Les Roms comme objet de recherche : les enjeux d’une nécessaire banalisation

Bien sûr, il n’y a pas que Manuel Valls qui se préoccupe des questions d’intégration à propos des Roms. Les scientifiques aussi…

Une polémique a éclaté en octobre dernier au sein de l’Université Corvinus de Budapest. De nombreux universitaires et personnalités engagés dans la lutte contre les discriminations envers les Roms, ont adressé une lettre au recteur de l’établissement pour lui demander le retrait de la bibliothèque universitaire d’un livre publié en 2009, intitulé Post-communist Europe and its National/Ethnic Problems: a course-pack. L’auteur de cet ouvrage, Géza Jeszenszky, ambassadeur, homme politique hongrois et par ailleurs professeur dans cette même université, y défend l’idée que l’essentiel du désarroi dans lequel est plongée la population rom, est largement imputable aux désordres mentaux eux-même attribués à  l’endogamie qui aurait cours au sein de nombreuses familles concernées. Cet évènement soulève plusieurs questions auxquelles sont confrontés les chercheurs du réseau Urba-Rom et, au delà de la légitime controverse politique qu’a fait naître l’ouvrage, il nous entraine à réfléchir sur nos propres pratiques scientifiques.

Un premier présupposé vient de l’usage de l’« endogamie », comme pratique qui placerait les Roms dans une position d’altérité absolue, à la fois culturelle et génétique, par rapport au modèle dominant en Europe occidentale. Cette rupture est bien sûr en grande partie fausse, les gadjé étant peut-être plus endogames qu’ils ne le disent  et les Roms bien moins; il s’agit bien plus d’une conception de soi que d’un fait social démontrable. Toutefois dans le texte de Jeszenszky, il s’agit d’une affirmation qui est inscrite sous le régime des évidences (sans démonstration), tout comme lorsqu’il affirme quelques lignes plus haut que les Roms sont « faciles à reconnaître par leurs cheveux et leur peau sombres ». Il nous semble que cette évidence  est d’abord guidée par une volonté farouche de dédouaner le politique de sa responsabilité en appuyant l’idée selon laquelle les structures familiales sont un élément déterminant dans la reproduction des situations de pauvreté. Cette opinion reste très ancrée chez les chercheurs et les experts de la « question rom », d’ailleurs  le professeur Jeszenszky a justifié, par la suite, son assertion par la littérature tsiganologique  sur le sujet.

Or, nous touchons ici le cœur du problème : si Géza Jeszenszky a pu engager sa légitimité de chercheur pour apporter une justification « anthropologique » à des situations de grande pauvreté,   et ainsi acter et accréditer des catégories de pensée tendant à faire des Roms une population forcément à part et de la « tsiganité » un être au monde marqué par le sceau de la typicité, c’est qu’il y a une responsabilité commune des chercheurs en sciences sociales dans la construction de ces catégories de pensée. De nombreuses traditions scientifiques, que ce soit en sociologie, histoire, anthropologie ou géographie, se sont longtemps imposées dans le champs académique par cette obsession du découpage et du classement : de ce point de vue, l’argument culturaliste (ou ethnoculturel) n’a bien souvent fait que prendre la place du racialisme, sans remettre en cause la logique même d’une telle construction savante de l’altérité. Ayant pour elle la marque du « bon sens », cette posture intellectuelle connaît encore une certaine résonance au sein de la société, mais elle n’en demeure pas moins scientifiquement infondée et, bien sûr, politiquement dangereuse.

Si la figure « Roms/Tsiganes » fait sens dans l’imaginaire européen depuis le 19ème siècle, elle reste un signifiant vide de sens en tant que tel.  Cela fait déjà longtemps que de nombreux chercheurs de terrain ont montré la limite des montées en généralité concernant différents groupes rattachés au forceps à cette catégorie, mais leur contribution reste encore trop peu connue par la société et les responsables politiques. Toutefois le refus de la généralisation par les spécialistes menant des études de cas sur des petits groupes sociaux, ne ferme pas la réflexion sur la responsabilité du chercheur. Sauf à refuser d’enquêter sur des pratiques jugées immorales par la société dominante, le chercheur de terrain prend toujours le risque de voir ses conclusions réutilisées à mauvais escient, car généralisées à tous les Tsiganes/Roms du monde.  Un exemple frappant de ce risque fut fourni en Italie il y a quelques années, dans un article de 1990 « Stealing from the gadjo. Some notes on Roma Ideology », Etudes et documents balkaniques et méditerranéens, vol. 15, 1990,  Leonardo Piasere et  Jane Dick Zatta font une analyse fine de l’économie morale du vol chez petit groupe de Slovensko Roma. Les deux anthropologues font bien attention de ne pas élargir leur propos aux “Roms/Tsiganes” mais, bien malgré eux, ils ont fourni une caution anthropologique à la montée en généralité politique du vol comme une activité culturelle commune à tous les Roms/Tsiganes. Il suffit de lire  les travaux de Barbagli, et en particulier  : Barbagli M., Immigrazione e criminalità in Italia, Il Mulino, 1998. p. 142, pour s’en assurer.
Il nous semble, et c’est une position commune autour de laquelle s’est construit le réseau Urba-Rom que c’est bien dans la banalisation des pratiques des groupes dits roms/tsiganes, autrement dit  dans une montée en généralité qui ne soit pas réservée aux « Roms » mais prenant en compte l’ensemble du monde social grâce à une posture comparatiste que réside sans doute la posture la plus pertinente face à l’antitsiganisme ambiant. Car elle permet de sortir des considérations artificielles et stéréotypées tout en repositionnant les phénomènes observés dans leur contexte politique, économique et social. Dans le cas qui nous intéresse, cela revient de toute évidence à envisager la responsabilité des autorités publiques dans la marginalisation des groupes dits « roms/tsiganes ». C’est justement cette responsabilité que Géza Jeszenszky a probablement tenté de minimiser en recourant à une approche culturaliste des populations marginalisées.

Crédit photographie : Sculpture « La Foule Illuminée » de Raymond Mason, installée sur l’Avenue McGill College à Montréal (Licence CC-BY-SA)