Archives par mot-clé : Union européenne

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Crédit photographie : Matthieu Riegler, CC-by [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0) or CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons