Paris : les Roumains dans le viseur

Par Europe1.fr et Pierre de Cossette

En présentant ses chiffres, le préfet de police de Paris a insisté sur cette population.

Surtout, ne pas être taxé de xénophobie… Michel Gaudin a pris toutes les précautions lundi en présentant les chiffres de la délinquance à Paris. Le préfet de police de la capitale s’est donc appuyé sur des chiffres, des données présentées comme objectives et incontestables au moment d’insister sur les agissements d’une population en particulier : les Roumains.

L’an dernier à paris, selon les chiffres présentés par le haut fonctionnaire, alors que la délinquance a baissé de 1,52% en 2011, le nombre d’interpellations de Roumains a lui explosé : + 78%. En moyenne, les policiers en ont arrêtés 23 par jour, souvent les mêmes, la plupart du temps des mineurs qui s’échappent au petit matin des foyers où on les a placés.

“Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser”

Pour Michel Gaudin, il faut arrête de se voiler la face. “Pourquoi le nier ? Ces personnes se livrent à des activités qui sont les vols au DAB (distributeurs automatiques de billets, ndlr), les vols de portable, la mendicité fondée sur des systèmes de réseaux qui exploitent, le terme n’est pas trop fort, des mineurs”, explique le préfet de police. “Je pense qu’il serait tout à fait immoral de ne pas s’occuper de ces enfants qui sont de véritables esclaves. Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser, il s’agit de constater et de faire en sorte que l’on puisse démanteler ces réseaux, particulièrement présents sur la région parisienne.”

Depuis plusieurs mois, avec l’aide d’une dizaine d’homologues venus de Bucarest, les policiers parisiens ont entrepris de dresser une cartographie détaillée des réseaux roumains implantés dans la capitale. A ce jour, les enquêteurs ont identifié 1.300 personnes.

Source :  http://www.europe1.fr/France/Paris-les-Roumains-dans-le-viseur-917151/

Tandis que la France maintient ses mesures transitoires, l’Italie s’ouvre aux Roumains et aux Bulgares

