Épistémologie de la catégorie « Roms/Tsiganes »

Ce premier atelier organisé le 25 mai 2010 avait pour objectif d’entamer une mise à plat des catégories savantes ou des catégories empruntées au langage commun mais reprises par les chercheurs. Ce travail apparaît comme la condition première à l’élaboration d’objets maîtrisés à même d’interroger les réalités observées dans une dynamique nouvelle et pluridisciplinaire.

Questionnements et objectifs

On ne saurait en effet confondre catégorie (politique, juridique, populaire, savante ou autre) et objet scientifique :

Une catégorie signifie que suite à une classification, un élément fait partie d’un type (plus ou moins précis) répondant à des critères établis. Ce qui est classé dans la même catégorie répond aux mêmes critères de sélection : la catégorisation permet de mettre de l’ordre en simplifiant le réel – elle est de même nature que la stéréotypie.

Un objet scientifique est une construction opérée ad hoc par le chercheur, dans le cadre de son travail d’analyse des matériaux et prenant place dans un champ problématique plus large : l’objet doit permettre d’interroger et d’analyser le plus finement possible les réalités observées, en rendant compte de leur complexité.

Pourtant, ce premier atelier partait du constat suivant : en ce qui concerne les sociétés dites roms ou tsiganes, dans bien des cas catégorie et objet semblent se confondre. La catégorie étant elle-même sur-problématisée (idéologiquement et politiquement), il n’apparaît pas nécessaire de re(définir) des objets distincts pour élaborer un discours analytique. Or, pas plus qu’une autre, la catégorie Roms/Tsiganes ne va de soi : elle correspond à une construction sociale produite « en situation », ie dans des contextes précis. La catégorisation porte une charge idéologique en même temps qu’elle oriente le regard porté sur les groupes sociaux dits roms/tsiganes etc. Tel qu’on peut le constater, la catégorie « Roms/Tsiganes » semble pérenne depuis son invention entre la fin du 18è siècle et le début du 19é : le changement de terminologie (désaffection de « Tsiganes » pour « Roms » ou « Rroms ») ne correspond pas à un changement de perspective – les fondements de la catégorisation demeurent (et, conséquemment, les processus de stéréotypie).

Précisons que la séance ne visait pas à établir un état des lieux exhaustif des recherches sur ces questions mais souhaitait ouvrir des discussions à propos de thématiques qui nous ont semblé majeures voire stratégiques au sein du réseau, et, le cas échéant, proposer des pistes pour des ateliers et des réflexions futurs.

Résumés des communications

Stefania Pontrandolfo – doctorante en anthropologie – EHESS : De la pertinence des catégories savantes et politiques face au refus des rhétoriques-politiques de la « reconnaissance culturelle » : l’exemple de Melfi (Italie du Sud) 

L’« anthropologie tsigane » des trente dernières années semble s’être définitivement détachée de l’approche catégorielle héritée de la « vieille » tsiganologie grâce, en premier lieu, à la fidélité aux réalités, toujours complexes et diversifiées, relevées sur les différents terrains de recherche. En d’autres termes, la pertinence d’une entité Roms/Tsiganes comme catégorie scientifique a été maintes fois mise en discussion en raison de l’exigence de contextualisation entraînée par la recherche de type ethnographique. Cependant, les réflexions désormais tenues pour acquises par les acteurs de l’anthropologie tsigane ne sont pas toujours partagées par les autres agents sociaux (comme, par exemple, les chercheurs d’autres disciplines, les institutions politiques et les associations tsiganes).

Le cas ethnographique de la « communauté rom » de Melfi (Italie du Sud), une communauté en « voie de disparition », par les nombreuses contestations des Melfitains à l’égard de signifiés proposés par des agents sociaux externes à la communauté locale faisant référence à ceux qu’ils appellent « Rom », « Nomades » ou « Tsiganes », nous permettra de réfléchir tant sur la validité et sur la pertinence des catégorie savantes de l’anthropologie tsigane que sur celles d’autres catégories plus ou moins liées aux politiques-rhétoriques de la « reconnaissance culturelle », assez répandues dans tous les pays d’Europe à l’heure actuelle.

La comparaison entre ces catégories exogènes et celles des Melfitains (d’origine rom ou non), lesquelles sont, dans la plupart des cas, caractérisées par un refus résolu des rhétoriques de la « reconnaissance culturelle » vis-à-vis de ceux qu’ils appellent « Melfitains d’origine tsigane », permettra donc de réfléchir, une fois de plus, sur la complexité irréductible des constructions socioculturelles.

Martin Olivera – docteur en ethnologie – Paris X : Les Roms comme « minorité ethnique ». Un questionnement roumain.

À partir de l’exemple des Roms Gabori de Transylvanie, on propose d’interroger la pertinence de l’approche ethnique dans l’analyse des sociétés dites roms ou tsiganes. Il apparaît ainsi que, tout en s’avérant peu ou prou valide lorsqu’il s’agit d’étudier telle société rom dans sa spécificité (ici les Gabori),  la « perspective ethnique » devient impuissante à saisir un genre « Roms/Tsiganes » subsumant les communautés locales.

