Les meurtres de Roms ne suscitent pas d’unanime indignation en Hongrie

La maison où un père et son fils ont trouvé la mort à Tatárszentgyörgy, en Hongrie.

Au début du mois de novembre, trois membres d’un commando néonazi ont été accusés d’avoir tué un agent de police ainsi que huit vendeurs de kebab turcs et un commerçant grec entre 2000 et 2006 dans plusieurs villes allemandes. Ces actes avaient alors suscité l’émoi auprès de la grande majorité des Allemands et une condamnation unanime de la part de la classe politique, notamment de la chancelière fédérale Angela Merkel. Du Linke au CDU, tous les partis parlementaires avaient alors multiplié les déclarations pour réaffirmer vigoureusement leur opposition à l’extrême-droite et à ses idées.

Plus récemment,  entre 2008 et 2009, des agressions racistes ont fait six morts et cinq blessés graves parmi la population Rom de Hongrie. Dans un article daté du 26 novembre 2011 du Népszabadság, le journaliste hongrois Ákos Tóth fait un parallèle édifiant entre les deux pays et analyse le comportement des classes politiques allemande et hongroise face à ces exactions. S’il salue l’unanimisme des élus allemands pour dénoncer les dérives xénophobes et l’activisme des factions d’extrême-droite, c’est pour mieux souligner le désintérêt des représentants hongrois pour des faits considérés comme divers.

Si le président de la république de l’époque László Solyom avait effectivement condamné publiquement les raids anti-Roms menés par des groupuscules proches du parti Jobbik, il n’avait pas été suivi dans cette indignation par l’ensemble des partis politiques, notamment l’opposition parlementaire. Les députés du Fidesz (parti conservateur désormais au pouvoir en Hongrie) avaient même accompagné ces déclarations avec ironie et sarcasme. Après le meurtre d’un père et de son fils à Tatárszentgyörgy, l’intervention du médiateur de la République Ernő Kállai devant le Parlement hongrois pour évoquer des solutions contre la recrudescence des agressions anti-Roms n’avait d’ailleurs alors intéressé qu’une petite trentaine de députés.


Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Une réflexion sur « Les meurtres de Roms ne suscitent pas d’unanime indignation en Hongrie »

  1. J’aimerais en savoir un peu plus sur les « déclarations avec ironie et sarcasme » des députés du Fidesz… C’est possible?
    Merci pour ce billet!
    OL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.