Pratiques et stratégies économiques des migrants roms en Europe occidentale

La journée 2 de l’atelier sur les « Pratiques et stratégies d’inclusion » a été organisée le 13 décembre 2010 de 14h à 17h au Laboratoire d’Anthropologie Urbaine (CNRS) à Ivry-Sur-Seine. Cette journée est organisée par le réseau Urba-Rom en partenariat avec l’UMR CITERES (Tours), l’UMR MIGRINTER (Poitiers) et le LAU (Ivry). Les organisateurs en sont Céline Bergeon (MIGRINTER, Poitiers) et Olivier Legros (CITERES, Tours),

Les migrants roms en situation précaire dans les villes d’Europe occidentale font l’objet de deux discours dominants. Le premier insiste sur les stratégies de survie fondées sur le recours à l’économie informelle, souvent qualifiée de « prédatrice » : activités de rue, mendicité et (petite) délinquance. Les « Roms migrants » sont fréquemment assimilés par les pouvoirs en place et par les médias, qui relaient la parole officielle, à des délinquants et/ou à des victimes de réseaux mafieux.  Le second discours insiste quant à lui sur la nécessaire prise en charge par les institutions de ces migrants, qui sont alors considérés comme des individus incapables de se prendre en charge, bref comme des « incompétents  d’office » cumulant les « handicaps sociaux » et nécessitant, par conséquent, une intervention globale, lourde et coûteuse. Cette dernière perspective préside habituellement à la mise en place des politiques locales, les « villages d’insertion » de la Seine-Saint-Denis par exemple, comme à celle des  politiques européennes (« Roma decade inclusion »).

Pourtant, l’observation des pratiques des migrants roms montre que ces derniers sont loin de rester passifs. Dans le domaine de l’habitat comme dans celui de l’économie, ils élaborent des stratégies qui, en définitive, peuvent s’avérer fructueuses Dans les domaines de la « biffe », à Paris, et du commerce itinérant (marchés) ailleurs, en Grèce par exemple, des groupes roms originaires d’Europe centrale ou des Balkans semblent s’imposer comme des acteurs majeurs du commerce local. Dans le même ordre d’idées, de nombreux témoignages concordent au sujet du développement des échanges transfrontaliers entre la Roumanie, la Bulgarie et les pays d’Europe occidentale. Aussi, les comportements économiques des Roms ne semblent pas vraiment différer de ceux de certains migrants du « Sud », qui comptent moins, en effet, sur l’emploi salarié que sur le dynamisme familial et communautaire pour assurer leur réussite économique (Tarrius, 2002).

C’est pourquoi nous proposons, lors de cette journée d’échanges d’analyser les stratégies et les pratiques des migrants roms, en les mettant en perspective avec les initiatives d’autres  populations immigrantes, en France ou ailleurs. Il s’agira, par exemple, de repérer des logiques récurrentes et d’identifier les réseaux mobilisés – s’agit-il de la famille et des parents (Williams, 1987) ? – d’étudier l’évolution des entrepreneurs-migrants, ainsi que les liens qu’ils entretiennent avec les pays d’origine, les sociétés d’accueil et les autres groupes de migrants.

Intervenants :

  • Yannick Lucas (chargé de mission auprès des Roms migrants à l’ASAV) : « Pratiques économiques dans le secteur de la biffe et réactions institutionnelles : le cas des Roms migrants en Seine-Saint-Denis »
  • Norah Bennarosh (LESC, Nanterre, Paris X) : « Stratégies économiques et projets d’ancrage résidentiel dans les villages d’origine : l’exemple des Roms de Montreuil »
  • Nedmedin Neziri  (URYD), Régis Guyon (CASNAV, Reims) : Pratiques et stratégies économiques des Roms d’ex-Yougoslavie dans les régions de Besançon et de Troyes

Discutants :

  • Bénédicte Florin (CITERES, Tours)
  • Bénédicte Michalon (ADES, Bordeaux, associée à MIGRINTER, Poitiers)

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’axe « Pratiques et logiques d’inclusion » du réseau Urba-Rom. Il se justifie aussi par la conjoncture, propice à la généralisation de deux discours ou systèmes interprétatifs qui assimilent les Roms, soit à des délinquants, soit à des victimes de l’histoire ou du système. Afin de sortir de ces approches stéréotypées, il s’agissait, dans le cadre de cet atelier, de réaliser une analyse des pratiques effectives des migrants roms, notamment dans le domaine économique à partir des trois études de cas suivantes.

Résumé  des interventions

Yannick Lucas (ESO Angers/UCL) : « Pratiques économiques dans le secteur de la biffe et réactions institutionnelles : le cas des Roms migrants en Seine-Saint-Denis » (résumé par YL) 

La persistance de la crise économique et sociale et les positionnements politiques français à l’égard du droit du travail vis-à-vis des nouveaux ressortissants communautaires ont conduit de nombreuses personnes roumaines d’origine Rom à vendre des marchandises dans l’espace public de manière illégale. Ces lieux de vente se caractérisent par un dynamisme assuré en partie par l’art du négoce des communautés en question. A Saint-Ouen, la régulation localisée et conjointe par différents acteurs institutionnels et associatifs d’un marché « sauvage », a suscité un processus de sélection des personnes. Ce « tri » se résorbe par la dispersion spatiale des personnes non retenues sur d’autres sites de vente illégaux comme à la Porte de Montreuil par exemple, où la politique répressive a été renforcée, ce qui a contribué, par la même occasion,  à accroitre la marginalité des personnes en question.

Intervention Yannick Lucas :

question :

Norah Bennarosh (LESC, Nanterre, Paris X) : « Stratégies économiques et projets d’ancrage résidentiel dans les villages d’origine : l’exemple des Roms roumains de Montreuil » (résumé N.B.) 

A Montreuil, une cinquantaine de familles roms originaires d’un petit réseau de villages de l’Ouest de la Roumanie s’est installée au début des années 2000. La communication porte principalement sur les investissements immobiliers qu’elles réalisent dans leurs villages d’origine. En s’appuyant sur les particularités de ce que certains chercheurs ont appelé l’ « économie tsigane », sur quelques notions de parenté propres à ce groupe et en particulier sur des enquêtes réalisées à Montreuil et dans les villages d’origine des migrants en Roumanie, on a tenté de montrer comment l’argent gagné à l’étranger est investi pour « nourrir » la sociabilité et l’identité Rom. Une approche économique centrée sur la production de l’habitat permet finalement de mettre au jour le continuum spatial et mental que les migrants en question créent entre leurs deux lieux d’attache, grâce aux circulations humaines, matérielles et financières.

Intervention Norah Bennarosh :

question :

Nedzmedin Neziri (URYD), Régis Guyon (CASNAV, Reims) : « Pratiques et stratégies économiques des Roms d’ex-Yougoslavie à Troyes » (résumé R.G.) 

L’émigration originaire du Kosovo présente à Troyes, qu’elle soit rom ou pas, existe depuis les années 1960. Avec les conflits des années 1990, les départs se sont multipliés et la guerre du Kosovo de 1999 a précipité les départs forcés et déclenché l’arrivée significative de familles roms. De fait, les Roms kosovars qui résident à Troyes sont des victimes de guerre. Beaucoup ont obtenu le statut de réfugié et leur situation administrative est généralement stabilisée. Mais qu’en est-il du point de vue économique ? Les formes d’intégration économique ne se limitent pas, loin de là, aux activités informelles ou à la prise en charge dans le cadre de l’assistance sociale. Le commerce est fréquent , les Roms ne se fournissant plus comme autrefois en Italie en ce qui concerne le textile, ou encore en Turquie ou en Pologne, mais en Ile-de-France et dans la région. Dans le même ordre d’idées, rares sont ceux qui possèdent des magasins, comme c’était le cas au Malaha-Mitrovica. En revanche, les commerçants roms sont très actifs sur les marchés de l’agglomération. L’activité salariée est évidemment représentée (Bâtiment, industrie, par ex. chocolaterie industrielle). Il est intéressant de de remarquer que, dans le premier cas (commerce), les Roms mobilisent les ressources préexistantes (relations, capital économique, compétences) pour construire de nouvelles stratégies économiques. Mais ce savoir-faire n’est pas partagé par tous, et on retrouve ainsi, à côté de familles bien insérées sur le plan économique, des familles en situation de grande marginalité. La régularisation administrative constitue donc un gage d’intégration, mais cela ne suffit pas à assurer l’insertion professionnelle et économique. C’est en tout cas ce que montre la grande diversité des trajectoires économiques des Roms kosovars installés dans la région de Troyes à partir des années 1990.

Intervention Nedzmedin Neziri :

questions :

Synthèse Bénédicte Michalon, Bénédicte Florin :

 

 

Synthèse des échanges (O. Legros) 

Comme cet atelier visait, au-delà des études de cas,  à identifier des convergences et des divergences dans les processus et les stratégies économiques des migrants, et à préciser les effets de contexte liés en particuliers à l’attitude des pouvoirs publics, deux chercheurs ont bien voulu, apporter un regard extérieur  au moment de la synthèse: Bénédicte Michalon (ADES, Bordeaux), qui travaille sur les migrations en Roumanie et en Moldavie, et Bénédicte Florin (CITERES, Tours), dont les recherches portent à la fois sur les mobilités résidentielles et sur la gestion urbaine au Caire.

Les études de cas, les discussions et les synthèses effectuées par B. Michalon et par B. Florin conduisent à quelques idées principales.

I. Diversité  et évolution des pratiques économiques

Les pratiques économiques ne se limitent pas à la délinquance et aux activités de rue comme la mendicité ou le lavage de pare-brises aux carrefours routiers. Les initiatives des migrants sont en effet nombreuses, y compris en ce qui concerne les activités de survie : travail non déclaré ; collecte de métaux recyclables ;  « biffe » ; aide à domicile, etc. En outre, les études de cas montrent que ces pratiques évoluent dans le temps. En région parisienne, la « biffe » est une activité relativement nouvelle chez les migrants roms qui  occupent désormais une place majeure dans ce secteur. A Troyes, les Roms kosovars installés depuis plusieurs années ont diversifié leurs activités : marchés, boutiques en dur, garages, etc. Certaines personnes et familles se caractérisent par la réussite de leur entreprise, dans le commerce mais pas seulement. Par exemple, certains migrants qui ont fait fortune en Europe de l’Ouest, ont investi dans des entreprises, voire dans des firmes industrielles dans leur pays d’origine. Bref, l’entreprenariat est une réalité chez les « Roms migrants » comme dans bien d’autres groupes sociaux.

II. Tactiques de survie et stratégies économiques : des frontières floues

Même si la « biffe » observée par Y. Lucas reste une activité de survie, les limites ne sont pas nettes entre tactiques de survie et stratégies économiques. N. Benarrosh montre bien que l’argent collecté en France par les Roms roumains installés à Montreuil sert à asseoir la position sociale des migrants en question dans leur village d’origine : la migration s’inscrit dans une dynamique de promotion, qui se donne à voir dans les régions d’origine. Cela contribue probablement à transformer les systèmes social et politique à l’échelle locale. A propos des Roms kosovars, la réussite économique dépend des circuits formels et aussi des circuits informels de l’économie. Au bout du compte, les tactiques et les stratégies des migrants roms ont de nombreux points communs avec celles d’autres « communautés migrantes » : la famille est l’unité de base des stratégies économiques ; les migrants font preuve de compétences pratiques, langagières, symboliques ; leur adaptabilité est grande ; les migrants jouent sur les deux registres de l’économie formelle et de l’économie informelle, qui sont indissociablement liés. Une divergence cependant : le faible degré d’organisation des tactiques de survie alors que les stratégies économiques s’inscrivent dans des schémas plus complexes, car dépassant le cadre de la famille pour concerner d’autres groupes apparentés ou extérieurs à la communauté de référence et s’inscrivant dans des réseaux économiques étendus. Ce qui rappelle les pratiques en réseau des migrants du Sud observées par A. Tarrius, ainsi que celles d’autres migrants d’Europe centrale et orientale (commerce à la valise, tourisme marchant, petits commerce, etc…), qui ont été étudiées par par Mirjana Morokvasic, Yulian Konstantinov, Endre Sík, Claire Wallace en ce qui concerne l’Europe centrale.

III. La diversité  des schémas migratoires

Manifestement, les Roms roumains observés par N. Benarrosh et par Y. Lucas s’installent rarement de manière définitive dans les villes d’accueil : partir de son pays ne signifie pas couper les liens sociaux et identitaires ; au contraire, pour nombre de migrants, les enjeux familiaux/communautaires se situent aussi bien « là-bas » qu’ « ici ». Et ce d’autant plus que la situation administrative et géographique permet des allers-retours aisés et pour certains, incessants. En définitive, ce sont plutôt les Roms kosovars qui sont dans un schéma migratoire, ou plutôt d’exil, qui devient « classique » à cause de l’impossibilité du retour, ce qui les conduit à tout reconstruire dans la région d’accueil.

IV. L’influence des contextes institutionnels sur les pratiques économiques

Enfin, les politiques institutionnelles jouent un rôle majeur dans la structuration des pratiques économiques. Y. Lucas montre bien comment l’installation du carré de la biffe a stimulé et fait évolué les pratiques des « Roms biffins ». L’intégration d’une partie des candidats à la « biffe officielle » s’accompagne de l’exclusion des autres, rejetés plus loin à la périphérie ou sur les autres marchés informels. En terme d’action publique, ce sont alors les contrôles policiers sur la voie publique qui déterminent les pratiques des exclus du carré de la biffe. Le témoignage apporté par  N. Neziri est plus édifiant encore. Les premiers Roms kosovars sont arrivés, comme bien d’autres Yougoslaves dans le cadre de l’accord CEE-Yougoslavie sur l’immigration de travailleurs spécialisés. Naturalisés, ces personnes travaillent encore comme ouvriers dans l’industrie. Les années 2000 ont vu apparaître à Troyes, de nombreux réfugiés kosovars, parmi lesquels des Roms une fois de plus. Une fois leur situation régularisée, ces derniers se sont lancés dans de nombreuses activités, à commencer par le commerce (marchés, épiceries, etc.), adoptant, bien souvent, un comportement d’entrepreneur (cf. témoignage R. Guyon). Arrivés plus récemment, d’autres Roms kosovars sont en situation irrégulière. Ils recourent aux tactiques observées en région parisienne chez les Roms roumains (mendicité, etc.) pour assurer leur survie au quotidien. Ce qui invite en dernier lieu à souligner le rôle primordial de l’obtention de titres de séjour et de travail dans le passage des tactiques de survie aux stratégies d’intégration économique. Il va sans dire cependant que la réussite économique ne signifie en rien une « intégration à la française », qui tend progressivement à l’assimilation sociale et culturelle et s’inscrit, pour cette raison, dans les conceptions plus habituelles  ou classiques du schéma migratoire.