Tous les articles par Gregoire Cousin

Séminaire 2017 : FMSH-EHESS Approches interdisciplinaires des sociétés romani/tsiganes

Dirigé par Ilsen About, Norah Benarrosh-Orsoni, Grégoire Cousin, Martin Olivera et Adèle Sutre

Ce séminaire poursuit le travail consacré à l’étude des sociétés romani/tsiganes, au croisement des différentes sciences sociales. Fondés sur une démarche interdisciplinaire, les travaux confrontent des approches distinctes et travaillent leur complémentarité. Partant d’une attention aux questions méthodologiques et d’une réflexion sur les usages des sources de l’enquête, les séances porteront cette année sur l’évolution des savoirs, sur l’analyse des sources ethnographiques, sur l’étude des pratiques de la circulation et des systèmes sociaux aux époques modernes et contemporaines. La formation de politiques spécifiques, des persécutions et des discriminations contemporaines sont mises en relation avec le déploiement de mécanismes sociaux à la fois singuliers et ordinaires.

Programme : 1er et 3e vendredis du mois de 16 h à 19 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris). En janvier, les séances auront lieu les 13 et 27 janvier (même horaire, même salle). La séance du 7 avril aura lieu au même horaire à la Médiathèque Matéo Maximoff, 59 rue de l’Ourcq, 75019 Paris.

1/vendredi 13 janvier 2017:  Histoire et anthropologie des mondes romanès : quelles convergences ? (1)

2/Vendredi 27 janvier 2017  : Histoire et anthropologie des mondes romanès : quelles convergences ? (2)

3/Vendredi 3 février 2017 : Urbanités romanès : habitat informel et accès à la citadinité.

Invités : Elisabetta Rosa, Jérémy Gravayat

Discutante : Norah Benarrosh-Orsoni.

4/Vendredi 17 février 2017 : Ethnographie des mondes gitans et anthropologie comparative.

Invité : David Lagunas Arias

Discutant : Martin Olivera

5/Vendredi 3 mars 2017 : Les Roms : des bilingues virtuoses ?

Invités : Cristian Padure, Evangelia Adamou

Discutant : Ilsen About

6/Vendredi 17 mars 2017 : Histoire et enquêtes ethnographiques des communautés roms en Roumanie.

Invités : Lavinia Stan, Petre Petcuţ

Discutant : Grégoire Cousin

7/Vendredi 7 avril 2017 [Médiathèque Matéo Maximoff, 59 rue de l’Ourcq, 75019] : Anthropologie, systèmes familiaux et parenté.

Invité : Leonardo Piasere

Discutants : Martin Olivera, Ilsen About

8/Vendredi 21 avril 2017: Terrains de l’anthropologie

Invités : Joyce Ardissone, Lise Foisneau, Benjamin Naintré

Discutants : Norah Benarrosh-Orsoni, Grégoire Cousin, Martin Olivera

9/Vendredi 5 mai 2017 : Anthropologie historique et structures familiales

Invité : Alain Reyniers

Discutant : Grégoire Cousin

10/Vendredi 19 mai 2017

Écritures des mondes romanès : autour de Matéo Maximoff.

Invités : Évelyne Pommerat, Stéphane Maggi

Discutante : Cécile Kovacshazy

  contact ilsen.about(at)ehess.fr

Sortie de l’ouvrage Actualité de l’habitat temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint

Bonjour à tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication officielle de l’ouvrage Actualité de l’habitat temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint dans la collection « SHS » de Terra HN éditions.

Il est dès à présent disponible en accès libre à cette adresse :

http://shs.terra-hn-editions.org/Collection/?-Actualite-de-l-habitat-temporaire-1-

AHT_couverture

Centre de Ressource : groupe Zotero

Nous avons fait évoluer le centre de ressource vers un groupe « ZOTERO« , afin de pouvoir s’appuyer sur une technologie maintenant largement répandu dans le monde académique. Vous retrouverez dans ce groupe l’ensemble de la documentation et des références bibliographique aujourd’hui sur le centre de ressource.

Continuer la lecture de Centre de Ressource : groupe Zotero

Séminaire MigRom 2015 : Approches transnationales des sociétés romani (tsiganes), l’atelier des sources.

Raffet-moldavie1837L’objectif du séminaire est de questionner les implications théoriques liées à la notion de transnationalité appliquée à la circulation ancienne et contemporaine de populations dites Tsiganes et Roms en Europe et au-delà. La forte résonnance historique des modalités actuelles de circulation sera questionnée à partir d’une approche pluridisciplinaire qui permettra de rejoindre, sans les confondre, les interrogations des historiens, sociologues, juristes et anthropologues. Au-delà d’une vision linéaire des parcours de migrations, l’observation des sociétés romani engage une remise en cause radicale des notions de mobilité et d’itinérance et, de ce fait, questionne les concepts de transnationalité et de diaspora. On affrontera en particulier la relation entre les modalités historiques du déplacement dans les mondes modernes et contemporains et les formes prises par l’ancrage territorial des communautés. En mettant l’accent sur des questions méthodologiques et sur une analyse théorique des systèmes de circulation, ce séminaire vise à constituer une approche polycentrique des régimes migratoires et des effets induits par les impératifs de l’appartenance nationale. Les séances du séminaire reposent sur la présentation de dossiers documentaires originaux, historiques ou contemporains, qui font l’objet d’une contextualisation et d’une analyse croisée.

Le séminaire a lieu tous les 1er et 3e vendredis du mois de 13 h à 16 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Le séminaire est organisé par Adèle Sutre, Ilsen About, Grégoire Cousin

Programmation

Continuer la lecture de Séminaire MigRom 2015 : Approches transnationales des sociétés romani (tsiganes), l’atelier des sources.

Pathways of Roma Housing Inclusion PRACTICES AND TOOLS BETWEEN RESEARCH AND POLICY

19-20 marzo, Università di Torino, Campus CLE

Il tema dell’abitare dei rom e dei sinti è un tema estremamente complesso. I campi gestiti dalle pubbliche amministrazioni sono ancora mantenuti, senza alcuno sviluppo, in alcune città italiane. Altre amministrazioni locali si stanno impegnando nel superamento dei campi, rimasti per decenni l’unica alternativa residenziale prevista per rom e sinti. La transizione abitativa si presenta peró come un processo tortuoso e racchiude in se molteplici implicazioni.

Sono poche le occasioni in cui i policy-makers possono partecipare ad un confronto tra le pratiche, con attenzione alle specificità di ciascun territorio e alle dinamiche relazionali coinvolte nelle transizioni abitative. Il workshop si propone di costruire e consentire questo spazio di confronto, dove ricercatori e amministratori potranno esaminare e condividere le proprie conoscenze.

Il workshop inizierà con la presentazione di alcuni casi internazionali di intervento su situazioni di abitare non autorizzato o  segregato. Si tratta di casi in cui la ricerca ha collaborato con i policy makers o casi in cui tale collaborazione sarebbe necessaria. Successivamente, approfondiremo le questioni nazionali, in sessioni parallele, distinguendo tra: grandi città, piccoli centri urbani e aree regionali.
L’idea centrale del workshop è di stimolare un dibattito e una collaborazione fra ricercatori e policy makers che permetta di individuare nuove categorie e strumenti di intervento per la progettazione di soluzioni innovative.

https://pathwaysromahousing.wordpress.com/programma/

 

 

Seminar of the Project RONEPP : Pride and Prejudice, Challenging Romaphobia through Political Mobilization

Monday 2 February 2015, 12.30-2.30 pm, Sciences Po ,Salle du Conseil, 13, rue de l’Université, 75007 Paris

Speaker :  Dr. Aidan McGarry, University of Brighton, UK

 

Abstract for the seminar :

Roma communities are amongst the most persecuted and excluded groups in Europe today. International organizations, national governments and civil society have failed to address the most pressing socio-economic concerns of this group and Roma themselves have been unable to mobilize politically to articulate their needs. I argue that policy interventions which do not address the underlying causes of stigmatization are doomed to fail. Only by understanding the causes of Romaphobia can meaningful solutions be found. Roma are thus excluded from public life and serve as a foil for the interests of the political elite: Roma become constructed as a problem community which does not ‘fit’ the projection of the nation. Due to the heterogeneity of Roma communities across Europe (unique in that they lack any territorial ambitions, do not share a common religion or speak a common language, are geographically dispersed), efforts to mobilize politically have foundered. Moreover, attempts to forge a collective identity are further impeded by the myriad sub-groups and cultures which are housed under the endonym ‘Roma’. Indeed, it is more accurate to conceive of Roma as a political project or phenomenon rather than as a bounded cohesive group.

This seminar explores some of the causes of anti-Roma prejudice and points to recent attempts to challenge the negative ascription of Roma identity through political mobilization. It examines the nascent Roma Pride movement which started in 2011. Whilst protest events have taken place across Europe (in 15 states in 2014) this transnational movement is led by non-Roma and has no clear message: it is both cultural and political. Roma Pride certainly has the potential to challenge stigmatization in the long term as it seeks to challenge prevailing understandings of Romani identity in a non-territorial space. A discussion will centre on research I conducted at the largest Roma pride protest in 2014, in Prague.

Chair :  Tommaso Vitale, Sciences Po, CEE

Discussion : Grégoire Cousin, MSH Paris, Vlad Gross, Sciences Po, CEE, Antoine Jardin, Sciences Po, CEE, Marion Lièvre, Université Paul Valery Montpellier 3

 Registration compulsory: marionsli@hotmail.com

 

MigRom a 10 mois !

Le projet a démarré en avril.  Grégoire Cousin et Petre Petcut  mènent les recherches sous la direction scientifique de Henriette Asséo. L’objet de la recherche est l’étude de l’immigration des Roms roumains en France, comme réalité anthropologique et historique mais également dans ses implications politiques et sociales pour les sociétés d’accueil.

Source : archive préfectorale de Tulcea,  dossier 851 -1939
Source : archive préfectorale de Tulcea, dossier 851 -1939

Entre Mai et décembre 2013 une enquête de terrain pilote fut effectuée selon la méthode de questionnaires semi-directifs auprès de communautés roms originaires du département de Craiova installées dans l’Essonne  et originaires des départements du Bihor  et de Tulcea et installées  en Seine-Saint-Denis.La numérisation d’archives locales  roumaines touchant l’histoire de ces communautés fut également initiée.

MigRom a participé à l’organisation en octobre 2013 à Montpellier d’un colloque international consacré à l’actualité de l’habitat temporaire qui portait notamment sur les bidonvilles roms. Afin d’appuyer le projet, l’équipe MigRom a, en partenariat avec Ilsen About, mis en place un séminaire de recherche sur «  la transnationalité des Roms en questions » axé sur les aspects méthodologiques. Dans le cadre de ce séminaire, MigRom développe un projet collaboratif de numérisation d’archives scientifiques et de mise en commun de la documentation portant sur Roms /Tsiganes.

Enfin MigRom mène une recherche en partenariat avec le Medialab (sciences-po) afin de cartographier l’usage « des Roms » dans les controverses politiques  durant la campagne municipale sur les territoires des agglomérations de Montpellier et de Plaine commune.

Présentation du Projet MigRom

Le projet MigRom a pour ambition d’explorer et d’analyser les expériences, motivations et ambitions des Roms roumains immigrant en Europe de l’Ouest. Ce projet de 4 ans, coordonné par l’Université de Manchester, est mené en partenariat avec les universités de Vérone, Grenade et le Centre roumain pour les minorités nationales de Cluj-Napoca.  Le cœur du projet est une ethnographie de familles Romani présente en Europe de l’Ouest afin de saisir les déterminants et les effets des circulations intra-européennes. Au coté de cette anthropologie familiale, il nous faut comprendre les contextes sociaux-historique dans lequel se déroule cette migration et nous avons donc, pour ce faire, développé un volet numérique, dans laquelle deux initiatives ont été menées.

La première s’attache à montrer la force des catégories héritées du passé dans la construction des politiques publiques contemporaines, à partir d’une analyse des catégories juridiques et administratives constituées depuis la fin du XIXème siècle sur les populations dites tsiganes ou itinérantes. L’étude des réseaux des tsiganologues de la fin du XIXème jusqu’à la première moitié du 20ème siècle offre une entrée inédite sur ces questions, et nous avons donc entrepris la numérisation et le catalogage de différents fonds, la présentation raisonnée et géolocalisée d’éléments qui en sont issus (circulaires, correspondance, etc.), ainsi qu’un travail de visualisation et d’analyse de ces données.

La deuxième consiste à mettre en place un dispositif d’analyse de controverse permettant de saisir l’émergence et la diffusion des « questions roms » au cours des élections municipales et européennes de 2014. Il s’agit de comprendre les modalités de circulation des discours politiques sur le Web en utilisant la cartographie des sites politiques.

Crédit photographie : Romanian Eyes, par Marc Swenker (Licence CC-BY-SA)

Un recensement des évacuations des lieux de vie des Roms

Chaque trimestre, Philippe Goossens, membre du bureau de l’AEDH e fait un recensement des évacuations de terrain de Roms en France en assorti d’un commentaire que nous publions ci-dessous :

« En dépit des discours d’ouverture, le gouvernement socialiste a développé dans la réalité une politique au moins aussi destructrice et nocive que ne l’avait fait le gouvernement précédent.

Il a exercé une pression sans précédent sur cette population : 66% du total des personnes évacuées en 2012 le fut sous son autorité durant les six derniers mois. De plus, le nombre de personnes évacuées durant le 3ème trimestre a battu tous les records (5 223 au 3ème trimestre 2012 comparé à 3 283 durant le même trimestre 2011). Le nombre de personnes ayant reçu une OQTF (1728 en 2012 comparé à 850 en 2011) est lui aussi en nette augmentation.

Les chiffres montrent que depuis la mise en application de la circulaire interministérielle le 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites », les choses n’ont pas changé : les personnes sont la plupart du temps tout simplement mises à la rue sans aucune solution alternative. Durant les six derniers mois, 63 évacuations forcées (sur un total de 97 pour l’année) ont été menées par les forces de l’ordre dont seulement 15 (sur un total de 19 pour l’année) l’ont été accompagnées d’une solution partielle de relogement (qui est très souvent nettement insuffisante et temporaire). Les activités et les pressions de l’OFII ne se sont pas relâchées (présence sur les terrains avec les forces de l’ordre avant et pendant les évacuations) et les rapatriements par charter se sont succédés à une cadence mensuelle jusqu’au mois de novembre.

Malgré des rappels à l’ordre très fermes de l’ONU, malgré les nombreuses protestations d’ONG françaises et internationales, tout indique que la politique menée par l’état français à l’égard des Roms est raciste et discriminatoire. Il suffit d’observer le nombre élevé de personnes évacuées de force par les autorités (9 404) par rapport au nombre estimé de Roms étrangers présents sur le territoire français (de 15 à 20 000). De fait, selon le Rapporteur Spécial de l’ONU sur les droits des migrants, François Crépeau, « l’objectif ultime semble être l’expulsion de France des communautés migrantes Rom »

Le recensement pour l’année 2012  est disponible en PDF :   http://urbarom.hypotheses.org/files/2013/01/Expulsions-forcées-année-2012.pdf

 

 

 

 

Fin de l’aide au retour?

Dans un article du monde du 8 décembre 2012 Manuel Valls annonce la fin de l’aide au retour pour les Roms (comprendre le volet aide au retour humanitaire, des aides  au retour de l’OFII). Le monde note ainsi que « Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, a annoncé vendredi 7 décembre qu’il avait « décidé de mettre fin à l’aide au retour » offerte aux Roms qui acceptent de rentrer dans leur pays d’origine. « Les ONG comme les associations, ici ou là-bas, considèrent qu’elle a des effets pervers. Nous allons changer un dispositif inopérant », a déclaré le ministre sans préciser de calendrier ».

Voir la suite de l’article sur le site du Monde

Et l’URSSAF chassa la Roumanie de L’Union Européenne

Mise à jour du 1er décembre 2012,
suite à cet article et sa reprise par le collectif Romeurope, l’Urssaf a modifié son site et ajouté les Roumains et Bulgares
.

Depuis quelques jours le site l’auto-entrepreneur géré par l’URSSAF a supprimé la Roumanie et la Bulgarie de la liste des pays de l’Union Européenne.
Le statut d’auto-entrepreneur est caractérisé par sa facilité et la dématérialisation de la procédure. Avec ce changement Le site renvoie la Roumanie aux pays autres
(hors UE) et le formulaire nécessite un numéro de titre de séjour afin de pouvoir poursuivre . Concrètement Les Roumains et les Bulgares ne peuvent plus s’inscrire au statut auto-entrepreneur sans titre de séjour.