(EurActiv.fr)
L’Italie, frappée par la crise, lève ses restrictions sur le marché du travail pour les Roumains et les Bulgares. Neuf autres membres de l’UE ont décidé de maintenir ces restrictions. Beaucoup justifient leur décision par le taux de chômage élevé dans leur pays.
Rome a décidé d’ouvrir grand les portes de son marché du travail aux citoyens des deux nouveaux venus dans l’Union européenne à partir du 1er janvier 2012, a affirmé à EurActiv un membre de l’ambassade roumaine en Italie. Le ministère italien des affaires étrangères a officiellement informé les diplomates roumains et bulgares de sa décision le 29 décembre par le biais d’une notification.
Le président italien, Giorgio Napolitano, avait précédemment déclaré qu’il n’était pas prévu d’adopter des mesures restrictives pour les travailleurs roumains. Ces déclarations ont été perçues comme un signal positif en Bulgarie et en Roumanie.
Les deux pays sont entrés dans l’UE en 2007, mais se sentaient « victimes de discrimination », dans la mesure où leurs citoyens ne pouvaient pas accéder librement au marché du travail de l’Union. Le ministre bulgare des affaires étrangères, Nicolaï Mladenov, et le ministre du travail, Totiu Mladenov, ont publié une déclaration dans laquelle ils saluent la levée de ces restrictions en Italie. Ils ont affirmé que cette décision résultait de l’excellent état des relations entre la Bulgarie et l’Italie et de leur partenariat stratégique, a rapporté Dnevnik, l’agence partenaire d’EurActiv à Sofia.
Un signal positif
La décision prise par Rome est la « preuve » que le maintien des restrictions sur le marché du travail résulte de considérations politiques et non économiques, a argué l’eurodéputé Marian-Jean Marinescu (PPE-Roumanie). « Le fait qu’un pays comme l’Italie, qui subit de sévères mesures d’austérité, ait pris cette décision démontre qu’il a réalisé que les travailleurs roumains et bulgares contribuaient à son économie. De plus, il y a beaucoup de Roumains dans le pays, ce qui montre à quel point ils sont appréciés », a-t-il ajouté. Plus d’un million de Roumains vivent et travaillent en Italie. En outre, plus de 30 000 entreprises italiennes en Roumanie emploient quelque 800 000 travailleurs roumains, selon le ministère roumain de l’intérieur. M. Marinescu a déclaré que la décision prise par l’Italie envoyait un « signal positif » aux autres pays qui maintiennent leurs restrictions, affirmant qu’ils doivent se protéger d’une hausse du chômage. L’ambassade roumaine à Rome a remercié le gouvernement italien pour l’ouverture de son marché, « surtout en ces temps de crise économique ».
Neuf signaux négatifs
Neuf pays de l’UE ont en revanche décidé de maintenir « partiellement ou totalement » leurs restrictions pour deux années supplémentaires, a déclaré la Commission européenne. L’exécutif européen n’a pas communiqué plus de détails. Parmi ces neuf pays, l’Allemagne, l’Irlande et le Royaume-Uni ont été les premiers à faire part de leur décision à la Commission. Les Pays-Bas et la Belgique ont également publiquement déclaré qu’ils maintiendraient le régime des permis de travail pour les résidents issus des deux pays, et ce pour deux années supplémentaires. Les pays de l’UE ne peuvent cependant pas imposer de restrictions sans justifier leur décision, comme l’a récemment expliqué László Andor, le commissaire européen en charge de l’emploi et des affaires sociales. « [Cette décision] doit également être étayée par une analyse des troubles du marché du travail ou de la menace de telles perturbations dans le pays en question, et nous examinerons ces faits au cas par cas », a affirmé M. Andor. La Commission n’a pas encore examiné toutes les notifications envoyées par les neuf Etats membres, mais elle a fait savoir qu’elle publierait ses résultats dans les jours à venir.
C’est de la faute de la crise
Plusieurs pays ayant annoncé qu’ils maintiendraient leurs restrictions envers les Roumains et les Bulgares auraient évoqué les effets de la crise économique. L’Espagne, qui a ouvert son marché du travail aux deux pays lorsqu’ils ont intégré l’UE en 2007, a imposé des restrictions controversées aux Roumains l’été dernier, partiellement en raison de l’augmentation du chômage dans le pays à plus de 21 %, le taux le plus élevé dans l’Union.
Le ministre britannique de l’immigration, Damian Green, a expliqué que la décision de conserver le régime des permis de travail pour les Roumains et les Bulgares était en adéquation avec l’engagement du gouvernement britannique à réduire la dépendance des employeurs face aux travailleurs émigrés, surtout pour les emplois demandant peu de qualifications.«
Cela aidera les chômeurs à retrouver du travail et la main d’œuvre à acquérir les compétences dont l’économie a besoin », a expliqué M. Green.
Les mêmes arguments ont été utilisés par le gouvernement néerlandais qui a justifié sa décision en évoquant le taux de chômage élevé et l’état de l’économie de l’UE. Le Luxembourg, le pays le plus riche de l’UE, a lui aussi récemment annoncé qu’il resterait sur ses positions jusque fin 2013, car son taux de chômage national a augmenté. Le taux de chômage au Luxembourg a atteint 6 % en début d’année, ce qui équivaut à environ 19 500 personnes sans emploi sur un total d’environ 400 000 travailleurs. Le taux de chômage au Luxembourg était stable à environ 4,4 % en 2008.
Selon Dnevnik, l’Allemagne a fortement adouci sa politique envers les citoyens bulgares. Le quotidien a cité une déclaration du ministère bulgare du travail et des affaires sociales selon laquelle les Bulgares universitaires bénéficiaient de cet adoucissement, tout comme les travailleurs saisonniers, pour une période de maximum six mois par an. La ministre allemande fédérale du travail, Ursula von der Leyen, a récemment déclaré que la recherche de personnel qualifié était une priorité pour le gouvernement. « Sans personnel qualifié, l’économie va stagner. C’est la raison pour laquelle le gouvernement fédéral a pour priorité de s’assurer un nombre suffisant de travailleurs qualifiés », a-t-elle expliqué. Les Roumains et les Bulgares pourront toujours demander des permis de travail dans les pays qui comptent maintenir leurs restrictions, mais ils ne bénéficieront pas des mêmes droits que les citoyens des autres Etats membres de l’UE.