Roms : la liberté d’en parler, le devoir de s’informer

Depuis maintenant plusieurs mois, M. Lellouche aborde régulièrement la question des « réseaux criminels » dont seraient tout à la fois victimes et coupables les Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie présents en France. A l’occasion de la tribune « Roms : la liberté de circuler, le devoir d’intégrer » parue dans Le Figaro du 24 août, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes dit « bien connaître » ce dossier et évoque des « réseaux et trafics d’êtres humains qui prospèrent en contraignant des personnes âgées et des enfants à mendier dans nos rues, en livrant des jeunes à la prostitution ou en forçant des mineurs à des activités délictueuses. »

Assimiler ainsi les migrations de Roms roumains et bulgares à des organisations mafieuses relève sinon d’un populisme dangereux, du moins d’une méconnaissance des réalités de terrains. La partition n’est pas nouvelle et avait déjà été jouée au début des années 2000. Quoique bien rodée, elle n’en est néanmoins pas plus juste aujourd’hui.

Parmi les Roms comme ailleurs, des pratiques délinquantes existent et doivent être combattues par la voie légale. Mais elles demeurent éminemment marginales : concernant l’Ile-de-France, sur la cinquantaine de bidonvilles et squats de Roms migrants recensés en 2009-2010, un seul groupe était identifié comme pratiquant une délinquance organisée et suivi en tant que tel par les services de police, selon Olivier Peyroux.

Quant aux récents chiffres donnés par le ministre de l’intérieur, selon lesquels la « délinquance roumaine » aurait notamment augmenté de 138 % à Paris en 2009, ils sont à la fois tendancieux dans la forme (confondant Roms et Roumains, interpellations et condamnations, etc.) et, plus grave encore, parfaitement invérifiables auprès des institutions, d’après Laurent Mucchielli.

Dans l’immense majorité des cas, les migrations roms sont familiales, sans qu’aucun réseau criminel ne se cache derrière. La mendicité, la vente de journaux pour sans-abri et la récupération sont bel et bien les sources de revenus principales pour ces migrants. Mais elles constituent avant tout des solutions par défaut, étant donné l’impossibilité pour eux d’accéder à l’emploi salarié en raison du fameux « régime transitoire » que s’apprête à reconduire le gouvernement jusqu’en 2014.

Faire passer l’éradication des bidonvilles pour une opération de lutte contre les « réseaux » et autres filières d’immigration clandestine s’apparente dès lors à de la prestidigitation électoraliste.
Voilà pour l’instrumentalisation sécuritaire de la « question rom ». Dans sa tribune, M. Lellouche resitue par ailleurs ses préoccupations dans la rhétorique de l’« intégration des Rom » en Europe. Evoquant un « véritable quart-monde de 9 millions de Roms qui trop souvent vivent encore au-dessous des standards les plus élémentaires de la dignité humaine », il dénonce l’« exploitation » de cette « misère », là encore par des « réseaux ».

« Ne pas réagir serait ajouter un chapitre à l’histoire du malheur rom : sous servage jusqu’au XIXe siècle, déportés durant la seconde guerre mondiale, réprimés par les régimes communistes, les Roms seraient aujourd’hui condamnés à ne connaître de la construction européenne que le droit d’aller d’un bidonville à l’autre ? », écrit M. Lellouche, tentant ainsi de faire d’une pierre deux coups : en sus d’assurer la tranquillité publique, le démantèlement des lieux de vie des familles roms en France aurait une portée humanitaire.

LA DIABOLISATION N’EST PAS MEILLEURE CONSEILLÈRE QUE LE MISÉRABILISME

Présenter les Roms d’Europe, qu’ils soient 8 ou 12 millions, comme une population socialement homogène, marginalisée et « dés-insérée » depuis des siècles, ne s’avère toutefois pas plus fidèle aux réalités que l’image de « classe délinquante en puissance », régulièrement mobilisée. L’anti-tsiganisme est certes un trait permanent des imaginaires nationaux européens depuis le XIXe siècle , mais les réalités ne se limitent heureusement pas à ce sombre tableau. La vaste catégorie « Roms et Gens du voyage » renvoie à une infinie diversité de situations locales : à l’Est comme à l’Ouest, certaines communautés sont fort bien insérées dans leur environnement, d’autres éprouvent de graves difficultés quotidiennes. Entre les deux, toutes les situations intermédiaires existent, sans qu’il soit finalement possible de dégager des caractéristiques sociales communes à ces divers groupes, comme le montrent depuis plusieurs décennies déjà les anthropologues.

Il convient de souligner qu’au-delà de l’instrumentalisation politicienne, M. Lellouche n’est pas ici le seul responsable de ce discours réducteur. L’institutionnalisation de la « question rom » au cours des vingt dernières années, en particulier au sein des organes de l’administration européenne, aura, en effet, œuvré à asseoir l’image univoque d’une « minorité » définie par défaut, éternelle victime de l’Histoire. Comme d’autres, M. Lellouche peut ainsi évoquer tout naturellement le danger d’une « immigration massive », tous les Roms de l’Est ayant, dans cette perspective et selon le vocabulaire aujourd’hui à la mode, « vocation » à émigrer à l’Ouest.

Or les faits sont têtus : depuis les années 2002 à 2004, le nombre estimé de Roms roumains en France est stable (autours de 12 000 personnes). Difficile de parler d’invasion… Plus encore, selon toutes les sources, le taux d’émigration parmi les Roms de Roumanie est parfaitement identique au taux national roumain de 10 % : plus de 2 millions de Roumains ont émigré depuis les années 1990 (chiffres eurostat), parmi eux, les Roms seraient une centaine de milliers. Pour les uns comme pour les autres les raisons du départ sont économiques. Les migrants roms de Roumanie ne « fuient » ainsi pas tant des siècles d’oppression que vingt années de « transition économique » au coût social exorbitant.

La diabolisation n’est pas meilleure conseillère que le misérabilisme. Peu ou mal informés, les citoyens comme nombre de responsables politiques, de médias et d’acteurs associatifs se satisfont pourtant de schémas simplistes et univoques lorsqu’il s’agit des « Roms et Gens du voyage ». Or ceux-ci ne sont ni d’éternelles victimes sans attache, ni des coupables naturels, mais les membres de communautés variées, parties intégrantes des réalités socioculturelles européennes depuis le Haut Moyen-Age, pour le meilleur et le pire. Reconnaître ce fait est un prérequis à l’élaboration de solutions pérennes visant à résoudre les difficultés auxquels certains groupes roms, migrants ou non, sont localement confrontés.

Crédit photographie : By Ralf Roletschek (talk) – Fahrradtechnik auf fahrradmonteur.de (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons