Urba-Rom nouvelle version

Après plusieurs mois de travaux en partenariat avec Crévilles1, le site d’Urba-Rom a été entièrement revu. Cette refonte a permis de renforcer l’accessibilité au centre de ressources et aux travaux d’Urba-Rom. Ce fut aussi l’occasion de préciser les missions de notre réseau qui devient aujourd’hui un observatoire des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes.

Pourquoi parler de groupes dits roms/tsiganes ? Bien sûr, il ne s’agit pas de remettre en question les identités individuelles et collectives, mais nous voulons mettre l’accent sur les processus de catégorisation engagés par les sociétés globales et leurs institutions. En effet, les modes de catégorisation, qui font appel à différents registres de stéréotypes, déterminent avec force les politiques en direction des groupes en question.

Pourquoi parler d’observatoire ? Plus que le réseau, l’observatoire correspond bien aux activités qu’Urba-Rom a engagées jusqu’à présent : le regroupement des sources scientifiques et documentaires, la veille sur l’actualité et l’analyse critique des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes.

Comme indiqué dans la plaquette de présentation de l’Observatoire, Urba-Rom a d’autres missions cependant. En partant de l’examen de la situation des groupes dits roms/tsiganes, il s’agit de participer aux réflexions sur les sociétés européennes aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine ; et de favoriser le dialogue entre les chercheurs, les acteurs institutionnels et associatifs, et les populations-cibles de l’action publique.

Urba-Rom dispose désormais d’une charte. Son objectif principal est de garantir la collégialité comme mode de décision tout en favorisant les initiatives personnelles au sein de l’observatoire, tant que ces initiatives sont compatibles avec les principes d’Urba-Rom.  La charte vise aussi à garantir la pérennité d’un espace de réflexion à la croisée des mondes universitaire, institutionnel, associatif,  et avec les concernés. Un espace de réflexion qui, de surcroît, soit affranchi de toute tutelle, sur le plan financier comme sur le plan institutionnel. C’est à ce prix que l’observatoire pourra, à notre avis, remplir ses missions d’information, d’analyse critique et de dialogue.

Pour terminer, il convient d’indiquer que la refonte du site n’est pas entièrement achevée. Les traductions en anglais sont en cours. Ceux qui voudraient contribuer à ce travail sont évidemment les bienvenus. Car, dans son fonctionnement comme dans ses principes, Urba-Rom est une structure collaborative.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *