Archives par mot-clé : OQTF

La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

 

Simon Vouet, Diseuse de bonne aventure dal Pozzo, 1617

 

Le vieux thème européen de la tsigane rusée troublant le bourgeois en goguette pour quémander,  resurgit au cœur de la gestion contemporaine des grandes métropoles : Florence, Genève, Bruxelles et depuis quelques mois de nouveau Paris. Nous avons alors l’impression de voir apparaitre sous nos yeux ébahis, une opérette de la seconde moitié du XIXe siècle. Le ministre de l’intérieur et le préfet de police tentant d’empêcher personnellement les rusées tsiganes des faubourgs (aujourd’hui nous dirions neuf-trois) de venir rapiner dans les beaux-quartiers des Champs Élysées. La tsigane rebelle est enfermée dans les caves de la conciergerie (véridique), avant d’être raccompagnée manu militari en Valachie.

Continuer la lecture de La tsigane au manghel vous trouble-t-elle fondamentalement ?

Ils attendaient Saint-Nicolas…

Le 6 décembre,  à six heure et demi, dix camionnettes de policiers arrivent dans le bidonville de la rue Pascal à la Courneuve. Les chiens gardant l’entrée sont neutralisés à l’aide de grands lassos. La police rentre dans le bidonville et le boucle. Les familles sont amenées  les unes après les autres vers cinq camionnettes garées juste en face du terrain. Dans chaque camionnette, un policier demande la carte d’identité et remplit un formulaire présigné : une « OQTF« , acronyme d’obligation de quitter le territoire français.  Puis un « civil » propose de rentrer en Roumanie pour de l’argent, après avoir vérifié dans le « calculator« . Les personnes sont une à une relâchées mais interdites de rentrer chez elles, jusqu’à la fin de l’opération.

Lorsque j’arrive deux heures après le début de l’opération, la plupart des habitants attendent dehors que la police ait terminé de faire des allers-retours entre le terrain et les camionnettes. Dans l’étroite rue Pascal, la concentration de Roms, de policiers se mêlant dans un beau foutoir empêche la circulation de gros camions qui vont et viennent dans la zone industrielle. Le gardien des entrepôts faisant face au bidonville s’agite et tente dans l’indifférence de contenir tout ce monde.

Ce n’est pas la première fois la police distribue des « OQTF » sur ce terrain : ainsi le 17 aout 2010  la préfecture avait déjà procédé à une distribution d' »OQTF » ;  les personnes sont assez philosophes, ces papiers n’auront normalement pas beaucoup d’impacts sur leur vie quotidienne. Je discute avec une vieille dame qui trouve toutefois que « nous faire ça le jour de la saint Nicolas ! ils ne respectent rien » et sa voisine de m’expliquer  qu’elle devait ce matin-là mettre dans les souliers de ses enfants quelques cadeaux. Ce qui ressort globalement  c’est : nous expulser pourquoi pas, mais gâcher la saint Nicolas c’est dégueulasse. On ne rigole pas avec les fêtes religieuses chez les évangélistes.

Je reste jusqu’à la fin de l’opération vers 10 heures. En moins de quatre heures la police aura fait un examen approfondi et minutieux de la situation personnelle de plus de 200 personnes, soit si on compte cinq camionnettes d’examen environ dix minutes par personne. Dix minutes pour résumer une vie, dire ce que l’on fait sur ce terrain un petit matin de décembre, expliquer ses espérances, ses désillusions.

à suivre : le sevrage tabagique par les évangélistes de la rue Pascal du juriste de bidonvilles….