En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris – Publié le 30/01/2012 à 17:01 Par l’AFP

 

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Quand il apparaît sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le policier roumain Gelu Manolescu, avec son uniforme marine frappé du sigle « Politia », produit toujours son effet: une poignée de jeunes Roumaines tourne brusquement les talons et se réfugie de l’autre côté de la Seine.

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Elles sont cinq à observer de loin ce policier roumain patrouiller en uniforme, avec deux collègues français, en plein coeur de la capitale. « Elles sont toujours un peu surprises », explique-t-il.

Depuis deux mois, M. Manolescu a pourtant eu le temps de se faire connaître. Comme 24 de ses collègues roumains, il fait quotidiennement le tour des lieux identifiés par la police comme susceptibles d’être touchés par la délinquance roumaine, essentiellement des sites touristiques comme Montmartre, le Trocadéro ou le Louvre. A 34 ans, M. Manolescu, qui a appris le français dès l’école primaire, a laissé femme et enfants en Roumanie pour cette mission. Ancien porte-parole de la police de Constanta (sud-est), deuxième ville du pays, il cumule 13 ans d’expérience. « dépasser la barrière linguistique » « On est ici pour accorder un soutien et assister directement les autorités françaises dans les affaires juridiques et la criminalité de droit commun qui implique les citoyens roumains », raconte-t-il. Les policiers français avec lesquels il patrouille acquiescent.

Cette coopération leur offre « une approche différente », disent-ils, ne serait-ce que pour « dépasser la barrière linguistique ». La nouveauté, c’est cette possibilité de communiquer: « Quand les policiers roumains sont là, ils discutent très bien » avec les Roumains interpellés, assure un policier français. Selon la préfecture de police de Paris, cette coopération est « une vraie réussite ». Elle a déjà permis de procéder à « près de 1.000 identifications » de Roumains sur la voie publique. « Le plus important, c’est d’établir qui sont ces personnes, avec qui elles rentrent (en France) et quelles sont leurs ressources », détaille M. Manolescu. Beaucoup des Roumains auquel il a eu affaire sont originaires de la ville de Videle (sud) à 70 km de Bucarest. Il s’agit souvent de jeunes mineures, âgées de 12 à 16 ans, arrivées en France « avec toute leur famille ». Les autorités françaises pointent régulièrement du doigt les membres de la communauté rom venus pour la plupart de Roumanie. La France avait été sévèrement critiquée à l’été 2010 lorsqu’elle avait annoncé sa volonté de démanteler les camps de Roms, pour renvoyer leurs occupants en Roumanie. A Notre-Dame, les « 10 à 15 Roumaines » présentes chaque jour, selon lui, sont connues pour des faits d’escroquerie à la charité publique, de mendicité agressive et de vols à la tire, parfois à l’intérieur même de la cathédrale.

M. Manolescu garde sur elles un oeil constant et s’arrête parfois quelques minutes pour les toiser du regard, veillant à ne pas émettre de préjugé dans ce jeu du chat et de la souris. « On ne stigmatise personne. On est ici seulement pour faire notre métier », dit-il en redressant sa casquette. Pendant ces deux mois, il assure n’avoir été confronté à aucune situation vraiment difficile. « Nous sommes bien respectés », affirme-t-il. M. Manolescu, qui n’était encore jamais venu en France, aimerait être de l’aventure si une deuxième collaboration de ce type venait à être organisée, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. « Nous avons collecté beaucoup d’informations dans la rue, que nous laissons à la disposition des autorités. Elles tireront leurs conclusions », dit-il.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.