MigRom a 10 mois !

Le projet a démarré en avril.  Grégoire Cousin et Petre Petcut  mènent les recherches sous la direction scientifique de Henriette Asséo. L’objet de la recherche est l’étude de l’immigration des Roms roumains en France, comme réalité anthropologique et historique mais également dans ses implications politiques et sociales pour les sociétés d’accueil.

Source : archive préfectorale de Tulcea,  dossier 851 -1939
Source : archive préfectorale de Tulcea, dossier 851 -1939

Entre Mai et décembre 2013 une enquête de terrain pilote fut effectuée selon la méthode de questionnaires semi-directifs auprès de communautés roms originaires du département de Craiova installées dans l’Essonne  et originaires des départements du Bihor  et de Tulcea et installées  en Seine-Saint-Denis.La numérisation d’archives locales  roumaines touchant l’histoire de ces communautés fut également initiée.

MigRom a participé à l’organisation en octobre 2013 à Montpellier d’un colloque international consacré à l’actualité de l’habitat temporaire qui portait notamment sur les bidonvilles roms. Afin d’appuyer le projet, l’équipe MigRom a, en partenariat avec Ilsen About, mis en place un séminaire de recherche sur «  la transnationalité des Roms en questions » axé sur les aspects méthodologiques. Dans le cadre de ce séminaire, MigRom développe un projet collaboratif de numérisation d’archives scientifiques et de mise en commun de la documentation portant sur Roms /Tsiganes.

Enfin MigRom mène une recherche en partenariat avec le Medialab (sciences-po) afin de cartographier l’usage « des Roms » dans les controverses politiques  durant la campagne municipale sur les territoires des agglomérations de Montpellier et de Plaine commune.

Présentation du Projet MigRom

Le projet MigRom a pour ambition d’explorer et d’analyser les expériences, motivations et ambitions des Roms roumains immigrant en Europe de l’Ouest. Ce projet de 4 ans, coordonné par l’Université de Manchester, est mené en partenariat avec les universités de Vérone, Grenade et le Centre roumain pour les minorités nationales de Cluj-Napoca.  Le cœur du projet est une ethnographie de familles Romani présente en Europe de l’Ouest afin de saisir les déterminants et les effets des circulations intra-européennes. Au coté de cette anthropologie familiale, il nous faut comprendre les contextes sociaux-historique dans lequel se déroule cette migration et nous avons donc, pour ce faire, développé un volet numérique, dans laquelle deux initiatives ont été menées.

La première s’attache à montrer la force des catégories héritées du passé dans la construction des politiques publiques contemporaines, à partir d’une analyse des catégories juridiques et administratives constituées depuis la fin du XIXème siècle sur les populations dites tsiganes ou itinérantes. L’étude des réseaux des tsiganologues de la fin du XIXème jusqu’à la première moitié du 20ème siècle offre une entrée inédite sur ces questions, et nous avons donc entrepris la numérisation et le catalogage de différents fonds, la présentation raisonnée et géolocalisée d’éléments qui en sont issus (circulaires, correspondance, etc.), ainsi qu’un travail de visualisation et d’analyse de ces données.

La deuxième consiste à mettre en place un dispositif d’analyse de controverse permettant de saisir l’émergence et la diffusion des « questions roms » au cours des élections municipales et européennes de 2014. Il s’agit de comprendre les modalités de circulation des discours politiques sur le Web en utilisant la cartographie des sites politiques.

Crédit photographie : Romanian Eyes, par Marc Swenker (Licence CC-BY-SA)