A propos des Roms et de la statistique

En mars 2011, l’ERRC (European Roma Rights Center) publiait un rapport sur la « traite [des êtres humains] dans les communautés roms ». Intitulé « Breaking the Silence », ce rapport qui porte sur cinq pays d’Europe centrale et orientale (Roumanie, Bulgarie, République tchèque, Slovaquie et Hongrie), souhaite « attirer l’attention, tout en évitant la récupération politique et la stéréotypie » ( Foreword, p.1).
Dès l’introduction, les auteurs notent qu’« en dépit du manque de données officielles précises sur la traite et l’exploitation concernant les Roms, la présente recherche a documenté les perceptions répandues selon lesquelles les Roms étaient affectés par la traite des êtres humains et qu’ils étaient significativement sur-représentés parmi les personnes trafiquées dans certains pays » (p. 9). En effet, selon les résultats de l’étude, les Roms représenteraient, en 2010, « 50-80 % des victimes du trafic d’êtres humains en Bulgarie, jusqu’à 70 % dans certaines régions de la Tchéquie, au moins 40 % en Hongrie, environ 50 % en Roumanie et au moins 60 % en Slovaquie » (p. 11).
D’où proviennent ces données ? Sur quelle(s) base(s) sont-elles construites ?

Les auteurs ont mené une enquête de terrain entre février et avril 2010, rencontrant divers acteurs concernés par la question. Au total, 227 personnes ont été interviewées (soit un peu plus d’une dizaine par lieu d’enquête), parmi lesquelles : des officiers de police, des procureurs, des médiateurs de santé, des travailleurs sociaux, des représentants du gouvernement, des professionnels du secteur de la santé mentale et des enseignants. Par ailleurs, 26 informateurs privilégiés ont été interrogés, ainsi que 37 personnes ayant été elles-mêmes victimes de traite.
Par conséquent, les chiffres de ce rapport sur l’implication de Roms dans les activités de traite sont principalement construits à partir de déclarations faites par des individus au sein « des services de lutte contre la traite, [de] la police et [des] représentations du gouvernement » (p. 32). Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes, « [pour déterminer la proportion de Roms parmi les personnes impliquées dans le trafic d’êtres humains], les personnes enquêtées se sont basées sur leur jugement personnel, prenant éventuellement en compte des critères tels que les conditions de vie, la couleur de la peau etc. Bien que cela n’ait pas vraiment été indiqué par les personnes interviewées, il se peut que les préjugés habituels au sujet de l’implication des Roms dans des activités criminelles, aient influencé les réponses » (ibid.).
En d’autres termes, c’est uniquement sur la base de témoignages individuels, qui sont manifestement impressionnistes et peut-être influencés par les stéréotypes sur les Roms, que les auteurs de Breaking the Silence se sont fondés pour établir la « sur-représentation des Roms » dans la traite des êtres humains.

Quoi qu’on puisse penser de ce rapport, les remarques précédentes invitent à s’interroger sur le fait de recourir à l’approche statistique et quantitative quand il s’agit d’étudier la situation d’individus ou de groupes sociaux minoritaires et/ou en difficultés. En particulier, on peut se demander si l’approche statistique et quantitative ne risque pas de stigmatiser un peu plus les groupes désignés comme roms/tsiganes, d’exposer davantage ces derniers à la violence de la société et de ses institutions. Surtout si l’on tient compte des progrès actuels de l’anti-tsiganisme dans de nombreux pays européens sur fond de crise sociale, économique et politique.  Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier que les statistiques, en particulier les statistiques ethniques, peuvent servir de caution scientifique à la consolidation des stéréotypes existants. C’est en tout cas ce que souligne Cosima Rughinis dans un article publié en 2010 et intitulé : « Quantitative Tales of Ethnic Differentiation: Measuring and Using Roma/Gypsy Ethnicity in Statistical Analyses ».

Ces observations ne méritent-elles d’être considérées avec le plus grand soin, non seulement par les chercheurs et par les organismes de soutien aux Roms comme l’ERRC, mais aussi et plus largement par les institutions en charge des politiques de recherche et de l’inclusion des Roms, cela à l’échelle européenne aussi bien qu’au niveau national ?

Crédit illustration : Extrait page 113 de l’ouvrage hongrois A Cigányokról [Sur les Tsiganes]…, WLISLOCKI, Heinrich von. Digitalisé par la British Library, domaine public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *