Les Roms comme objet de recherche : les enjeux d’une nécessaire banalisation

Bien sûr, il n’y a pas que Manuel Valls qui se préoccupe des questions d’intégration à propos des Roms. Les scientifiques aussi…

Une polémique a éclaté en octobre dernier au sein de l’Université Corvinus de Budapest. De nombreux universitaires et personnalités engagés dans la lutte contre les discriminations envers les Roms, ont adressé une lettre au recteur de l’établissement pour lui demander le retrait de la bibliothèque universitaire d’un livre publié en 2009, intitulé Post-communist Europe and its National/Ethnic Problems: a course-pack. L’auteur de cet ouvrage, Géza Jeszenszky, ambassadeur, homme politique hongrois et par ailleurs professeur dans cette même université, y défend l’idée que l’essentiel du désarroi dans lequel est plongée la population rom, est largement imputable aux désordres mentaux eux-même attribués à  l’endogamie qui aurait cours au sein de nombreuses familles concernées. Cet évènement soulève plusieurs questions auxquelles sont confrontés les chercheurs du réseau Urba-Rom et, au delà de la légitime controverse politique qu’a fait naître l’ouvrage, il nous entraine à réfléchir sur nos propres pratiques scientifiques.

Un premier présupposé vient de l’usage de l’« endogamie », comme pratique qui placerait les Roms dans une position d’altérité absolue, à la fois culturelle et génétique, par rapport au modèle dominant en Europe occidentale. Cette rupture est bien sûr en grande partie fausse, les gadjé étant peut-être plus endogames qu’ils ne le disent  et les Roms bien moins; il s’agit bien plus d’une conception de soi que d’un fait social démontrable. Toutefois dans le texte de Jeszenszky, il s’agit d’une affirmation qui est inscrite sous le régime des évidences (sans démonstration), tout comme lorsqu’il affirme quelques lignes plus haut que les Roms sont « faciles à reconnaître par leurs cheveux et leur peau sombres ». Il nous semble que cette évidence  est d’abord guidée par une volonté farouche de dédouaner le politique de sa responsabilité en appuyant l’idée selon laquelle les structures familiales sont un élément déterminant dans la reproduction des situations de pauvreté. Cette opinion reste très ancrée chez les chercheurs et les experts de la « question rom », d’ailleurs  le professeur Jeszenszky a justifié, par la suite, son assertion par la littérature tsiganologique  sur le sujet.

Or, nous touchons ici le cœur du problème : si Géza Jeszenszky a pu engager sa légitimité de chercheur pour apporter une justification « anthropologique » à des situations de grande pauvreté,   et ainsi acter et accréditer des catégories de pensée tendant à faire des Roms une population forcément à part et de la « tsiganité » un être au monde marqué par le sceau de la typicité, c’est qu’il y a une responsabilité commune des chercheurs en sciences sociales dans la construction de ces catégories de pensée. De nombreuses traditions scientifiques, que ce soit en sociologie, histoire, anthropologie ou géographie, se sont longtemps imposées dans le champs académique par cette obsession du découpage et du classement : de ce point de vue, l’argument culturaliste (ou ethnoculturel) n’a bien souvent fait que prendre la place du racialisme, sans remettre en cause la logique même d’une telle construction savante de l’altérité. Ayant pour elle la marque du « bon sens », cette posture intellectuelle connaît encore une certaine résonance au sein de la société, mais elle n’en demeure pas moins scientifiquement infondée et, bien sûr, politiquement dangereuse.

Si la figure « Roms/Tsiganes » fait sens dans l’imaginaire européen depuis le 19ème siècle, elle reste un signifiant vide de sens en tant que tel.  Cela fait déjà longtemps que de nombreux chercheurs de terrain ont montré la limite des montées en généralité concernant différents groupes rattachés au forceps à cette catégorie, mais leur contribution reste encore trop peu connue par la société et les responsables politiques. Toutefois le refus de la généralisation par les spécialistes menant des études de cas sur des petits groupes sociaux, ne ferme pas la réflexion sur la responsabilité du chercheur. Sauf à refuser d’enquêter sur des pratiques jugées immorales par la société dominante, le chercheur de terrain prend toujours le risque de voir ses conclusions réutilisées à mauvais escient, car généralisées à tous les Tsiganes/Roms du monde.  Un exemple frappant de ce risque fut fourni en Italie il y a quelques années, dans un article de 1990 « Stealing from the gadjo. Some notes on Roma Ideology », Etudes et documents balkaniques et méditerranéens, vol. 15, 1990,  Leonardo Piasere et  Jane Dick Zatta font une analyse fine de l’économie morale du vol chez petit groupe de Slovensko Roma. Les deux anthropologues font bien attention de ne pas élargir leur propos aux “Roms/Tsiganes” mais, bien malgré eux, ils ont fourni une caution anthropologique à la montée en généralité politique du vol comme une activité culturelle commune à tous les Roms/Tsiganes. Il suffit de lire  les travaux de Barbagli, et en particulier  : Barbagli M., Immigrazione e criminalità in Italia, Il Mulino, 1998. p. 142, pour s’en assurer.
Il nous semble, et c’est une position commune autour de laquelle s’est construit le réseau Urba-Rom que c’est bien dans la banalisation des pratiques des groupes dits roms/tsiganes, autrement dit  dans une montée en généralité qui ne soit pas réservée aux « Roms » mais prenant en compte l’ensemble du monde social grâce à une posture comparatiste que réside sans doute la posture la plus pertinente face à l’antitsiganisme ambiant. Car elle permet de sortir des considérations artificielles et stéréotypées tout en repositionnant les phénomènes observés dans leur contexte politique, économique et social. Dans le cas qui nous intéresse, cela revient de toute évidence à envisager la responsabilité des autorités publiques dans la marginalisation des groupes dits « roms/tsiganes ». C’est justement cette responsabilité que Géza Jeszenszky a probablement tenté de minimiser en recourant à une approche culturaliste des populations marginalisées.

Crédit photographie : Sculpture « La Foule Illuminée » de Raymond Mason, installée sur l’Avenue McGill College à Montréal (Licence CC-BY-SA)

Un recensement des évacuations des lieux de vie des Roms

Chaque trimestre, Philippe Goossens, membre du bureau de l’AEDH e fait un recensement des évacuations de terrain de Roms en France en assorti d’un commentaire que nous publions ci-dessous :

« En dépit des discours d’ouverture, le gouvernement socialiste a développé dans la réalité une politique au moins aussi destructrice et nocive que ne l’avait fait le gouvernement précédent.

Il a exercé une pression sans précédent sur cette population : 66% du total des personnes évacuées en 2012 le fut sous son autorité durant les six derniers mois. De plus, le nombre de personnes évacuées durant le 3ème trimestre a battu tous les records (5 223 au 3ème trimestre 2012 comparé à 3 283 durant le même trimestre 2011). Le nombre de personnes ayant reçu une OQTF (1728 en 2012 comparé à 850 en 2011) est lui aussi en nette augmentation.

Les chiffres montrent que depuis la mise en application de la circulaire interministérielle le 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites », les choses n’ont pas changé : les personnes sont la plupart du temps tout simplement mises à la rue sans aucune solution alternative. Durant les six derniers mois, 63 évacuations forcées (sur un total de 97 pour l’année) ont été menées par les forces de l’ordre dont seulement 15 (sur un total de 19 pour l’année) l’ont été accompagnées d’une solution partielle de relogement (qui est très souvent nettement insuffisante et temporaire). Les activités et les pressions de l’OFII ne se sont pas relâchées (présence sur les terrains avec les forces de l’ordre avant et pendant les évacuations) et les rapatriements par charter se sont succédés à une cadence mensuelle jusqu’au mois de novembre.

Malgré des rappels à l’ordre très fermes de l’ONU, malgré les nombreuses protestations d’ONG françaises et internationales, tout indique que la politique menée par l’état français à l’égard des Roms est raciste et discriminatoire. Il suffit d’observer le nombre élevé de personnes évacuées de force par les autorités (9 404) par rapport au nombre estimé de Roms étrangers présents sur le territoire français (de 15 à 20 000). De fait, selon le Rapporteur Spécial de l’ONU sur les droits des migrants, François Crépeau, « l’objectif ultime semble être l’expulsion de France des communautés migrantes Rom »

Le recensement pour l’année 2012  est disponible en PDF :   http://urbarom.hypotheses.org/files/2013/01/Expulsions-forcées-année-2012.pdf

 

 

 

 

Fin de l’aide au retour?

Dans un article du monde du 8 décembre 2012 Manuel Valls annonce la fin de l’aide au retour pour les Roms (comprendre le volet aide au retour humanitaire, des aides  au retour de l’OFII). Le monde note ainsi que « Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, a annoncé vendredi 7 décembre qu’il avait « décidé de mettre fin à l’aide au retour » offerte aux Roms qui acceptent de rentrer dans leur pays d’origine. « Les ONG comme les associations, ici ou là-bas, considèrent qu’elle a des effets pervers. Nous allons changer un dispositif inopérant », a déclaré le ministre sans préciser de calendrier ».

Voir la suite de l’article sur le site du Monde

Et l’URSSAF chassa la Roumanie de L’Union Européenne

Mise à jour du 1er décembre 2012,
suite à cet article et sa reprise par le collectif Romeurope, l’Urssaf a modifié son site et ajouté les Roumains et Bulgares
.

Depuis quelques jours le site l’auto-entrepreneur géré par l’URSSAF a supprimé la Roumanie et la Bulgarie de la liste des pays de l’Union Européenne.
Le statut d’auto-entrepreneur est caractérisé par sa facilité et la dématérialisation de la procédure. Avec ce changement Le site renvoie la Roumanie aux pays autres
(hors UE) et le formulaire nécessite un numéro de titre de séjour afin de pouvoir poursuivre . Concrètement Les Roumains et les Bulgares ne peuvent plus s’inscrire au statut auto-entrepreneur sans titre de séjour.

Il s’agit à première vue d’une claire discrimination nationale entre citoyens de l’Union contraire au droit de l’Union Européenne. En visant la Roumanie et la Bulgarie, l’Urssaf doit se croire autorisée à appliquer une mesure de discrimination en vertu des mesures transitoires d’accès au marché du travail qui s’appliquent à ces deux Etats.

Que nous disent les textes ?
D’une part le Code de l’entrée et du sejour des étrangers et du droit d’asile dispose à sont article R121-16 I alinéa 4 que

« La carte de séjour des ressortissants mentionnés au deuxième alinéa (les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne soumis à des mesures transitoires par leur traité d’adhésion)  est délivrée dans les conditions et pour la durée prévues par l’article R. 121-13 ou par l’article R. 121-14 selon leur nationalité. Elle porte selon les cas la mention  » UE-membre de famille-toutes activités professionnelles  » ou  » UE-membre de famille-toutes activités professionnelles, sauf salariées « .

Une première lecture laisserait penser à la possibilité de demander un titre avant inscription au régime. Toutefois la Circulaire du 10 septembre 2010 contredit de front cette interprétation puisque précise que l’inscription au régime est le préalable à la demande de titre :

3.2.3.2. L’exercice d’une activité non salariée
Les ressortissants de l’UE relevant du régime transitoire ont la liberté d’exercer toute
activité non salariée de leur choix, dans les mêmes conditions que les nationaux. Ils doivent
pour ce faire accomplir les mêmes formalités et satisfaire aux mêmes exigences d’aptitude ou
de qualifications que les nationaux.
Carte de séjour délivrée
Pendant la période transitoire, ces ressortissants devront solliciter une carte de séjour
avant de commencer leur activité. Vous veillerez, afin de faciliter les démarches administratives préalables à l’exercice de leur activité, au nombre desquelles l’immatriculation au registre du commerce, au répertoire des métiers et, le cas échéant à un ordre professionnel, à leur remettre aussitôt un récépissé de demande de carte. Le titre remis devra porter la mention « CE – Toutes activités professionnelles sauf salariées ». Il sera d’une durée de cinq ans lorsque son détenteur aura été en mesure de justifier de la pérennité de son activité. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez limiter dans un premier temps la durée du titre de séjour.

Donc si on se place dans la logique de l’administration l’URSSAF doit inscrire au régime sous peine de placer les personnes dans l’impossibilité d’avoir accès au régime :  pas d’inscription pas de titre…. pas de titre pas d’inscription… et un tel vide lui serait une discrimination sanctionnée par les autorités européennes.

Sauf qu’en fait c’est le système qui est illégal. En effet, La cour administrative d’appel de Bordeaux avait mis à bas tout le système en jugeant dans une décision que CAA bordeaux 6 décembre 2011, n° 11BX00869,( Inédit au recueil Lebon) que l’obligation de titre CE pour l’exercice d’une activité indépendante est purement illégal car contraire au traités d’adhésion roumains et bulgares et à la directive 2004/38. Aucune différence ne devrait être fait ni à la préfecture ni à l’Urssaf entre un Belge et un Roumain, malgré le mythe tenace que la Roumanie ce n’est pas tout à fait l’Europe.

La situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Île-de-France, une référence indispensable sur la question

Dans son étude sur la Situation sanitaire des « Rroms migrants » en Île-de-France publiée en 2012, et disponible sur le site de l‘Observatoire Régionale de la Santé , la socio-démographe, Sandrine Halphen fait un état des lieux désormais indispensable pour tous ceux -travailleurs sociaux, professionnels de la santé, acteurs associatifs, acteurs politiques, chercheurs et simples citoyens – qui s’intéressent aux migrants roms en situation précaire dans la région-capitale et, plus largement, en France.

Le rapport est construit en trois parties. La première examine les « déterminants sociaux » de la santé des migrants roms en région parisienne en s’attachant à la fois à présenter les populations concernées, les difficultés d’accès aux droits (emploi, séjour, protection maladie) que ces dernières rencontrent, tandis que la seconde partie met davantage l’accent sur l’état de santé « très dégradé » des populations en question. Enfin, l’auteure s’attache à décrire les actions engagées par les pouvoirs publics pour remédier à cette situation tout en soulignant les freins à l’amélioration de leur situation sanitaire et sociale.

Parmi les idées fortes de cette étude, je retiendrai pour ma part le lien étroit que fait l’auteure entre les processus sociaux et politiques à l’origine de la grande précarité des migrants roms, d’une part, et l’état de santé des populations en question, d’autre part. « Les Rroms présentent surtout les caractéristiques sanitaires de l’exclusion » écrit en effet S. Halphen, qui précise à l’occasion la nature du lien entre précarité et (mauvais) état de santé. Pour la sociologue, ce lien réside notamment : dans le problème de l’accès aux soins et aux droits à la santé, qui peut résulter, entre autres choses, du refus de soins à l’égard des bénéficiaires la Couverture Maladie Universelle (CMU) par certains médecins ou professionnels de la santé ; dans le recours tardif aux soins, qui serait lié à l’absence d’ouverture de droits, aux « logiques de l’urgence » modifiant l’ordre des priorités des personnes, par exemple après une expulsion ; et dans l’inadaptation de dispositifs de soins, lesquels sont territorialisés ou « sectorisés » selon l’expression de l’auteure, alors que les migrants roms en situation précaire sont contraints à la mobilité, voire à l’errance à cause des évacuations de terrain qui ont pris une tournure systématique.

Un autre intérêt de l’étude réside à mon avis dans la comparaison des publics en situation de grande précarité. Dans quelle mesure les migrants roms se distinguent-ils d’autres publics en situation précaire ? Faut-il invoquer la culture ? Certainement pas selon la sociologue qui insiste plutôt sur les différences suivantes : l’absence de perspectives et de possibilités d’insertion pour les migrants roms en France, la stigmatisation et discrimination dans les pays d’origine favorisant l’instauration d’un sentiment de méfiance vis-à-vis des institutions ; et la méconnaissance des populations roms
par les professionnels sanitaires et sociaux qui vont alors « recourir à des explications culturalistes pour qualifier les comportements des populations rroms, niant par là-même les processus sociaux et politiques qui conduisent à ces comportements, aboutissant alors à des réponses parfoisinappropriées et/ou des traitements inéquitables » (p. 86).

Enfin, le travail de S. Halphen conduit à identifier quelques freins à l’amélioration de la situation sanitaire et sociale des migrants roms en situation précaire, à savoir les mesures de rejet (dont les réformes récentes de l’Aide médicale Etat qui restreignent l’accès aux droits à la santé) ; la crainte de l’ « appel d’air », souvent exprimée par les acteurs locaux et les contradictions au sein de l’action publique qui oscille en effet entre rejet et accompagnement des migrants roms en situation précaire.

Bien sûr, il est possible d’émettre quelques réserves à la lecture de cette étude. Le problème des sources peut ainsi être souligné dans cette étude comme dans tant d’autres travaux sur la question qui, en définitive, se basent en grande partie sur des sources associatives. S. Halphen le rappelle d’ailleurs volontiers : « les données disponibles sur la santé des populations rroms en Île-de-France [sont] issues dans leur quasi-totalité des interventions conduites par Médecins du Monde » (p. 71).En outre, on peut s’interroger sur la « mise en cohérence » des politiques que l’auteure appelle de ses vœux. Cette mise en cohérence ne risque-t-elle pas, en effet, d’aboutir à la généralisationde dispositifs d’hébergement et d’insertion qui, à défaut d’assurer l’insertion effective ou de renforcer l’autonomie des publics visés, soient surtout des instruments de gestion des mobilités et d’encadrement des personnes ?

Mais ces critiques sont minimes à côté de l’intérêt que représente cette étude. Solidement étayé par une cinquantaine d’entretiens réalisés dans la sphère institutionnelle et dans le milieu associatif,ainsi que par une recherche bibliographique et documentaire approfondie, le travail de Sandrine Halphen présente tout à la fois des synthèses et des pistes de réflexion sur l’état de santé des migrants roms en France aujourd’hui en Île-de-France, des informations nombreuses et actualisées
sur cette question mais aussi sur les politiques publiques et les pratiques administratives, ainsi que des éléments de comparaison avec les pays voisins.

Au terme de cette lecture rapide, la question est, me semble-t-il, de savoir ce que les commanditaires de ce travail, à savoir l’Etat (Préfecture de région d’Île-de-France et Direction régionale des affaires sanitaires et sociales- désormais Agence régionale de santé d’Ile-de-France) et le Conseil régional d’Île-de-France vont faire de ce rapport. En effet, celui-ci est très intéressant mais aussi quelque peu dérangeant car il met en avant le rôle et par conséquent la responsabilité des pouvoirs publics dans la dégradation de l’état de santé des migrants roms en situation précaire sur le territoire francilien.

La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

 

Simon Vouet, Diseuse de bonne aventure dal Pozzo, 1617

 

Le vieux thème européen de la tsigane rusée troublant le bourgeois en goguette pour quémander,  resurgit au cœur de la gestion contemporaine des grandes métropoles : Florence, Genève, Bruxelles et depuis quelques mois de nouveau Paris. Nous avons alors l’impression de voir apparaitre sous nos yeux ébahis, une opérette de la seconde moitié du XIXe siècle. Le ministre de l’intérieur et le préfet de police tentant d’empêcher personnellement les rusées tsiganes des faubourgs (aujourd’hui nous dirions neuf-trois) de venir rapiner dans les beaux-quartiers des Champs Élysées. La tsigane rebelle est enfermée dans les caves de la conciergerie (véridique), avant d’être raccompagnée manu militari en Valachie.

Continuer la lecture de La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

Principes et charte

Le fonctionnement de l’observatoire Urba-Rom obéit aux règles fixées par le comité de pilotage. Cette charte vise à réguler les relations au sein de l’observatoire, à coordonner les activités de ses diverses composantes et à assurer la transparence de son fonctionnement au regard des personnes extérieures.

Section 1 : FINALITÉS

Généralement fondées sur des représentations stéréotypées, les politiques en direction des groupes désignés comme Roms/Tsiganes sont de plus en plus nombreuses : stratégie-cadre européenne d’inclusion des Roms, actions sectorielles (logement, scolarisation, formation, santé, lutte contre les discriminations), encadrement des mobilités, politiques locales d’accueil et d’insertion, etc. Toutes ces politiques cherchent à résoudre des « problèmes publics » suscités par la présence de groupes en situation précaire ou caractérisés par l’habitat mobile. Pour cela, elles apportent le plus souvent des réponses spécifiques qui oscillent entre rejet et assimilation.

Dans ce contexte, l’observatoire Urba-Rom a pour objectif de faire l’analyse critique des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes et des processus de catégorisation qui sous-tendent ces politiques, tout en examinant de près les stratégies et les pratiques d’intégration qui sont d’abord le fait des populations elles-mêmes.

Mais Urba-Rom a d’autres enjeux. En partant de l’examen de la situation des groupes dits roms/tsiganes, il s’agit de :

  • participer aux réflexions en cours sur les sociétés européennes aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine ;
  • favoriser le dialogue entre les chercheurs, les acteurs institutionnels, les organisations de la société civile et les « concernés » (bénéficiaires, populations-cibles).

Section 2 : ACTIVITES ET MISSIONS

Urba-Rom remplit plusieurs fonctions : la construction d’un centre de ressources en ligne ; la constitution d’un réseau scientifique européen ; le soutien au dialogue entre acteurs et chercheurs.

§ 2.1 – Centre de ressources en ligne

Le centre de ressources rassemble les travaux scientifiques, la littérature associative, les rapports et les documents techniques, ainsi que les références juridiques sur les politiques contemporaines en direction des groupes en question. Le centre de ressources assure également une mission de veille sur les actions en cours en Europe et dans les pays extracommunautaires (es actions sont engagées par : les institutions européennes, les Etats, les collectivités locales et/ou les acteurs de la société civile) Le centre de ressources est une plate-forme collaborative. Chaque utilisateur enrichit la base de données avec de nouvelles références documentaires.

§ 2.2 – Réseau scientifique européen

Urba-Rom œuvre pour la mise en réseau des chercheurs, des laboratoires, des acteurs associatifs et institutionnels, et des concernés à l’échelle européenne. Il réunit plus d’une centaine de personnes réparties dans une quinzaine de pays, principalement en Europe.

Privilégiant les recherches comparatives et interdisciplinaires, l’observatoire axe aujourd’hui ses travaux sur trois grandes thématiques :

  1. Production des inégalités et processus de marginalisation ;
  2. Politiques publiques et régulation sociale ;
  3. Stratégies et pratiques d’intégration.

§ 2.3 – Dialogue acteurs/chercheurs

Urba-Rom organise des ateliers, des séminaires et des colloques avec des centres de recherche. Pour garantir une bonne accessibilité, ces travaux sont mis en ligne sur le site de l’observatoire.

Afin de promouvoir les réflexions en commun et le partage des savoirs entre les chercheurs, les professionnels, les acteurs institutionnels et associatifs, et les personnes concernées par l’action publique, Urba-Rom organise aussi des rencontres en dehors du champ académique.

Suivant cette logique, Urba-Rom peut participer, tout en gardant un positionnement scientifique, à la création et à l’animation de groupes de réflexion à l’échelle locale, nationale ou européenne sur des sujets en lien avec les thématiques de l’observatoire (par exemple, les politiques locales en direction des migrants roms en situation précaire dans les villes d’Europe occidentale). Enfin, les membres du réseau Urba-Rom tiennent à jour un blog, support de discussion en ligne des débats du moment.

Section 3  – FONCTIONNEMENT ET GOUVERNANCE

§ 3.1 – Autonomie de la recherche

L’observatoire est organisé en réseau. Cela permet de préserver l’autonomie des chercheurs, des professionnels, des personnes concernées par l’action publique, des acteurs associatifs et des acteurs institutionnels ainsi réunis et de peser sur l’agenda scientifique et politique.

§ 3.2- Comité de pilotage

§ 3.2.1 – Composition

L’observatoire Urba-Rom est dirigé par un comité de pilotage dont les membres sont cooptés. Chaque cooptation d’un membre nouveau ou exclusion d’un membre ancien doit être proposée par trois membres au moins du Comité de pilotage et approuvée, après un mois de délai, par les trois quarts des suffrages exprimés au sein du comité de pilotage. Les trois membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 3.2.2 – Procédure de décision

Toutes les décisions autres que celles du § 3.1 (cooptation) doivent être proposées par un membre au moins du Comité de pilotage et adoptées à la majorité des membres dès que celle-ci est acquise ou à la majorité des suffrages exprimés après un délai d’une semaine lorsque la proposition est faite par courrier électronique adressé à tous ou à la majorité des suffrages exprimés lors d’une réunion. Le ou les membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 3.2.3 – Responsabilités du comité de pilotage

Les membres du comité de pilotage sont responsables de la conformité des activités de l’observatoire avec la charte ; de la gestion du centre de ressources en ligne ; de la rédaction, le plus régulièrement possible, de son éditorial ; de la définition de la politique de développement de l’observatoire et, plus largement, du bon fonctionnement de l’observatoire. Ils assurent de plus la gestion du blog Urba-Rom.