Ceci invite à construire d’autres outils d’analyse (d’autres objets) afin de mieux comprendre comme s’élaborent les ontologies roms, soit la manière de se définir comme collectifs de semblables, tout en renonçant au comparatisme mécanique entre les groupes ainsi catégorisés : les seules comparaisons productives semblent être celles répondant à une problématique définie, dans un cadre donné – en d’autres termes, on ne peut jamais les tenir pour acquises ou évidentes : le simple fait d’avoir affaire à des groupes dits roms ou tsiganes n’autorise pas l’extension des analyses et interprétations.

Massimo Aresu – doctorant en histoire – EHESS : « Égyptiens » mais pas seulement. « Tsiganes » et catégorisations identitaires dans les documents du Bas Moyen-Âge.

La tâche que nous nous proposons ici est celle de dépareiller l’ordre traditionnel des témoignages documentaires relatifs à l’arrivée des populations tsiganes en Europe,  au 15e siècle. L’attention sera focalisée sur l’utilisation du nom en tant que marque extérieure d’identification. Les attributs et les appellations les plus répandus, ainsi que les dénominations le moins fréquemment attribuées aux populations tsiganes, ou comme telles présumées, seront identifiés à l’aide des sources. Au-delà de la simple analyse des modalités d’attribution des noms, et en examinant le rôle qu’ont eu les élites savantes dans la construction identitaire des différents groupes, on cherchera à tirer des renseignements concernant le substrat géographique, social et culturel qui est à la base d’une telle classification. On montrera en même temps comment le choix du corpus documentaire influence les chercheurs. Il sera donc possible de souligner les différences entre les chroniques citées habituellement et d’autres sources documentaires jusqu’à maintenant inconnues ou très peu considérées, telles que les registres municipaux.

Synthèse des échanges

Les communications ont permis d’interroger quelques points essentiels :

  • la distance, voire le hiatus,  existant entre les catégories savantes, politiques et populaires portées par les sociétés majoritaires (et reprises par le mouvement militant pan-rrom) et celles mobilisées par les intéressés ;
  • les liens et « bricolages » locaux entre ces catégorisations (indigènes et exogènes) et les stratégies politiques ou institutionnelles des uns et des autres;
  • la manière dont a été « simplifiée » la catégorisation entre l’époque Moderne (où l’on trouve selon les régions diverses appellations : Sarrasins, Égyptiens, Bohémiens, Cingari,  Indiens, Grecs…) et les prémisses de la tsiganologie (cf. par exemple l’article « Or c’était des Tsiganes » de P. Williams portant sur l’historiographie de F. de Vaux de Foletier, in Études tsiganes, n°18-19, 2004)

Les discussions ont notamment porté sur les points suivants :

  • Processus de construction identité/altérité
    Les différentes communications ainsi que les discussions mettent l’accent sur le fait que les catégories roms/tsiganes etc. n’ont, comme d’autres catégories, de sens que dans les « jeux de miroir » entre les individus, entre les groupes sociaux, dans des situations d’interaction. En d’autres termes, les processus d’identification ne peuvent être saisis qu’en contexte. Cela apparaît comme une remise en question de l’approche « culturaliste » qui prévaut parfois chez les acteurs associatifs, institutionnels, les citoyens ordinaires et, parfois, les chercheurs. Pas plus qu’à n’importe quelle autre société, on ne saurait assigner aux Roms/Tsiganes une essence figée qui serait leur « identité culturelle » réifiée (tsiganité ou romitude) etc. Nécessité d’étudier les pratiques en contexte (cf. par exemple l’idée de romanès =  la manière des Roms d’être eux-mêmes – hautement variable d’un groupe à l’autre et au cours du temps – Piasere et Olivera) ;
  • Invention/transformation/actualisation des traditions
    Conséquence du point précédent : rien n’est immuable, on pourrait d’ailleurs chercher à repérer les traditions émergentes dans les groupes roms (cf. l’exemple gabor) et voir dans quelle mesure les groupes étudiés ont instrumentalisé, dans quelque sens que ce soit, le savoir tsiganologique et ses déclinaisons populaires ;
  • Remise en question du « mythe des origines » des groupes roms et de la « logique de diaspora »
    // communication de M. Aresu : quand il indique que les « Indiens », « Sarrazins », « Egyptiens » etc. du Moyen-Âge ont probablement  été nombreux à rester sur place une fois implantés (pas de mouvement migratoire continu) malgré l’affaiblissement de leurs réseaux et territoires économiques, remet en question l’idée bien ancrée selon lesquels la principale réponse des groupes dits tsiganes à la « crise » serait la fuite et la mobilité perpétuelle.  Cette idée est pourtant au fondement de bien des récits originels : un « peuple » aux origines lointaines qui est parti après un drame.

Pistes de réflexion ouvertes

I. La fabrication des objets de l’anthropologue

  1. Regard réflexif des chercheurs sur leurs pratiques personnelles : présupposés (« je pensais trouver des Roms, j’ai découvert des Melfitains d’origine tsigane »), déconstruction des catégories du fait de la confrontation avec le terrain, construction de nouvelles approches sensées être plus pertinentes, c’est-à-dire plus conformes aux réalités observées.
    Émerge d’autre part la difficulté de communication entre chercheurs et autres agents sociaux, surtout ceux engagés de façon directe dans le champ politique (administration publique et associations) : les chercheurs enquêtent et s’interrogent sur les perspectives et sur les stratégies des tous les agents sociaux qu’ils rencontrent, en mettant souvent en question les processus de catégorisation et leurs conséquences sur les vies des gens, mais comment faire dialoguer leur point de vue réflexif avec d’autres perspectives engagées politiquement et idéologiquement ? La question d’une sérieuse divulgation scientifique est d’importance cruciale (Stefania).
  2. Les conditions et les processus d’émergence des catégories savantes.
    On sait à peu près ce qu’il en est en ce qui concerne la tsiganologie du 19ème, liée aux travaux d’ethnographie populaire, à la construction des Etats-nations et à l’émergence des idéologies nationales etc. Mais qu’en est-il dans les travaux plus récents, en particulier ceux qui, à partir des années 1980, vont remettre en question les catégories « héritées » ? Quel est l’impact des conditions du moment : conditions idéologico-politiques mais aussi courants scientifiques ?
    Quel rôle les catégories savantes jouent-elles dans le cadrage et la justification des politiques publiques ? On pense à l’anthropométrie mais Stéfania indique aussi les « rhétoriques de la reconnaissance », liées à l’affirmation et à la reconnaissance de communautés ethnico-culturelles faisant de chaque communauté locale un élément du vaste ensemble Roms/Tsiganes.

II. Conditions et processus de « politisation » des groupes dits roms/tsiganes

S. Pontrandolfo met l’accent sur la « reconnaissance des cultures des minorités » dans la période contemporaine. Mais ne peut-on pas envisager d’autres formes de politisation plus discrètes (et pratiquées par d’autres groupes, car l’« invisibilité publique » n’est certainement pas l’apanage des Roms : tout dépend des contextes et des positions de ceux qui cherchent à faire valoir leurs intérêts) : il existe tout un répertoire de l’« action collective » (clientélisme, courtage et médiation, appel aux notables, éventuellement chantage et violence, etc) qui, certes déborde le champ de la représentation politique mais a cependant des effets sur la régulation sociale et politique, en particulier à l’échelle locale.

III. Processus de construction des publics des politiques publiques et effet inattendus

S. Pontrandolfo  met en avant un processus original à Melfi :  l’ethnicisation des groupes désignés accompagne le renforcement du contrôle par les pouvoirs publics bien plutôt qu’une « émancipation » de ces groupes. Auparavant, l’appellation zingaro constituait plutôt une catégorie socio-professionnelle malléable. Elle était peu utilisée pour désigner l’« autre » dans les couches populaires ; l’altérité relevait plutôt des rapports socio-économiques ou de « classe » que d’une frontière « ethnique ».

Globalement, n’y a-t-il d’ailleurs pas anachronisme/ethnocentrisme à chercher des rapports ethniques dans des contextes qui ne mobilisent pas cette rhétorique (soit par ce qu’elle n’a pas encore été « inventée », soit parce qu’elle n’est pas mobilisée par les acteurs) ?

Dans ce cas précis, qu’est-ce qui autorise à mobiliser la catégorie « Tsiganes » dans l’analyse des réalités historiques alors même que cette catégorie n’existait pas en tant que telle (émergence de la tsiganologie = 19ème siècle) ?

Conclusions ? De la nature des objets scientifiques

Certes, le savant mobilise des modèles et typologies pour mener à bien ses analyses. Mais celles-ci ne relèvent pas de la catégorisation : elles ne visent pas à simplifier le réel pour l’action mais, tout au contraire, on pour tâche d’en restituer la complexité (cf. M. Weber et la construction des types-idéaux).

Difficultés dans le cas des Roms/Tsiganes : ce sont les catégories du sens commun qui fondent le questionnement savant. Cette difficulté est commune à tous les objets des sciences humaines mais particulièrement accentué dans leur cas, étant donné : 1/ l’ancrage des stéréotypes dans nos sociétés (leur rôle structurant dans l’idéologie nationale-moderne) ; 2/ le positionnement de la tsiganologie qui n’a pas émergé dans le cadre d’un champ scientifique précis mais dans un espace mixte – cf. L. Piasere, « Les Tsiganes sont-ils bons à penser anthropologiquement », in Études tsiganes, n°4, 1994 .

Les Roms/Tsiganes ne constituent pas un objet de recherche, pas plus en anthropologie qu’en histoire. En revanche, les processus de catégorisation des groupes ainsi désignés constituent un champ de recherches comparatives et pluridisciplinaires fertile : celles-ci nous renseigneraient utilement sur l’organisation politique, sociale et économique de sociétés européennes d’hier et d’aujourd’hui. Par ailleurs, c’est en connaissant les processus de catégorisation à l’œuvre en un lieu et un temps donné que l’on peut saisir comment les intéressés-désignés en usent, à leur manière, à la fois pour la construction des identités individuelles et collectives, et pour la gestion des rapports avec autrui.