La « question rom » à l’échelle locale : genèse, catégories et controverses

L’atelier du vendredi 11 février 2011 s’est déroulé entre 14h et 18h à Sciences Po Paris grace au partenariat établi avec le Programme « Villes et Territoires – CITIES ARE BACK IN ToWN ». Cet atelier a également été co-organisé par le Centre d’études européennes (CEE), l’UMR CITERES (Tours), l’UMR MIGRINTER (Poitiers) et le LAU (Ivry).

Bien sûr, la « question rom » n’existe pas a priori ; comme n’importe quel problème public, elle se construit dans des situations d’interactions, au travers des mobilisations, des débats et des controverses de la société et de ses institutions. Aujourd’hui, les pouvoirs publics, les ONG et les associations insistent volontiers sur la dimension européenne de la « question rom ». De fait, l’élargissement de l’UE à l’est, la construction en cours d’une politique européenne d’inclusion des roms, la mise en scène d’une minorité rom transeuropéenne dans la foulée des Cultural Studies, et les appels réitérés des collectivités locales et des Etats-Nations en direction de l’UE pour solutionner la « question rom » confèrent à cette dernière une dimension européenne certaine.

Pourtant, c’est bien à l’échelle locale que la présence de groupes dits roms ou tsiganes pose le plus souvent problème aux yeux de la société et des institutions. Les illustrations de ce phénomène ne manquent pas, que l’on songe aux violences physiques perpétrées sur des personnes ou des groupes roms/tsiganes ces dernières années, par exemple en Hongrie ou en Italie, ou encore aux mobilisations locales suscitées par la précarité des conditions de vie de migrants roms, le plus souvent des Roumains, qui se sont installés dans les marges des grandes villes d’Europe de l’Ouest.

L’objectif de cet atelier est, à partir de trois études de cas réalisées en banlieue parisienne, à Barcelone et à Prague, d’identifier des convergences ou, au contraire, des divergences dans les processus de formation de la « question rom », ainsi que sur ses effets sur les arènes politiques locales. Analyses et comparaisons pourront, en particulier, porter sur les éléments déclencheurs de la « question rom », sur l’évolution des controverses locales et sur le fonctionnement des arènes politiques liées à la « question rom ». Au bout du compte, la « question rom » apparaît comme un analyseur possible des processus de marginalisation et des modes de régulation sociale et politique en cours dans les sociétés locales européennes.

Déroulement de l’atelier

Organisateurs :Tommaso Vitale (CEE, Sciences Po, Paris), Olivier Legros (CITERES, Tours), introduction :

Intervenants :

  • Jean-Baptiste Duez (Programme RESPECT): Les populations « Roms/Tsiganes » dans le Nord de Paris: De la construction d’une catégorie à partir de la réalité d’un processus migratoire, jusqu’à son encadrement: des aspects contradictoires :
  • Oscar Catalan (Université Autonome de Barcelone) :Du discours politique sur les espaces publics urbains à la genèse des conflits de voisinage et leur européanisation: la construction de la question « Gitano Rumano » à Barcelone (2002-2010)
  • Hana Synkova (Institute of Ethnology, Charles University, Prague and Department of Social Sciences, University of Pardubice) : Le cadrage des politiques tchèques en direction des Roms : caractéristiques et enjeux des discours locaux et nationaux.

Discutants :

  • Tim Butler (King’s College, London)
  • Clément Rivière (OSC, Programme Ville et territoires, Sciences Po Paris)

Synthèse

Si les médias et les acteurs institutionnels affirment volontiers l’existence d’une « question rom » européenne, c’est, le plus souvent, à l’échelle locale que la présence de groupes dits roms ou tsiganes pose le plus souvent problème aux yeux de la société et des  institutions. Partant de ce constat, l’atelier visait, à partir de trois études de cas réalisées en banlieue parisienne, à Barcelone et à Prague, d’identifier des convergences ou, au contraire, des divergences dans les processus de formation de la « question rom » – laquelle n’existe pas a priori mais se construit progressivement, comme  n’importe quel problème public, au travers des discours et des controverses – , ainsi que sur ses effets sur les arènes politiques locales.  Analyses et comparaisons ont, en particulier, porté sur les éléments déclencheurs de la « question rom », sur l’évolution des controverses locales et sur le fonctionnement des arènes politiques liées à la « question rom ». Au bout du compte, la « question rom » apparaît comme un analyseur possible des processus de marginalisation et des modes de régulation sociale et politique en cours dans les sociétés locales européennes.

Le choix des études de cas se justifiait quant à lui par la diversité des contextes nationaux et urbains. La banlieue Nord de Paris se caractérise ainsi par le maintien de bidonvilles malgré la politique d’éviction qui prévaut ces derniers ; tandis que le régime en place a décidé de maintenir les mesures transitoires prévues par le traité d’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’UE, ce qui exclue de facto les Roms roumains du marché de l’emploi salarié à cause des procédures administratives (permis de travail). En Espagne, à l’inverse, les mesures transitoires ont été levées en 2008 (? ) et les migrants roumains et bulgares accèdent librement au marché de l’emploi salarié. En outre, il n’existe pas, à Barcelone en tout cas, de bidonville, les migrants roms recourant, dans la majorité des cas, à la location (Gamella). En Tchéquie, la situation est encore différente, puisque les Roms dont il est question sont des citoyens, au même titre que d’autres Tchèques. Malgré cela, il apparaît nettement qu’il existe « une question rom », laquelle est liée à l’anti-tsiganisme latent, comme on va le constater, mais pas seulement.

Les réflexions suivantes s’appuient à la fois sur les drafts des interventions transmis par les intervenants, sur les réactions des discutants (Tim Butler, King’s College, London, et Clément Rivière, OSC, Programme Ville et territoires, Sciences Po Paris), et sur les échanges avec l’assemblée. Elles visent notamment à amorcer le travail comparatif et à montrer l’intérêt de cette approche.

I. Les situations de départ

La confrontation des études de cas permet de repérer deux grands types de situations de départ. A Barcelone comme dans la banlieue de Paris, c’est la visibilité  des migrants roms en situation de départ qui constitue l’amorce de la « problématisation » (Fassin, 2010). A Paris, il s’agit principalement de l’habitat qui constitue, de fait, la cible des discours et des politiques locales (Legros, 2010), tandis qu’à Barcelone, il s’agit davantage des activités de rue : mendicité, lavage de pare-brises de voiture, etc.. Les auteurs de ces pratiques sont volontiers étiquetés comm délinquants ou déviants « culturels » dans l’opinion publique comme dans les discours politiques.

En Tchéquie, Hana Synkova rend compte d’une situation très différente. En effet, la réputation des Roms semble précéder la formation des problèmes publics. En d’autres termes, la réputation précède la problématisation. Ce premier constat invite à s’interroger sur le travail de catégorisation dans les régions d’accueil (Paris et Barcelone en l’occurrence). Oscar Catalan montre bien que les Roms roumains font l’objet de discours stéréotypés, mais ces derniers mettent l’accent sur des aspects précis : l’étranger pauvre, le migrant d’Europe centrale, et, pour faire vite, la mafia roumaine. Ces migrants roms font donc l’objet d’une catégorisation a priori par assimilation à d’autres figures du migrant. Puis, une fois sur place, ils font l’objet d’un travail de recatégorisation en fonction des activités de rue (étiquetage) et des discours médiatiques.

Toujours en Tchéquie, la « question rom » est récente selon Hana Synkova. Jusqu’à ces dernières années, on parlait peu des Roms. Les autorités recouraient notamment à des « stratégies discursives de dissimulation » (masking discursive strategies) qui permettaient d’agir en direction des groupes en question sans avoir à faire référence à leur appartenance ethnique. L’émergence de la « question rom » est ainsi liée à deux processus récents : d’un côté, la mise en avant d’un peuple rom par les organisations romani à partir des années 1970 ; et de l’autre, la construction d’une politique européenne en direction des Roms, dont la stratégie-cadre d’inclusion des Roms (2008) est le dernier avatar.

Suivant cette perspective, la « question rom » est, en Tchéquie, une aubaine du point de vue des associations roms, des ONG et des municipalités car elle permet d’accéder aux financements de l’UE ; alors qu’à Barcelone et dans la banlieue parisienne, la « question rom » est principalement un problème aux yeux des élus locaux.

II. Systèmes d’acteurs, arènes politiques locales

La comparaison a également permis d’amorcer la réflexion sur les systèmes d’acteurs et les arènes politiques suscitées par la présence de groupes dits roms/tsiganes.

En Espagne, Oscar Catalan évoque les municipalités et les services sociaux (sans oublier les riverains et les migrants roms bien sûr). En revanche, les associations semblent peu mobilisées. Qu’en est-il exactement ?

