Tous les articles par Olivier Legros

La situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Île-de-France, une référence indispensable sur la question

Dans son étude sur la Situation sanitaire des « Rroms migrants » en Île-de-France publiée en 2012, et disponible sur le site de l‘Observatoire Régionale de la Santé , la socio-démographe, Sandrine Halphen fait un état des lieux désormais indispensable pour tous ceux -travailleurs sociaux, professionnels de la santé, acteurs associatifs, acteurs politiques, chercheurs et simples citoyens – qui s’intéressent aux migrants roms en situation précaire dans la région-capitale et, plus largement, en France.

Le rapport est construit en trois parties. La première examine les « déterminants sociaux » de la santé des migrants roms en région parisienne en s’attachant à la fois à présenter les populations concernées, les difficultés d’accès aux droits (emploi, séjour, protection maladie) que ces dernières rencontrent, tandis que la seconde partie met davantage l’accent sur l’état de santé « très dégradé » des populations en question. Enfin, l’auteure s’attache à décrire les actions engagées par les pouvoirs publics pour remédier à cette situation tout en soulignant les freins à l’amélioration de leur situation sanitaire et sociale.

Parmi les idées fortes de cette étude, je retiendrai pour ma part le lien étroit que fait l’auteure entre les processus sociaux et politiques à l’origine de la grande précarité des migrants roms, d’une part, et l’état de santé des populations en question, d’autre part. « Les Rroms présentent surtout les caractéristiques sanitaires de l’exclusion » écrit en effet S. Halphen, qui précise à l’occasion la nature du lien entre précarité et (mauvais) état de santé. Pour la sociologue, ce lien réside notamment : dans le problème de l’accès aux soins et aux droits à la santé, qui peut résulter, entre autres choses, du refus de soins à l’égard des bénéficiaires la Couverture Maladie Universelle (CMU) par certains médecins ou professionnels de la santé ; dans le recours tardif aux soins, qui serait lié à l’absence d’ouverture de droits, aux « logiques de l’urgence » modifiant l’ordre des priorités des personnes, par exemple après une expulsion ; et dans l’inadaptation de dispositifs de soins, lesquels sont territorialisés ou « sectorisés » selon l’expression de l’auteure, alors que les migrants roms en situation précaire sont contraints à la mobilité, voire à l’errance à cause des évacuations de terrain qui ont pris une tournure systématique.

Un autre intérêt de l’étude réside à mon avis dans la comparaison des publics en situation de grande précarité. Dans quelle mesure les migrants roms se distinguent-ils d’autres publics en situation précaire ? Faut-il invoquer la culture ? Certainement pas selon la sociologue qui insiste plutôt sur les différences suivantes : l’absence de perspectives et de possibilités d’insertion pour les migrants roms en France, la stigmatisation et discrimination dans les pays d’origine favorisant l’instauration d’un sentiment de méfiance vis-à-vis des institutions ; et la méconnaissance des populations roms
par les professionnels sanitaires et sociaux qui vont alors « recourir à des explications culturalistes pour qualifier les comportements des populations rroms, niant par là-même les processus sociaux et politiques qui conduisent à ces comportements, aboutissant alors à des réponses parfoisinappropriées et/ou des traitements inéquitables » (p. 86).

Enfin, le travail de S. Halphen conduit à identifier quelques freins à l’amélioration de la situation sanitaire et sociale des migrants roms en situation précaire, à savoir les mesures de rejet (dont les réformes récentes de l’Aide médicale Etat qui restreignent l’accès aux droits à la santé) ; la crainte de l’ « appel d’air », souvent exprimée par les acteurs locaux et les contradictions au sein de l’action publique qui oscille en effet entre rejet et accompagnement des migrants roms en situation précaire.

Bien sûr, il est possible d’émettre quelques réserves à la lecture de cette étude. Le problème des sources peut ainsi être souligné dans cette étude comme dans tant d’autres travaux sur la question qui, en définitive, se basent en grande partie sur des sources associatives. S. Halphen le rappelle d’ailleurs volontiers : « les données disponibles sur la santé des populations rroms en Île-de-France [sont] issues dans leur quasi-totalité des interventions conduites par Médecins du Monde » (p. 71).En outre, on peut s’interroger sur la « mise en cohérence » des politiques que l’auteure appelle de ses vœux. Cette mise en cohérence ne risque-t-elle pas, en effet, d’aboutir à la généralisationde dispositifs d’hébergement et d’insertion qui, à défaut d’assurer l’insertion effective ou de renforcer l’autonomie des publics visés, soient surtout des instruments de gestion des mobilités et d’encadrement des personnes ?

Mais ces critiques sont minimes à côté de l’intérêt que représente cette étude. Solidement étayé par une cinquantaine d’entretiens réalisés dans la sphère institutionnelle et dans le milieu associatif,ainsi que par une recherche bibliographique et documentaire approfondie, le travail de Sandrine Halphen présente tout à la fois des synthèses et des pistes de réflexion sur l’état de santé des migrants roms en France aujourd’hui en Île-de-France, des informations nombreuses et actualisées
sur cette question mais aussi sur les politiques publiques et les pratiques administratives, ainsi que des éléments de comparaison avec les pays voisins.

Au terme de cette lecture rapide, la question est, me semble-t-il, de savoir ce que les commanditaires de ce travail, à savoir l’Etat (Préfecture de région d’Île-de-France et Direction régionale des affaires sanitaires et sociales- désormais Agence régionale de santé d’Ile-de-France) et le Conseil régional d’Île-de-France vont faire de ce rapport. En effet, celui-ci est très intéressant mais aussi quelque peu dérangeant car il met en avant le rôle et par conséquent la responsabilité des pouvoirs publics dans la dégradation de l’état de santé des migrants roms en situation précaire sur le territoire francilien.

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Crédit photographie : Matthieu Riegler, CC-by [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0) or CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

Autour des Roms et des politiques territoriales en région parisienne…

Une série d’évènements sont programmés dans la région parisienne autour de la sortie du livre Rroms : politiques du territoire.

Au Centre autonome solidaire et artistique POBLANO rue Lavoisier, mardi 13 décembre à 20h, projection de Notre film, documentaire de 38 mn dédié au processus pédagogique de l’atelier de création cinématographique « Montreuil, ville des Rroms », qui a eu lieu dans une classe de CM2 au cours de l’année 2007 puis interventions de Saimir Mile (La voix des Rroms) et de Marcel Courthiade (linguiste, INALCO) autour du thème du mouvement culturel rom. Enfin, le documentaire Journée mondiale des Rroms 2007 Montreuil suivra la discussion.

A l’Atelier Coriande, rue Gaston Lauriau, vendredi 6 janvier 2012 à 20h30, une soirée est organisée sur le thème des ateliers de création artistique à Montreuil et en Ile de France autour de la culture rromani avec projection de Notre film et des invités menant ce type d’ateliers. Une exposition à l’Institut hongrois de Paris est également envisagée, sans plus de précision à l’heure actuelle.

Source : http://didattica.reseau2000.net/spip.php?article164