Il s’agit à première vue d’une claire discrimination nationale entre citoyens de l’Union contraire au droit de l’Union Européenne. En visant la Roumanie et la Bulgarie, l’Urssaf doit se croire autorisée à appliquer une mesure de discrimination en vertu des mesures transitoires d’accès au marché du travail qui s’appliquent à ces deux Etats.

Que nous disent les textes ?
D’une part le Code de l’entrée et du sejour des étrangers et du droit d’asile dispose à sont article R121-16 I alinéa 4 que

« La carte de séjour des ressortissants mentionnés au deuxième alinéa (les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne soumis à des mesures transitoires par leur traité d’adhésion)  est délivrée dans les conditions et pour la durée prévues par l’article R. 121-13 ou par l’article R. 121-14 selon leur nationalité. Elle porte selon les cas la mention  » UE-membre de famille-toutes activités professionnelles  » ou  » UE-membre de famille-toutes activités professionnelles, sauf salariées « .

Une première lecture laisserait penser à la possibilité de demander un titre avant inscription au régime. Toutefois la Circulaire du 10 septembre 2010 contredit de front cette interprétation puisque précise que l’inscription au régime est le préalable à la demande de titre :

3.2.3.2. L’exercice d’une activité non salariée
Les ressortissants de l’UE relevant du régime transitoire ont la liberté d’exercer toute
activité non salariée de leur choix, dans les mêmes conditions que les nationaux. Ils doivent
pour ce faire accomplir les mêmes formalités et satisfaire aux mêmes exigences d’aptitude ou
de qualifications que les nationaux.
Carte de séjour délivrée
Pendant la période transitoire, ces ressortissants devront solliciter une carte de séjour
avant de commencer leur activité. Vous veillerez, afin de faciliter les démarches administratives préalables à l’exercice de leur activité, au nombre desquelles l’immatriculation au registre du commerce, au répertoire des métiers et, le cas échéant à un ordre professionnel, à leur remettre aussitôt un récépissé de demande de carte. Le titre remis devra porter la mention « CE – Toutes activités professionnelles sauf salariées ». Il sera d’une durée de cinq ans lorsque son détenteur aura été en mesure de justifier de la pérennité de son activité. Si ce n’est pas le cas, vous pourrez limiter dans un premier temps la durée du titre de séjour.

Donc si on se place dans la logique de l’administration l’URSSAF doit inscrire au régime sous peine de placer les personnes dans l’impossibilité d’avoir accès au régime :  pas d’inscription pas de titre…. pas de titre pas d’inscription… et un tel vide lui serait une discrimination sanctionnée par les autorités européennes.

Sauf qu’en fait c’est le système qui est illégal. En effet, La cour administrative d’appel de Bordeaux avait mis à bas tout le système en jugeant dans une décision que CAA bordeaux 6 décembre 2011, n° 11BX00869,( Inédit au recueil Lebon) que l’obligation de titre CE pour l’exercice d’une activité indépendante est purement illégal car contraire au traités d’adhésion roumains et bulgares et à la directive 2004/38. Aucune différence ne devrait être fait ni à la préfecture ni à l’Urssaf entre un Belge et un Roumain, malgré le mythe tenace que la Roumanie ce n’est pas tout à fait l’Europe.

La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

 

Simon Vouet, Diseuse de bonne aventure dal Pozzo, 1617

 

Le vieux thème européen de la tsigane rusée troublant le bourgeois en goguette pour quémander,  resurgit au cœur de la gestion contemporaine des grandes métropoles : Florence, Genève, Bruxelles et depuis quelques mois de nouveau Paris. Nous avons alors l’impression de voir apparaitre sous nos yeux ébahis, une opérette de la seconde moitié du XIXe siècle. Le ministre de l’intérieur et le préfet de police tentant d’empêcher personnellement les rusées tsiganes des faubourgs (aujourd’hui nous dirions neuf-trois) de venir rapiner dans les beaux-quartiers des Champs Élysées. La tsigane rebelle est enfermée dans les caves de la conciergerie (véridique), avant d’être raccompagnée manu militari en Valachie.

Continuer la lecture de La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

Principes et charte

Le fonctionnement de l’observatoire Urba-Rom obéit aux règles fixées par le comité de pilotage. Cette charte vise à réguler les relations au sein de l’observatoire, à coordonner les activités de ses diverses composantes et à assurer la transparence de son fonctionnement au regard des personnes extérieures.

Section 1 : FINALITÉS

Généralement fondées sur des représentations stéréotypées, les politiques en direction des groupes désignés comme Roms/Tsiganes sont de plus en plus nombreuses : stratégie-cadre européenne d’inclusion des Roms, actions sectorielles (logement, scolarisation, formation, santé, lutte contre les discriminations), encadrement des mobilités, politiques locales d’accueil et d’insertion, etc. Toutes ces politiques cherchent à résoudre des « problèmes publics » suscités par la présence de groupes en situation précaire ou caractérisés par l’habitat mobile. Pour cela, elles apportent le plus souvent des réponses spécifiques qui oscillent entre rejet et assimilation.

Dans ce contexte, l’observatoire Urba-Rom a pour objectif de faire l’analyse critique des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes et des processus de catégorisation qui sous-tendent ces politiques, tout en examinant de près les stratégies et les pratiques d’intégration qui sont d’abord le fait des populations elles-mêmes.

Mais Urba-Rom a d’autres enjeux. En partant de l’examen de la situation des groupes dits roms/tsiganes, il s’agit de :

  • participer aux réflexions en cours sur les sociétés européennes aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine ;
  • favoriser le dialogue entre les chercheurs, les acteurs institutionnels, les organisations de la société civile et les « concernés » (bénéficiaires, populations-cibles).

Section 2 : ACTIVITES ET MISSIONS

Urba-Rom remplit plusieurs fonctions : la construction d’un centre de ressources en ligne ; la constitution d’un réseau scientifique européen ; le soutien au dialogue entre acteurs et chercheurs.

§ 2.1 – Centre de ressources en ligne

Le centre de ressources rassemble les travaux scientifiques, la littérature associative, les rapports et les documents techniques, ainsi que les références juridiques sur les politiques contemporaines en direction des groupes en question. Le centre de ressources assure également une mission de veille sur les actions en cours en Europe et dans les pays extracommunautaires (es actions sont engagées par : les institutions européennes, les Etats, les collectivités locales et/ou les acteurs de la société civile) Le centre de ressources est une plate-forme collaborative. Chaque utilisateur enrichit la base de données avec de nouvelles références documentaires.

§ 2.2 – Réseau scientifique européen

Urba-Rom œuvre pour la mise en réseau des chercheurs, des laboratoires, des acteurs associatifs et institutionnels, et des concernés à l’échelle européenne. Il réunit plus d’une centaine de personnes réparties dans une quinzaine de pays, principalement en Europe.

Privilégiant les recherches comparatives et interdisciplinaires, l’observatoire axe aujourd’hui ses travaux sur trois grandes thématiques :

  1. Production des inégalités et processus de marginalisation ;
  2. Politiques publiques et régulation sociale ;
  3. Stratégies et pratiques d’intégration.

§ 2.3 – Dialogue acteurs/chercheurs

Urba-Rom organise des ateliers, des séminaires et des colloques avec des centres de recherche. Pour garantir une bonne accessibilité, ces travaux sont mis en ligne sur le site de l’observatoire.

Afin de promouvoir les réflexions en commun et le partage des savoirs entre les chercheurs, les professionnels, les acteurs institutionnels et associatifs, et les personnes concernées par l’action publique, Urba-Rom organise aussi des rencontres en dehors du champ académique.

Suivant cette logique, Urba-Rom peut participer, tout en gardant un positionnement scientifique, à la création et à l’animation de groupes de réflexion à l’échelle locale, nationale ou européenne sur des sujets en lien avec les thématiques de l’observatoire (par exemple, les politiques locales en direction des migrants roms en situation précaire dans les villes d’Europe occidentale). Enfin, les membres du réseau Urba-Rom tiennent à jour un blog, support de discussion en ligne des débats du moment.

Section 3  – FONCTIONNEMENT ET GOUVERNANCE

§ 3.1 – Autonomie de la recherche

L’observatoire est organisé en réseau. Cela permet de préserver l’autonomie des chercheurs, des professionnels, des personnes concernées par l’action publique, des acteurs associatifs et des acteurs institutionnels ainsi réunis et de peser sur l’agenda scientifique et politique.

§ 3.2- Comité de pilotage

§ 3.2.1 – Composition

L’observatoire Urba-Rom est dirigé par un comité de pilotage dont les membres sont cooptés. Chaque cooptation d’un membre nouveau ou exclusion d’un membre ancien doit être proposée par trois membres au moins du Comité de pilotage et approuvée, après un mois de délai, par les trois quarts des suffrages exprimés au sein du comité de pilotage. Les trois membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 3.2.2 – Procédure de décision

Toutes les décisions autres que celles du § 3.1 (cooptation) doivent être proposées par un membre au moins du Comité de pilotage et adoptées à la majorité des membres dès que celle-ci est acquise ou à la majorité des suffrages exprimés après un délai d’une semaine lorsque la proposition est faite par courrier électronique adressé à tous ou à la majorité des suffrages exprimés lors d’une réunion. Le ou les membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 3.2.3 – Responsabilités du comité de pilotage

Les membres du comité de pilotage sont responsables de la conformité des activités de l’observatoire avec la charte ; de la gestion du centre de ressources en ligne ; de la rédaction, le plus régulièrement possible, de son éditorial ; de la définition de la politique de développement de l’observatoire et, plus largement, du bon fonctionnement de l’observatoire. Ils assurent de plus la gestion du blog Urba-Rom.

§ 3.3 : Comité de suivi

§ 3.3.1 – Composition

Les membres du comité de suivi sont cooptés ou révoqués par le comité de pilotage par décision conforme à l’une des modalités prévues au § 3.2.2. La participation  de chacun aux activités du comité de suivi est basée sur le principe du libre engagement de chacun.

§ 3.3.2 – Activités

Les membres du comité  de suivi portent un regard critique sur les activités de l’observatoire. Ils conseillent, proposent des orientations pour l’observatoire dont la gestion et le développement incombent toutefois au comité de pilotage. S’ils le souhaitent, les membres du comité de suivi peuvent proposer des thématiques de recherche ou des événements de nature scientifique. Le comité de suivi est informé tous les six mois des travaux de l’observatoire par le comité de pilotage qui rédige une note d’activités.

§ 3.4 – Le réseau des membres de l’observatoire Urba-Rom

§ 3.4.1 – Composition

Le réseau des membres de l’observatoire Urba-Rom est constitué par : les chercheurs, les professionnels, les personnes concernées par les politiques en question, les acteurs associatifs et institutionnels et, plus largement, tous ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, aux politiques en direction des groupes dits « roms/tsiganes ». L’intégration au réseau est libre : il suffit de s’inscrire auprès des membres du comité de pilotage. Le nouveau membre autorise l’observatoire à publier son adresse électronique, son institution de rattachement et ses thématiques de recherche et/ou centres d’intérêt sur le site d’Urba-Rom.

§ 3.3.2 – Droits

Les membres de l’observatoire ont libre accès à l’ensemble des ressources disponibles sur le site Urba-Rom. Ils peuvent proposer à tout moment des axes de recherche et des partenaires au comité de pilotage qui valide, ou non, ces propositions.

§ 3.3.3 – Devoirs

Les membres de l’observatoire se doivent de respecter la charte de fonctionnement quand ils participent aux activités de l’observatoire Urba-Rom. En cas contraire, ils peuvent être exclus de l’observatoire par décision du comité de pilotage.

Section 4 – SUPPORTS ET MOYENS

§ .4.1 – Financement

L’observatoire n’a pas vocation à être financé en tant que structure. En revanche, les membres d’Urba-Rom et leurs institutions de rattachement peuvent être porteurs de projets, ou participer à des projets dans le cadre de l’observatoire. Ces projets, qui doivent s’intégrer aux différentes missions d’Urba-Rom (centre de ressources en ligne, recherche scientifique, dialogue acteurs/chercheurs), contribuent à l’activité et au développement de l’observatoire. Ils sont réalisés dans le cadre de partenariats et peuvent, éventuellement être hébergés par l’observatoire.

§ 4.2 – Partenariats

L’observatoire s’emploie à établir des partenariats privilégiés avec d’autres réseaux scientifiques, centres de ressources et laboratoires de recherche, ainsi qu’avec des organisations de la société civile et des institutions en dehors du champ scientifique. Les partenariats sont négociés, sur la base d’un mandat du comité de pilotage Urba-Rom par un ou plusieurs de ses membres dans une perspective de réciprocité afin que le partenariat favorise les collaborations, la mutualisation des activités et des connaissances et la plus grande diffusion des publications des deux partenaires.

§ 4.3 – Programmes hébergés

§ 4.3.1–Définition

Ce sont des programmes de recherche financés par une institution publique qui souhaitent, tout en restant complètement autonomes vis-à-vis des procédures de décisions internes à Urba-rom, à la fois bénéficier des moyens de communication du réseau pour leur fonctionnement et la diffusion de leurs travaux (partie de site web, listes de discussion, listes de diffusion, centre de ressources en ligne, etc.) et soutenir l’observatoire notamment pour le développement de ses moyens Internet (matériel, vacations).

§ 4.3.2 – Décision d’hébergement

Le comité de pilotage décide de l’hébergement des programmes de recherche qui le sollicitent. Sa décision d’hébergement est irrévocable jusqu’au terme initialement prévu par le programme au moment de son accueil, ce terme pouvant être repoussé par accord tacite entre les parties.

§ 4.3.3 – Autonomie

Chaque programme est dirigé suivant ses propres modalités et de manière indépendante de l’observatoire Urba-Rom y compris pour ce qui concerne les publications sur la partie de site réservé à chaque programme, ceci dans la limite du respect de la charte de fonctionnement et du droit en vigueur.

§ 4.3.4 – Programmes hébergés :

Aucun pour l’instant.

Section 6 : PUBLICATIONS

§ 6.1 – Orientations générales

Afin de garantir la meilleure accessibilité possible, l’observatoire privilégie la publication gratuite en ligne des résultats intermédiaires ou finaux des membres de l’observatoire sur le site d’Urba-Rom. Bien entendu, ce choix premier n’exclut pas de recourir à d’autres types de publication, par exemple les publications sur papier.

§ 6.2 – Blog Urba-Rom

Principal support des activités d’Urba-Rom, le site abrite le centre de ressources en ligne et les travaux de l’observatoire (ateliers et séminaires, colloques, publications en ligne). Il comporte aussi un éditorial rédigé par des membres du comité de pilotage ou par des membres du réseau sur une thématique précise ou sur une question d’actualité et un calendrier des événéments scientifiques ayant trait aux principales thématiques de l’observatoire. Les membres du comité de pilotage sont responsables du bon fonctionnement du site d’Urba-Rom, conformément à la charte en vigueur.

par ailleurs il réunit principalement des textes d’actualité se rapportant au domaine d’Urba-Rom (livres, articles de presse, tribunes d’opinion, documents divers, discours publics, suivi de débats, etc.). Chaque rubrique du blog est animée par une ou des personnes dont les noms apparaissent à l’écran lorsque l’on pointe le titre de la rubrique. Chaque membre du comité de pilotage et du comité du suivi peut créer une rubrique à son nom dans la partie « Blogs » et y publier ce qu’il souhaite en respectant le droit français et la charte de fonctionnement de l’observatoire. Si les propos tenus sur le blog sont de la responsabilité de leurs auteurs, la gestion du blog en conformité avec la charte de l’observatoire relève des missions du comité de pilotage.

 

§ 6.3 – Le centre de ressources en ligne

Principalement alimenté  par les membres de l’observatoire, il réunit des documents variés : articles scientifiques, rapports techniques, littérature associative, textes de lois, multimédia, etc. Son accès est libre à l’exception des ressources publiées ailleurs, qui ne sont accessibles qu’aux membres de l’observatoire et réservés à un usage privé. Les éditeurs qui le souhaiteraient sont libres de demander le retrait des articles ou des documents qu’ils auraient édités. Le comité de pilotage garde la possibilité de retirer les documents et autres ressources, s’il le juge nécessaire. Les membres du comité de pilotage ont accès au système interne du site, à l’ensemble de ses fonctionnalités et à ses statistiques de visite.

Section 7 : RÉVISION DE LA CHARTE

§ 7.1 – Procédure

La charte peut être révisée par le comité de pilotage conformément à l’une des procédures de décision prévues au §3.2 sauf pour les sections n°1 et 2 dont la révision nécessite une proposition de vote de trois membres au moins du Comité de pilotage et les trois quart des suffrages exprimés dans un délai d’un mois après l’ouverture du vote. Les trois membres faisant la proposition peuvent demander un vote à bulletin secret.

§ 7.2 – Adoption et révisions

La présente charte a été adoptée, dans sa première version, par les membres du comité de pilotage à l’unanimité des votants, le ?