En France, les pouvoirs locaux sont bien sûr présents. Ce constat concerne aussi bien les débats que les actions publiques qui oscillent entre rejet et hébergement-intégration. Dans les cas exposés durant l’atelier, les mobilisations associatives jouent un rôle majeur. Composées d’acteurs variées (ONG humanitaires, collectifs citadins, fondations comme la FAP, associations politiques roms, etc), elles sont assimilables à de petites nébuleuses qui agissent sur le bidonville en même temps qu’elles jouent un rôle de contre-pouvoir dans l’arène politique locale et, plus largement, dans l’espace politico-médiatique.

En Tchéquie enfin, la « question rom » établie par l’UE a fortement structuré les arènes politiques locales. Afin de capter les financements européens  pour l’inclusion des Roms, les muncipalités et les associations doivent se conformer aux exigences bureaucratiques des institutions de l’UE. Elles adoptent ainsi un profil managerial qui se traduit, en ce qui concerne les associations, par un changement de personnel : les acteurs de terrain, souvent roms, sont désormais remplacés par des managers, le plus souvent non roms, qui disposent des compétences et des qualifications requises pour prétendre aux financements en question (« culture de projet », connaissance des codes et des procédures au sein des institutions européennes, etc.).

III. Référentiels

Un autre point de comparaison concerne les référentiels de l’action publique et des discours politiques.

A l’échelle locale, il s’agit généralement du racisme ordinaire, lequel sert de base aux discours des partis de droite (Tchéquie, Barcelone). En Espagne, on note une évolution du racisme ordinaire ces dernières années. Il est désormais axé sur les comportements (cf. activités de rue), plus ou au moins autant que sur l’origine ou la couleur d’après O. Catalan.

Les référentiels nationaux sont divers et variés : le discours sécuritaire, qui circule d’un pays à l’autre (la France sert de référent en Italie et en Espagne depuis cet été) ; le discours libertaire (qui doit prendre des tournures différentes en France et en Italie…) ; le discours humanitaire ; et le discours sur la justice sociale (et spatiale). Ces différents référentiels sont mixés par les différentes catégories d’acteur, notamment par les municipalités françaises qui peuvent emprunter aux différents discours pour justifier, dans le même mouvement, les évacuations de camps ou bidonvilles et les projets d’hébergement/intégration.

Les catégories fixées par l’Union européenne qui associent, un peu comme la catégorie austro-hongroise du « tsigane » au 19ème siècle (atelier Urba-Rom, septembre 2010), appartenance ethnique et conditions de vie (précarité) font, enfin, partie, des référentiels de l’action publique locale. Dans ce cas encore, on ne peut donc que souligner la circulation des ressources langagières et des principes de l’action publique, lesquelles participent incontestablement à la structuration des arènes politiques locales, comme l’a bien montré H. Synkova, à propos de la Tchéquie.

IV. La détermination des politiques locales

De toute évidence, la dynamique de problématisation/catégorisation détermine l’action publique. La comparaison permet d’identifier deux directions  principales.

  1. Le contrôle territorial et la préservation de l’ordre urbain. Cela se traduit par des actions diverses et variées : le « nettoyage de la vitrine touristique » (police municipale), qui consiste à évacuer les activités de rue des secteurs jugés stratégiques (Barcelone, 20ème arrondissement et ses biffins, à Paris) ; la destruction des bidonvilles et la construction de dispositifs dédiés, généralement à l’écart et peu visibles, dans une logique de « cosmétique urbaine », selon la jolie formule de Françoise Navez-Bouchanine ; le « padron » ou l’inscription sur les registres municipaux, ce qui permet aux élus espagnols d’éloigner les populations indésirables en les empêchant d’accéder aux services locaux.
  2. La politique d’inclusion. Elle se réfère généralement au discours humanitaire et prend, tout particulièrement en Tchéquie », une tournure bureaucratique conformément au « new public management », inspiré de la gestion privée et qui prévaut désormais.

V. Effets sociaux ?

En dernier lieu, ce sont les effets sociaux qui ont été abordés durant les échanges. Il apparaît ainsi que les groupes cibles des discours et des politiques ont peu de choix : ils doivent s’adapter au contexte. Une observation plus fine des pratiques des groupes cibles révélerait peut-être l’existence de formes, peut-être discrètes, d’engagement politique ou au minimum, d’interpellation des pouvoirs publics. Enfin, il apparaît nettement que les processus de catégorisation/problématisation dont il a été question durant l’atelier participent plus largement à la dynamique jamais achevée de différenciation/homogénéisation qui –faut-il le rappeler ?- est au cœur de la régulation sociale et politique.