploitation concernant les Roms, la présente recherche a documenté les perceptions répandues selon lesquelles les Roms étaient affectés par la traite des êtres humains et qu’ils étaient significativement sur-représentés parmi les personnes trafiquées dans certains pays » (p. 9). En effet, selon les résultats de l’étude, les Roms représenteraient, en 2010, « 50-80 % des victimes du trafic d’êtres humains en Bulgarie, jusqu’à 70 % dans certaines régions de la Tchéquie, au moins 40 % en Hongrie, environ 50 % en Roumanie et au moins 60 % en Slovaquie » (p. 11).
D’où proviennent ces données ? Sur quelle(s) base(s) sont-elles construites ?

Les auteurs ont mené une enquête de terrain entre février et avril 2010, rencontrant divers acteurs concernés par la question. Au total, 227 personnes ont été interviewées (soit un peu plus d’une dizaine par lieu d’enquête), parmi lesquelles : des officiers de police, des procureurs, des médiateurs de santé, des travailleurs sociaux, des représentants du gouvernement, des professionnels du secteur de la santé mentale et des enseignants. Par ailleurs, 26 informateurs privilégiés ont été interrogés, ainsi que 37 personnes ayant été elles-mêmes victimes de traite.
Par conséquent, les chiffres de ce rapport sur l’implication de Roms dans les activités de traite sont principalement construits à partir de déclarations faites par des individus au sein « des services de lutte contre la traite, [de] la police et [des] représentations du gouvernement » (p. 32). Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes, « [pour déterminer la proportion de Roms parmi les personnes impliquées dans le trafic d’êtres humains], les personnes enquêtées se sont basées sur leur jugement personnel, prenant éventuellement en compte des critères tels que les conditions de vie, la couleur de la peau etc. Bien que cela n’ait pas vraiment été indiqué par les personnes interviewées, il se peut que les préjugés habituels au sujet de l’implication des Roms dans des activités criminelles, aient influencé les réponses » (ibid.).
En d’autres termes, c’est uniquement sur la base de témoignages individuels, qui sont manifestement impressionnistes et peut-être influencés par les stéréotypes sur les Roms, que les auteurs de Breaking the Silence se sont fondés pour établir la « sur-représentation des Roms » dans la traite des êtres humains.

Quoi qu’on puisse penser de ce rapport, les remarques précédentes invitent à s’interroger sur le fait de recourir à l’approche statistique et quantitative quand il s’agit d’étudier la situation d’individus ou de groupes sociaux minoritaires et/ou en difficultés. En particulier, on peut se demander si l’approche statistique et quantitative ne risque pas de stigmatiser un peu plus les groupes désignés comme roms/tsiganes, d’exposer davantage ces derniers à la violence de la société et de ses institutions. Surtout si l’on tient compte des progrès actuels de l’anti-tsiganisme dans de nombreux pays européens sur fond de crise sociale, économique et politique.  Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier que les statistiques, en particulier les statistiques ethniques, peuvent servir de caution scientifique à la consolidation des stéréotypes existants. C’est en tout cas ce que souligne Cosima Rughinis dans un article publié en 2010 et intitulé : « Quantitative Tales of Ethnic Differentiation: Measuring and Using Roma/Gypsy Ethnicity in Statistical Analyses ».

Ces observations ne méritent-elles d’être considérées avec le plus grand soin, non seulement par les chercheurs et par les organismes de soutien aux Roms comme l’ERRC, mais aussi et plus largement par les institutions en charge des politiques de recherche et de l’inclusion des Roms, cela à l’échelle européenne aussi bien qu’au niveau national ?

Crédit illustration : Extrait page 113 de l’ouvrage hongrois A Cigányokról [Sur les Tsiganes]…, WLISLOCKI, Heinrich von. Digitalisé par la British Library, domaine public.

Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France.

Le dernier numéro de la revue Géocarrefour vient de paraître. Retrouvez les articles suivants :

• Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes : mobilités, régulations et marginalités – Tommaso Vitale et Olivier Legros

• « Nomads » in the Eternal City. Local policies and Roma participation in the « emergency » era / « Nomades » dans la Ville éternelle. Les politiques locales et la participation des Roms pendant « l’état d’urgence nomades » – Ulderico Daniele

• Soigner et démanteler. Mobilité forcée, politiques sanitaires et trajectoires individuelles dans les « campi nomadi » de Rome – Lorenzo Alunni

• Ce que tolérer veut dire. Une « quasi-exclave » habitée par des Roms aux portes de Milan (Italie) – Alice Sophie Sarcinelli

• L’action publique locale au défi de l’habitat des Roms à Florence (Italie) : en finir avec les campi nomadi. Variété et fragilité des expériences (années 1990 – 2000) – David Frantz
• Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil – Norah Benarrosh-Orsoni

• De Mitrovica à Troyes : l’itinéraire de Nedzmedin Neziri, président de l’URYD. Entretien – Régis Guyon et Nedzmedin Neziri

Retrouvez également les comptes-rendus :

• Fabrizio Maccaglia, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception – Paolo Molinari
• Cristina Bianchetti, Urbanistica e Sfera Pubblica – Denis Bocquet
• Les mondes de la mobilité, sous la direction de Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily – Olivier Pliez
• Regards sur la mondialisation migratoire et l’ouverture des frontières – Delphine Pagès el-Karoui

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris – Publié le 30/01/2012 à 17:01 Par l’AFP

 

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Quand il apparaît sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le policier roumain Gelu Manolescu, avec son uniforme marine frappé du sigle « Politia », produit toujours son effet: une poignée de jeunes Roumaines tourne brusquement les talons et se réfugie de l’autre côté de la Seine.

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Elles sont cinq à observer de loin ce policier roumain patrouiller en uniforme, avec deux collègues français, en plein coeur de la capitale. « Elles sont toujours un peu surprises », explique-t-il.

Depuis deux mois, M. Manolescu a pourtant eu le temps de se faire connaître. Comme 24 de ses collègues roumains, il fait quotidiennement le tour des lieux identifiés par la police comme susceptibles d’être touchés par la délinquance roumaine, essentiellement des sites touristiques comme Montmartre, le Trocadéro ou le Louvre. A 34 ans, M. Manolescu, qui a appris le français dès l’école primaire, a laissé femme et enfants en Roumanie pour cette mission. Ancien porte-parole de la police de Constanta (sud-est), deuxième ville du pays, il cumule 13 ans d’expérience. « dépasser la barrière linguistique » « On est ici pour accorder un soutien et assister directement les autorités françaises dans les affaires juridiques et la criminalité de droit commun qui implique les citoyens roumains », raconte-t-il. Les policiers français avec lesquels il patrouille acquiescent.

Cette coopération leur offre « une approche différente », disent-ils, ne serait-ce que pour « dépasser la barrière linguistique ». La nouveauté, c’est cette possibilité de communiquer: « Quand les policiers roumains sont là, ils discutent très bien » avec les Roumains interpellés, assure un policier français. Selon la préfecture de police de Paris, cette coopération est « une vraie réussite ». Elle a déjà permis de procéder à « près de 1.000 identifications » de Roumains sur la voie publique. « Le plus important, c’est d’établir qui sont ces personnes, avec qui elles rentrent (en France) et quelles sont leurs ressources », détaille M. Manolescu. Beaucoup des Roumains auquel il a eu affaire sont originaires de la ville de Videle (sud) à 70 km de Bucarest. Il s’agit souvent de jeunes mineures, âgées de 12 à 16 ans, arrivées en France « avec toute leur famille ». Les autorités françaises pointent régulièrement du doigt les membres de la communauté rom venus pour la plupart de Roumanie. La France avait été sévèrement critiquée à l’été 2010 lorsqu’elle avait annoncé sa volonté de démanteler les camps de Roms, pour renvoyer leurs occupants en Roumanie. A Notre-Dame, les « 10 à 15 Roumaines » présentes chaque jour, selon lui, sont connues pour des faits d’escroquerie à la charité publique, de mendicité agressive et de vols à la tire, parfois à l’intérieur même de la cathédrale.

M. Manolescu garde sur elles un oeil constant et s’arrête parfois quelques minutes pour les toiser du regard, veillant à ne pas émettre de préjugé dans ce jeu du chat et de la souris. « On ne stigmatise personne. On est ici seulement pour faire notre métier », dit-il en redressant sa casquette. Pendant ces deux mois, il assure n’avoir été confronté à aucune situation vraiment difficile. « Nous sommes bien respectés », affirme-t-il. M. Manolescu, qui n’était encore jamais venu en France, aimerait être de l’aventure si une deuxième collaboration de ce type venait à être organisée, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. « Nous avons collecté beaucoup d’informations dans la rue, que nous laissons à la disposition des autorités. Elles tireront leurs conclusions », dit-il.