la régulation sociale et politique : Nouveaux et anciens cadres de la mobilité et de l’installation des Roms, et politiques publiques. Pratiques Administratives face au phénomène dans la France et l’Espagne urbaine.

A l’initiative du Centre d’études et de recherches sur les migrations de l’Université autonome de Barcelone, cet atelier fut organisé au Mòdul A, Parc de Recerca de l’université le 21 juin 2011 prochain. La journée s’est inscrit dans la thématique « Politiques publiques et régulation sociale » ; elle fut l’occasion d’effectuer une comparaison entre les politiques publiques destinées aux migrants Roms dans les villes d’Europe occidentale. Il s’agit d’une première étape d’un travail collectif autour de la situation des migrants Roms en France et en Espagne.

Comment justifier la comparaison ? Ensemble avec l’Italie, la France et l’Espagne sont la principale destination de nombreux migrants en provenance de Roumanie, de Bulgarie et de l’ex-Yougoslavie (en particulier en Italie et en France). Souvent dans une situation précaire qui les rend très visibles dans l’espace public, ces migrants se livrent à différentes stratégies (migratoires, résidentielles, économiques) qui tiennent compte de l’écart entre les cadres juridiques et politiques à différents niveaux : local, régional et national. Suivant cette idée, la comparaison vise à identifier les modes d’interaction entre les pratiques des migrants et les politiques institutionnelles dans deux contextes qui semblent a priori différents voire opposés : l’Espagne, où les «nouveaux Européens» sont libres d’accéder au marché du travail, et la France où ils ont besoin d’un permis de travail parce que l’Etat français a décidé d’appliquer les mesures transitoires jusqu’à l’heure actuelle. Afin d’élargir le champ de comparaison, les réflexions sur d’autres groupes comme, par exemple, les Gitanos espagnols et / ou en français les « Gens du voyage », fourniront un contrepoint pertinent à la réflexion sur la situation des Roms migrants. Au-delà ou pour être plus précis à partir du cas des Roms, la proposition des ateliers « Politiques publiques et régulation sociale » est en effet de contribuer aux réflexions actuelles sur la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine dans l’Europe d’aujourd’hui.

Résumé des échanges et drafts des communications


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.