La situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Île-de-France, une référence indispensable sur la question

Dans son étude sur la Situation sanitaire des « Rroms migrants » en Île-de-France publiée en 2012, et disponible sur le site de l‘Observatoire Régionale de la Santé , la socio-démographe, Sandrine Halphen fait un état des lieux désormais indispensable pour tous ceux -travailleurs sociaux, professionnels de la santé, acteurs associatifs, acteurs politiques, chercheurs et simples citoyens – qui s’intéressent aux migrants roms en situation précaire dans la région-capitale et, plus largement, en France.

Le rapport est construit en trois parties. La première examine les « déterminants sociaux » de la santé des migrants roms en région parisienne en s’attachant à la fois à présenter les populations concernées, les difficultés d’accès aux droits (emploi, séjour, protection maladie) que ces dernières rencontrent, tandis que la seconde partie met davantage l’accent sur l’état de santé « très dégradé » des populations en question. Enfin, l’auteure s’attache à décrire les actions engagées par les pouvoirs publics pour remédier à cette situation tout en soulignant les freins à l’amélioration de leur situation sanitaire et sociale.

Parmi les idées fortes de cette étude, je retiendrai pour ma part le lien étroit que fait l’auteure entre les processus sociaux et politiques à l’origine de la grande précarité des migrants roms, d’une part, et l’état de santé des populations en question, d’autre part. « Les Rroms présentent surtout les caractéristiques sanitaires de l’exclusion » écrit en effet S. Halphen, qui précise à l’occasion la nature du lien entre précarité et (mauvais) état de santé. Pour la sociologue, ce lien réside notamment : dans le problème de l’accès aux soins et aux droits à la santé, qui peut résulter, entre autres choses, du refus de soins à l’égard des bénéficiaires la Couverture Maladie Universelle (CMU) par certains médecins ou professionnels de la santé ; dans le recours tardif aux soins, qui serait lié à l’absence d’ouverture de droits, aux « logiques de l’urgence » modifiant l’ordre des priorités des personnes, par exemple après une expulsion ; et dans l’inadaptation de dispositifs de soins, lesquels sont territorialisés ou « sectorisés » selon l’expression de l’auteure, alors que les migrants roms en situation précaire sont contraints à la mobilité, voire à l’errance à cause des évacuations de terrain qui ont pris une tournure systématique.

Un autre intérêt de l’étude réside à mon avis dans la comparaison des publics en situation de grande précarité. Dans quelle mesure les migrants roms se distinguent-ils d’autres publics en situation précaire ? Faut-il invoquer la culture ? Certainement pas selon la sociologue qui insiste plutôt sur les différences suivantes : l’absence de perspectives et de possibilités d’insertion pour les migrants roms en France, la stigmatisation et discrimination dans les pays d’origine favorisant l’instauration d’un sentiment de méfiance vis-à-vis des institutions ; et la méconnaissance des populations roms
par les professionnels sanitaires et sociaux qui vont alors « recourir à des explications culturalistes pour qualifier les comportements des populations rroms, niant par là-même les processus sociaux et politiques qui conduisent à ces comportements, aboutissant alors à des réponses parfoisinappropriées et/ou des traitements inéquitables » (p. 86).

Enfin, le travail de S. Halphen conduit à identifier quelques freins à l’amélioration de la situation sanitaire et sociale des migrants roms en situation précaire, à savoir les mesures de rejet (dont les réformes récentes de l’Aide médicale Etat qui restreignent l’accès aux droits à la santé) ; la crainte de l’ « appel d’air », souvent exprimée par les acteurs locaux et les contradictions au sein de l’action publique qui oscille en effet entre rejet et accompagnement des migrants roms en situation précaire.

Bien sûr, il est possible d’émettre quelques réserves à la lecture de cette étude. Le problème des sources peut ainsi être souligné dans cette étude comme dans tant d’autres travaux sur la question qui, en définitive, se basent en grande partie sur des sources associatives. S. Halphen le rappelle d’ailleurs volontiers : « les données disponibles sur la santé des populations rroms en Île-de-France [sont] issues dans leur quasi-totalité des interventions conduites par Médecins du Monde » (p. 71).En outre, on peut s’interroger sur la « mise en cohérence » des politiques que l’auteure appelle de ses vœux. Cette mise en cohérence ne risque-t-elle pas, en effet, d’aboutir à la généralisationde dispositifs d’hébergement et d’insertion qui, à défaut d’assurer l’insertion effective ou de renforcer l’autonomie des publics visés, soient surtout des instruments de gestion des mobilités et d’encadrement des personnes ?

Mais ces critiques sont minimes à côté de l’intérêt que représente cette étude. Solidement étayé par une cinquantaine d’entretiens réalisés dans la sphère institutionnelle et dans le milieu associatif,ainsi que par une recherche bibliographique et documentaire approfondie, le travail de Sandrine Halphen présente tout à la fois des synthèses et des pistes de réflexion sur l’état de santé des migrants roms en France aujourd’hui en Île-de-France, des informations nombreuses et actualisées
sur cette question mais aussi sur les politiques publiques et les pratiques administratives, ainsi que des éléments de comparaison avec les pays voisins.

Au terme de cette lecture rapide, la question est, me semble-t-il, de savoir ce que les commanditaires de ce travail, à savoir l’Etat (Préfecture de région d’Île-de-France et Direction régionale des affaires sanitaires et sociales- désormais Agence régionale de santé d’Ile-de-France) et le Conseil régional d’Île-de-France vont faire de ce rapport. En effet, celui-ci est très intéressant mais aussi quelque peu dérangeant car il met en avant le rôle et par conséquent la responsabilité des pouvoirs publics dans la dégradation de l’état de santé des migrants roms en situation précaire sur le territoire francilien.


2 réflexions sur « La situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Île-de-France, une référence indispensable sur la question »

  1. C’est toujours surprenant de lire que nos concitoyens sont rebutés par la pauvreté, comme si notre ilot/forteresse de richesse n’était pas environné par un océan de pauvreté: ben oui ils sont pauvres, ils émigrent, trouvent de quoi vivre comme ils peuvent. On pourra dire que puisque le problème est européen c’est à l’Europe de le regler sauf que l’Europe le règle mais n’ayant pas de légitimité son autorité est bien faible il me semble que nos contradictions aveuglantes et notre nostalgie d’une “douce France” sont un bien mauvais outils pour affronter les difficultés d’ici et d’aujourd’hui.

  2. EN BREF (lu dans le n° de Mars de FEUILLE DEROUTE…A;T;D; QUART-MONDE : “ROMS : LA FRANCE CONDAMNEE “..” Le 21 janvier 2013, le Comité européen des Droits sociaux du Conseil de l’Europe a condamné la France pour violations des droits despopulations Roms, en particulier des droitsaulogement, à l’éducation et àla protection delasanté. Cela fait suite à une réclamation de Médecins du Monde de Janvier 2011. Depuis cette dernière, lasituation des Roms reste précairedans certaines régions, malgré la circulaire du 26 août 2012 surl’accompagnement des évacuations des campements et malgré undispositif piloté par la Délégation interministérielle àl’hébergement et àl’accès au logement. Cette condamnation souligne l’urgence de faire appliquer partout cette circulaire d’août 2012 en tenant compte del’avis du CEDS…..” Merci de votre attention Muguette Chiroutre 9,nrue Félix Maire 94000 Créteil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.