§ 3.3 : Comité de suivi

§ 3.3.1 – Composition

Les membres du comité de suivi sont cooptés ou révoqués par le comité de pilotage par décision conforme à l’une des modalités prévues au § 3.2.2. La participation  de chacun aux activités du comité de suivi est basée sur le principe du libre engagement de chacun.

§ 3.3.2 – Activités

Les membres du comité  de suivi portent un regard critique sur les activités de l’observatoire. Ils conseillent, proposent des orientations pour l’observatoire dont la gestion et le développement incombent toutefois au comité de pilotage. S’ils le souhaitent, les membres du comité de suivi peuvent proposer des thématiques de recherche ou des événements de nature scientifique. Le comité de suivi est informé tous les six mois des travaux de l’observatoire par le comité de pilotage qui rédige une note d’activités.

§ 3.4 – Le réseau des membres de l’observatoire Urba-Rom

§ 3.4.1 – Composition

Le réseau des membres de l’observatoire Urba-Rom est constitué par : les chercheurs, les professionnels, les personnes concernées par les politiques en question, les acteurs associatifs et institutionnels et, plus largement, tous ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, aux politiques en direction des groupes dits « roms/tsiganes ». L’intégration au réseau est libre : il suffit de s’inscrire auprès des membres du comité de pilotage. Le nouveau membre autorise l’observatoire à publier son adresse électronique, son institution de rattachement et ses thématiques de recherche et/ou centres d’intérêt sur le site d’Urba-Rom.

§ 3.3.2 – Droits

Les membres de l’observatoire ont libre accès à l’ensemble des ressources disponibles sur le site Urba-Rom. Ils peuvent proposer à tout moment des axes de recherche et des partenaires au comité de pilotage qui valide, ou non, ces propositions.

§ 3.3.3 – Devoirs

Les membres de l’observatoire se doivent de respecter la charte de fonctionnement quand ils participent aux activités de l’observatoire Urba-Rom. En cas contraire, ils peuvent être exclus de l’observatoire par décision du comité de pilotage.

Section 4 – SUPPORTS ET MOYENS

§ .4.1 – Financement

L’observatoire n’a pas vocation à être financé en tant que structure. En revanche, les membres d’Urba-Rom et leurs institutions de rattachement peuvent être porteurs de projets, ou participer à des projets dans le cadre de l’observatoire. Ces projets, qui doivent s’intégrer aux différentes missions d’Urba-Rom (centre de ressources en ligne, recherche scientifique, dialogue acteurs/chercheurs), contribuent à l’activité et au développement de l’observatoire. Ils sont réalisés dans le cadre de partenariats et peuvent, éventuellement être hébergés par l’observatoire.

§ 4.2 – Partenariats

L’observatoire s’emploie à établir des partenariats privilégiés avec d’autres réseaux scientifiques, centres de ressources et laboratoires de recherche, ainsi qu’avec des organisations de la société civile et des institutions en dehors du champ scientifique. Les partenariats sont négociés, sur la base d’un mandat du comité de pilotage Urba-Rom par un ou plusieurs de ses membres dans une perspective de réciprocité afin que le partenariat favorise les collaborations, la mutualisation des activités et des connaissances et la plus grande diffusion des publications des deux partenaires.

§ 4.3 – Programmes hébergés

§ 4.3.1–Définition

Ce sont des programmes de recherche financés par une institution publique qui souhaitent, tout en restant complètement autonomes vis-à-vis des procédures de décisions internes à Urba-rom, à la fois bénéficier des moyens de communication du réseau pour leur fonctionnement et la diffusion de leurs travaux (partie de site web, listes de discussion, listes de diffusion, centre de ressources en ligne, etc.) et soutenir l’observatoire notamment pour le développement de ses moyens Internet (matériel, vacations).

§ 4.3.2 – Décision d’hébergement

Le comité de pilotage décide de l’hébergement des programmes de recherche qui le sollicitent. Sa décision d’hébergement est irrévocable jusqu’au terme initialement prévu par le programme au moment de son accueil, ce terme pouvant être repoussé par accord tacite entre les parties.

§ 4.3.3 – Autonomie

Chaque programme est dirigé suivant ses propres modalités et de manière indépendante de l’observatoire Urba-Rom y compris pour ce qui concerne les publications sur la partie de site réservé à chaque programme, ceci dans la limite du respect de la charte de fonctionnement et du droit en vigueur.

§ 4.3.4 – Programmes hébergés :

Aucun pour l’instant.

Section 6 : PUBLICATIONS

§ 6.1 – Orientations générales

Afin de garantir la meilleure accessibilité possible, l’observatoire privilégie la publication gratuite en ligne des résultats intermédiaires ou finaux des membres de l’observatoire sur le site d’Urba-Rom. Bien entendu, ce choix premier n’exclut pas de recourir à d’autres types de publication, par exemple les publications sur papier.

§ 6.2 – Blog Urba-Rom

Principal support des activités d’Urba-Rom, le site abrite le centre de ressources en ligne et les travaux de l’observatoire (ateliers et séminaires, colloques, publications en ligne). Il comporte aussi un éditorial rédigé par des membres du comité de pilotage ou par des membres du réseau sur une thématique précise ou sur une question d’actualité et un calendrier des événéments scientifiques ayant trait aux principales thématiques de l’observatoire. Les membres du comité de pilotage sont responsables du bon fonctionnement du site d’Urba-Rom, conformément à la charte en vigueur.

par ailleurs il réunit principalement des textes d’actualité se rapportant au domaine d’Urba-Rom (livres, articles de presse, tribunes d’opinion, documents divers, discours publics, suivi de débats, etc.). Chaque rubrique du blog est animée par une ou des personnes dont les noms apparaissent à l’écran lorsque l’on pointe le titre de la rubrique. Chaque membre du comité de pilotage et du comité du suivi peut créer une rubrique à son nom dans la partie « Blogs » et y publier ce qu’il souhaite en respectant le droit français et la charte de fonctionnement de l’observatoire. Si les propos tenus sur le blog sont de la responsabilité de leurs auteurs, la gestion du blog en conformité avec la charte de l’observatoire relève des missions du comité de pilotage.

 

§ 6.3 – Le centre de ressources en ligne

Principalement alimenté  par les membres de l’observatoire, il réunit des documents variés : articles scientifiques, rapports techniques, littérature associative, textes de lois, multimédia, etc. Son accès est libre à l’exception des ressources publiées ailleurs, qui ne sont accessibles qu’aux membres de l’observatoire et réservés à un usage privé. Les éditeurs qui le souhaiteraient sont libres de demander le retrait des articles ou des documents qu’ils auraient édités. Le comité de pilotage garde la possibilité de retirer les documents et autres ressources, s’il le juge nécessaire. Les membres du comité de pilotage ont accès au système interne du site, à l’ensemble de ses fonctionnalités et à ses statistiques de visite.

Section 7 : RÉVISION DE LA CHARTE

§ 7.1 – Procédure

La charte peut être révisée par le comité de pilotage conformément à l’une des procédures de décision prévues au §3.2 sauf pour les sections n°1 et 2 dont la révision nécessite une proposition de vote de trois membres au moins du Comité de pilotage et les trois quart des suffrages exprimés dans un délai d’un mois après l’ouverture du vote. Les trois membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 7.2 – Adoption et révisions

La présente charte a été adoptée, dans sa première version, par les membres du comité de pilotage à l’unanimité des votants, le ?

Les Roms viennent aux heures de pause des patrouilles

UN MARCHAND DE JOURNAUX des Champs-Elysées (VIIIe)

 Le Parisien Ch.B. | Publié le 21.06.2012, 08h38
<br />
champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. </p>
<p>

champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. | (LP/Ch.B.)

Le gérant de cette brasserie avec vue sur l’Arc de Triomphe (VIIIe) en rit encore. « Il y a une dizaine de jours, on a vu des dizaines de policiers habillés en Robocop venir courser les vendeurs à la sauvette et les mendiants. Les touristes n’ont rien compris! Mais les flics ont beau mettre les moyens, ils reviennent toujours. » Le restaurateur s’y est habitué.

A quelques pas de sa porte, près du rond-point de l’Etoile, deux femmes en fichu marchent de touriste en touriste, un papier froissé à la main. La courte lettre demande en anglais quelques pièces, pour nourrir les enfants.

L’arrêté antimendicité, pris en septembre 2011 sur les Champs-Elysée, n’a pas changé la vie de l’avenue. Mais il aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers, confie ainsi le marchand de journaux. Ce qui a changé, ce sont les horaires : les Roms se sont adaptés. Ils viennent aux heures de pause des patrouilles, entre midi et deux, et en fin de journée. »

Une vingtaine de jeunes arrivent le matin

Quelques kilomètres plus loin, dans le quartier du Louvre (Ier), les riverains racontent la même histoire. « Tous les matins, une vingtaine de jeunes se retrouvent au métro et vont quadriller le secteur », observe un habitant. Devant lui, comme tous les jours, un groupe de jeunes femmes rigolardes arpente la rue de Rivoli, pétitions en faveur des sourds-muets en main. « Les touristes se font souvent alléger de leur portefeuillependant qu’ils signent. Et, sur les tables de terrasses, ce sont les téléphones portables qui disparaissent », détaille Ranko, un plombier habitué du Café du Musée. La semaine dernière, un groupe de très jeunes ados a volé le téléphone d’une cliente à l’intérieur de l’établissement. « On leur a couru après… mais celui qu’on a réussi à rattraper n’avait rien sur lui », conclut Ranko. Alors, faute de pouvoir rattraper les voleurs, les serveurs se sont mis à la prévention. « On rappelle toujours aux gens de ne rien laisser traîner. C’est le seul moyen d’être tranquille. »

Les arrêtés anti-mendicité pas reconduits à Paris

par  Libération, 20 juin 2012 à 14:45

Dépèches

Le préfet de police de Paris Bernard Boucault, lorsqu'il était directeur de l'ENA, le 25 mars 2009 à Paris

Le préfet de police de Paris Bernard Boucault, lorsqu’il était directeur de l’ENA, le 25 mars 2009 à Paris (AFP)

 

Le nouveau préfet de police de Paris Bernard Boucault s’est démarqué de son prédécesseur Michel Gaudin en ne reconduisant pas les arrêtés anti-mendicité, les jugeant pas assez efficaces, tout en annonçant son projet d’accélérer la lutte contre les réseaux mafieux.

Trois arrêtés anti-mendicité avaient été pris il y a un an tout juste sur les secteurs des Champs-Elysées, des Grands magasins et du Louvre.

Interrogé mercredi par des élus UMP qui ont demandé leur prolongation, Nicolas Lerner, directeur-adjoint de cabinet du préfet de police, a annoncé au Conseil de Paris qu’ils ne seraient « pas reconduits dans l’immédiat » mais que « cette décision pourra être reconsidérée en fonction de l’évolution du cadre juridique et de la situation sur le terrain ».

La préfecture de police a admis que ces arrêtés avaient –sur le moment– fait diminuer les « nuisances » et les « délits » associés à « certaines formes de mendicité » (comprendre la mendicité Rom essentiellement, ndlr), mais ils ont très vite trouvé leur limite.

Par exemple la mendicité est actuellement verbalisée 38 euros, et si le contrevenant « récidive », il peut être amené à être reconduit dans son pays pour motif de « trouble à l’ordre public ».

« On a fait des études qui montrent que le taux de paiement des amendes est proche de 0, la sanction est très peu incitative et il y a eu des évolutions juridiques qui nous poussent à repenser nos reconduites à la frontières », a ensuite expliqué à la presse M. Lerner. Par exemple un Roumain -citoyen de l’Union européenne- reconduit dans son pays « se retrouve à nouveau trois jours après sur le Champs Elysées ».

Le préfet bientôt en Roumanie Pour l’année 2011, la préfecture de police a ainsi reconduit 250 Roumains pour toute la capitale mais sur les zones des arrêtés cela n’a concerné qu’une trentaine de personnes.

Quant à celles placées en rétention avant leur expulsion, a ajouté M. Lerner, « lorsqu’elles contestent les décisions devant le tribunal administratif, celui-ci leur donne quasi-systématiquement raison ».

Le ministre de l’Intérieur de l’époque Claude Guéant avait jugé ces arrêtés « utiles » tandis que le maire PS de Paris avait dénoncé une mesure stigmatisante.

L’adjointe PS chargée de la sécurité Myriam El Khomri a ainsi demandé au préfet mercredi de ne pas renouveler ces arrêtés « non pas par dogmatisme stérile ni pas angélisme mal placé », mais « par souci constant d’efficacité ».

Elle a demandé « un bilan quantitatif et qualitatif de l’impact de ces arrêtés anti-mendicité » et reste « convaincue que la conséquences de ces arrêtés est le déplacement de la misère d’une rue à une autre », ce qu’a constaté la préfecture de police.

Le maire UMP du Ier arrondissement que couvrait partiellement un des arrêtés a souhaité que « la fin des arrêtés ne coïncide pas avec une recrudescence brutale » de la mendicité.

Le patron de la fédération UMP de Paris et maire du XVe Philippe Goujon, qui en avait réclamé un dans son arrondissement, a regretté que « le préfet de police, pour des raisons sans doute idéologiques, cédant à la pression du maire de Paris, prive la police et la justice d’un outil qui pouvait permettre de s’opposer à la mendicité agressive et contribuer au démantèlement des réseaux mafieux ».

M. Lerner a justement rappelé que « l’objectif prioritaire » est « l’accélération des affaires de démantèlement des réseaux et la mise hors d’état de nuire des bénéficiaires de ces trafics ».

M. Boucault va organiser une réunion au parquet « pour faire le point des affaires en cours », et il se rendra en Roumanie « dès la rentrée prochaine » pour y rencontrer les autorités policières.

Dynamiques d’insertion des publics en grande précarité : l’expérience des migrants roms en France

Ces dernières années, les discours officiels ont, en France comme dans d’autres pays européens, fréquemment mis l’accent sur la prétendue criminalité et sur la soit-disant marginalité des Roms en provenance d’Europe centrale et des Balkans. C’est pourquoi des chercheurs, des travailleurs sociaux, des acteurs associatifs, ainsi que des Roms roumains et bulgares ont décidé de se réunir à Paris le 5 novembre 2011 pour étudier des actions concrètes d’insertion engagées par des migrants roms en France. Synthèse de ces échanges et des discussions qui ont suivi, le texte ci-dessous souligne la diversité des trajectoires individuelles et familiales parmi les migrants roms. Il invite aussi à mener une lecture critique des politiques en direction de ces derniers et pose des questions d’ordre général. Ces dernières concernent aussi bien les moyens de subsistance et la place des pauvres dans les villes aujourd’hui, que l’effectivité de politiques de lutte contre la précarité dans un système qui, comme on sait, produit lui-même de plus en plus d’exclus. Ce n’est pas un texte scientifique à proprement parler mais une série de réflexions basées sur des observations factuelles. Outre la déconstruction des idées reçues, son objectif est d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche et de débat sur les politiques en direction des Roms en situation précaire et sur la lutte contre la précarité et l’exclusion dans les sociétés européennes en devenir.

Synthèse en français

Synthèse en Anglais

Le temps révolu des Roms musiciens de Józsefváros

100 violons tziganes de Budapest

István et sa femme sont un couple de Roms hongrois vivant à deux pas de Teleki tér, le coeur de la partie populaire de Józsefváros. Dans leur rue, les hautes bâtisses cossues à coursives côtoient les fragiles constructions à un étage dans lesquelles vivent les catégories les plus pauvres du huitième arrondissement de Budapest. Eux vivent dans un immeuble de bonne tenue, propre et bien entretenu. Leurs voisins sont des étudiants, des retraités, des jeunes couples ou même des notables mieux installés. Leur appartement est accueillant, lumineux et chaleureux.

István est né dans la banlieue sud de Budapest, dans un petit village du comitat de Pest. Il a longtemps vécu dans les arrondissements de l’hyper-centre avant d’emménager dans le huitième arrondissement. Il vient d’une famille de musiciens. Lui-même joue du piano régulièrement dans quelques troquets de la capitale. Malheureusement, le travail vient à manquer. S’il reste bien quelques établissements à ambiance encore prisés par quelques touristes, les restaurants n’embauchent plus vraiment de musicien. Même Népszínház utca, la rue où l’on s’encanaillait à moindre frais à l’époque des grands ateliers Ganz, s’est vidée de toute sa vie nocturne. Seules les institutions culturelles roms qui y ont encore leur siège témoignent de ce passé pas si lointain.

Pour compenser le manque à gagner, certains musiciens se font employer sur des bateaux de croisière et laissent leur famille pendant plusieurs mois le temps de faire le tour de la Méditerranée. D’autres s’essaient au commerce de vieilleries ou d’antiquités. Parfois, le travail trouvé, comme par exemple gardien de parking, est strictement alimentaire. Entre les étals du marché en pré-fabriqués de Teleki tér, les vendeurs de légumes confirment le constat et regrettent le temps où les Roms musiciens avaient fait de Józsefváros un des centres les plus vivants de Budapest.

István cherche à vendre son appartement mais sa valeur sur le marché souffre de la mauvaise réputation du quartier. Il approuve la répression des sans-abris et regrette la situation engendrée selon lui par les autres Tziganes, venus la plupart des campagnes du nord-est de la Hongrie ou de Transylvanie. Il ne se sent rien de commun avec eux. Lui est un romungro, un magyartzigane. Il se définit avant tout comme hongrois et ne comprend pas très bien les discours sur l’unité de la nation rom. Il est ouvertement conservateur mais réfute toute forme de racisme envers qui que ce soit. Son angoisse est d’une autre nature. Il s’inquiète que sa fille fréquente les mauvais garçons de Lujza utca. Il n’a pas envie que sa famille glisse, qu’elle perde son statut et le prestige qui va avec.

Il réfute tout antitziganisme violent en Hongrie mais regrette la stigmatisation réelle dont souffrent les Roms dans son pays. Dans ce contexte, alors que la majorité de la population voit ses conditions de vie se dégrader, il craint que la situation empire. Son pessimisme est palpable. La Hongrie, autrefois la baraque la plus gaie du camp socialiste, n’a plus la joie de vivre. Incontestablement, c’est peut-être ça plus qu’autre chose qui indique que le temps des Roms musiciens est désormais révolu.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

(Afin de préserver l’anonymat des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête de terrain, les noms ont été modifiés)

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Le 8e arrondissement de Budapest, sans doute le plus vaste du centre-ville de la capitale hongroise, est souvent réduit dans les représentations à un quartier très pauvre, particulièrement dangereux, dans lequel les sans-abris côtoient les familles tziganes, où sévissent la drogue, la prostitution et le vol. Jusqu’aux vingt dernières années, la culture positive qui y était associée était celle des violonistes tziganes, considérés comme la bourgeoisie rom, souvent partis en tournée à travers le monde (les 100 violons tziganes de Budapest en font partie) ou gagnant leur vie en mettant l’ambiance dans les restaurants à touristes de la ville. Depuis le changement de régime et l’ouverture culturelle de la Hongrie, une transformation s’est cependant opérée au sein même du quartier, au cours de laquelle les plus jeunes générations ont délaissé le vieux folklore tzigane pour embrasser la culture hip-hop.

Dans Nyócker!, le hip-hop est omniprésent et entièrement approprié par les jeunes du quartier. A l’instar de la France ou des Etats-Unis, il se fonde à la fois comme l’expression d’une identité locale, celle du quartier et de ses habitants, mais aussi d’une identité internationale, celle d’une culture urbaine mondialisée, cristallisant la relégation sociale et spatiale d’une jeunesse désoeuvrée, transformant la contrainte de la rue en des codes sociaux positifs et légitimes. A l’échelle de Budapest, il ancre le quartier dans des représentations qu’Eszter György qualifie de « ludiques ». A l’échelle de la société hongroise, il permet de justifier la nouvelle place des populations pauvres des marges urbaines dans l’imaginaire culturel national, au risque de contribuer à l’ethnicisation des populations dites Roms et d’entretenir les frontières symboliques entre « majorité » et « minorités ». Enfin, à l’échelle mondiale, il positionne symboliquement ces quelques rues du 8e arrondissement dans la catégorie des quartiers de ségrégation urbaine, victimes comme les districts noirs américains ou les banlieues françaises de la roue de l’infortune de l’expansion spatiale du néo-libéralisme.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Pour aller plus loin :

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Crédit photographie : Matthieu Riegler, CC-by [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0) or CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la « fraternité d’armes » entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un « Sieg Heil ! » retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

A propos des Roms et de la statistique

En mars 2011, l’ERRC (European Roma Rights Center) publiait un rapport sur la « traite [des êtres humains] dans les communautés roms ». Intitulé « Breaking the Silence », ce rapport qui porte sur cinq pays d’Europe centrale et orientale (Roumanie, Bulgarie, République tchèque, Slovaquie et Hongrie), souhaite « attirer l’attention, tout en évitant la récupération politique et la stéréotypie » ( Foreword, p.1).
Dès l’introduction, les auteurs notent qu’« en dépit du manque de données officielles précises sur la traite et l’exploitation concernant les Roms, la présente recherche a documenté les perceptions répandues selon lesquelles les Roms étaient affectés par la traite des êtres humains et qu’ils étaient significativement sur-représentés parmi les personnes trafiquées dans certains pays » (p. 9). En effet, selon les résultats de l’étude, les Roms représenteraient, en 2010, « 50-80 % des victimes du trafic d’êtres humains en Bulgarie, jusqu’à 70 % dans certaines régions de la Tchéquie, au moins 40 % en Hongrie, environ 50 % en Roumanie et au moins 60 % en Slovaquie » (p. 11).
D’où proviennent ces données ? Sur quelle(s) base(s) sont-elles construites ?

Les auteurs ont mené une enquête de terrain entre février et avril 2010, rencontrant divers acteurs concernés par la question. Au total, 227 personnes ont été interviewées (soit un peu plus d’une dizaine par lieu d’enquête), parmi lesquelles : des officiers de police, des procureurs, des médiateurs de santé, des travailleurs sociaux, des représentants du gouvernement, des professionnels du secteur de la santé mentale et des enseignants. Par ailleurs, 26 informateurs privilégiés ont été interrogés, ainsi que 37 personnes ayant été elles-mêmes victimes de traite.
Par conséquent, les chiffres de ce rapport sur l’implication de Roms dans les activités de traite sont principalement construits à partir de déclarations faites par des individus au sein « des services de lutte contre la traite, [de] la police et [des] représentations du gouvernement » (p. 32). Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes, « [pour déterminer la proportion de Roms parmi les personnes impliquées dans le trafic d’êtres humains], les personnes enquêtées se sont basées sur leur jugement personnel, prenant éventuellement en compte des critères tels que les conditions de vie, la couleur de la peau etc. Bien que cela n’ait pas vraiment été indiqué par les personnes interviewées, il se peut que les préjugés habituels au sujet de l’implication des Roms dans des activités criminelles, aient influencé les réponses » (ibid.).
En d’autres termes, c’est uniquement sur la base de témoignages individuels, qui sont manifestement impressionnistes et peut-être influencés par les stéréotypes sur les Roms, que les auteurs de Breaking the Silence se sont fondés pour établir la « sur-représentation des Roms » dans la traite des êtres humains.

Quoi qu’on puisse penser de ce rapport, les remarques précédentes invitent à s’interroger sur le fait de recourir à l’approche statistique et quantitative quand il s’agit d’étudier la situation d’individus ou de groupes sociaux minoritaires et/ou en difficultés. En particulier, on peut se demander si l’approche statistique et quantitative ne risque pas de stigmatiser un peu plus les groupes désignés comme roms/tsiganes, d’exposer davantage ces derniers à la violence de la société et de ses institutions. Surtout si l’on tient compte des progrès actuels de l’anti-tsiganisme dans de nombreux pays européens sur fond de crise sociale, économique et politique.  Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier que les statistiques, en particulier les statistiques ethniques, peuvent servir de caution scientifique à la consolidation des stéréotypes existants. C’est en tout cas ce que souligne Cosima Rughinis dans un article publié en 2010 et intitulé : « Quantitative Tales of Ethnic Differentiation: Measuring and Using Roma/Gypsy Ethnicity in Statistical Analyses ».

Ces observations ne méritent-elles d’être considérées avec le plus grand soin, non seulement par les chercheurs et par les organismes de soutien aux Roms comme l’ERRC, mais aussi et plus largement par les institutions en charge des politiques de recherche et de l’inclusion des Roms, cela à l’échelle européenne aussi bien qu’au niveau national ?

Crédit illustration : Extrait page 113 de l’ouvrage hongrois A Cigányokról [Sur les Tsiganes]…, WLISLOCKI, Heinrich von. Digitalisé par la British Library, domaine public.