La « question rom » : un champ d’expérimentation pour les politiques sociales dans l’Europe mondialisée ?

A la Une du mois de janvier 2011, la Rédaction propose un article de Nicolas Guilhot publié en 2004 dans les Actes de la recherche en sciences sociales : « Une vocation philanthropique. George Soros, les sciences sociales et la régulation du marché mondial » (Le lecteur pourra également se reporter à un article en anglais : « Reforming the World: George Soros, Global Capitalism and the Philanthropic Management of the Social Sciences », in Critical Sociology, 2007).

N. Guilhot analyse les initiatives du milliardaire George Soros dans le domaine des sciences sociales. Il s’intéresse en particulier à la création de l’Université d’Europe centrale (CEU), dont George Soros est le fondateur et le bailleur de fonds. Selon l’auteur, la CEU a contribué à la formation et à la diffusion d’un nouveau discours savant en lieu et place de la critique sociale. Ce discours fait la part belle aux sciences appliquées, à l’approche pragmatique et à l’expertise, en même temps qu’il favorise, conformément à l’idéologie des « nouveaux philanthropes » tels que G. Soros, une « lecture institutionnaliste et politique du libéralisme économique ». Les initiatives du milliardaire d’origine hongroise sont ainsi loin d’être désintéressées. Selon N. Guilhot, elles ont servi à la diffusion et à la mise en œuvre des politiques néolibérales et, plus largement, à la reproduction du capital, légitimée par un discours humaniste promouvant la « société ouverte » (Popper).

Quel rapport avec les politiques en direction des groupes roms/tsiganes ? L’Open Society Institute de Soros est l’un des acteurs majeurs de la « question rom » depuis 1990. Avec les sciences appliquées, les Cultural Studies auxquelles se réfèrent de nombreux travaux et rapports sur les Roms/Tsiganes, servent de base au discours dominant (fondations philanthropiques, institutions internationales, ONG). Les Roms/Tsiganes y sont volontiers assimilés à une « minorité transnationale » qu’il s’agit de prendre en compte dans une conception cosmopolitique du droit européen, selon Henriette Asséo. En outre, les politiques en direction des Roms/Tsiganes participent à la concrétisation de l’approche technicienne et normative qui domine aujourd’hui. La recherche d’« indicateurs de performance », la promotion des best practices et le recours aux méthodes d’évaluation en sont de bonnes illustrations. Enfin, l’approche culturaliste et l’affirmation identitaire ont servi au rapprochement des institutions internationales avec les leaders des organisations romani, désormais dans l’orbite de l’Union européenne (Asséo).

Quelles sont les conséquences de ce métissage entre Cultural Studies et sciences appliquées sur les publics visés et sur les politiques publiques ? Si l’enquête reste à faire, on peut d’ores et déjà émettre quelques hypothèses. D’abord, la marginalisation accrue de groupes roms/tsiganes montre que l’affirmative action n’a pas eu les résultats escomptés. En outre, la généralisation d’un discours culturaliste et globalisant sur les Roms/Tsiganes a participé à la remise en cause des ancrages locaux historiques des groupes ainsi désignés. Les Roms/Tsiganes sont en effet de plus en plus souvent présentés comme une minorité transnationale sans attache, homogène et problématique, dans les discours des médias et des institutions nationales et internationales. Enfin, l’analyse de la formation des politiques publiques en matière d’ « inclusion des Roms » invite à se demander si de telles initiatives ne constituent pas de facto un terrain d’expérimentation privilégié des formes nouvelles ou actualisées de régulation sociale dans l’Europe globalisée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *