Archives de catégorie : Carnets

Retrouvez dans cette rubrique les différents carnets de recherche ou de terrain de nos contributeurs.

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Crédit photographie : Matthieu Riegler, CC-by [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0) or CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la « fraternité d’armes » entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un « Sieg Heil ! » retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris – Publié le 30/01/2012 à 17:01 Par l’AFP

 

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Quand il apparaît sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le policier roumain Gelu Manolescu, avec son uniforme marine frappé du sigle « Politia », produit toujours son effet: une poignée de jeunes Roumaines tourne brusquement les talons et se réfugie de l’autre côté de la Seine.

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Elles sont cinq à observer de loin ce policier roumain patrouiller en uniforme, avec deux collègues français, en plein coeur de la capitale. « Elles sont toujours un peu surprises », explique-t-il.

Depuis deux mois, M. Manolescu a pourtant eu le temps de se faire connaître. Comme 24 de ses collègues roumains, il fait quotidiennement le tour des lieux identifiés par la police comme susceptibles d’être touchés par la délinquance roumaine, essentiellement des sites touristiques comme Montmartre, le Trocadéro ou le Louvre. A 34 ans, M. Manolescu, qui a appris le français dès l’école primaire, a laissé femme et enfants en Roumanie pour cette mission. Ancien porte-parole de la police de Constanta (sud-est), deuxième ville du pays, il cumule 13 ans d’expérience. « dépasser la barrière linguistique » « On est ici pour accorder un soutien et assister directement les autorités françaises dans les affaires juridiques et la criminalité de droit commun qui implique les citoyens roumains », raconte-t-il. Les policiers français avec lesquels il patrouille acquiescent.

Cette coopération leur offre « une approche différente », disent-ils, ne serait-ce que pour « dépasser la barrière linguistique ». La nouveauté, c’est cette possibilité de communiquer: « Quand les policiers roumains sont là, ils discutent très bien » avec les Roumains interpellés, assure un policier français. Selon la préfecture de police de Paris, cette coopération est « une vraie réussite ». Elle a déjà permis de procéder à « près de 1.000 identifications » de Roumains sur la voie publique. « Le plus important, c’est d’établir qui sont ces personnes, avec qui elles rentrent (en France) et quelles sont leurs ressources », détaille M. Manolescu. Beaucoup des Roumains auquel il a eu affaire sont originaires de la ville de Videle (sud) à 70 km de Bucarest. Il s’agit souvent de jeunes mineures, âgées de 12 à 16 ans, arrivées en France « avec toute leur famille ». Les autorités françaises pointent régulièrement du doigt les membres de la communauté rom venus pour la plupart de Roumanie. La France avait été sévèrement critiquée à l’été 2010 lorsqu’elle avait annoncé sa volonté de démanteler les camps de Roms, pour renvoyer leurs occupants en Roumanie. A Notre-Dame, les « 10 à 15 Roumaines » présentes chaque jour, selon lui, sont connues pour des faits d’escroquerie à la charité publique, de mendicité agressive et de vols à la tire, parfois à l’intérieur même de la cathédrale.

M. Manolescu garde sur elles un oeil constant et s’arrête parfois quelques minutes pour les toiser du regard, veillant à ne pas émettre de préjugé dans ce jeu du chat et de la souris. « On ne stigmatise personne. On est ici seulement pour faire notre métier », dit-il en redressant sa casquette. Pendant ces deux mois, il assure n’avoir été confronté à aucune situation vraiment difficile. « Nous sommes bien respectés », affirme-t-il. M. Manolescu, qui n’était encore jamais venu en France, aimerait être de l’aventure si une deuxième collaboration de ce type venait à être organisée, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. « Nous avons collecté beaucoup d’informations dans la rue, que nous laissons à la disposition des autorités. Elles tireront leurs conclusions », dit-il.

Paris : les Roumains dans le viseur

Par Europe1.fr et Pierre de Cossette

En présentant ses chiffres, le préfet de police de Paris a insisté sur cette population.

Surtout, ne pas être taxé de xénophobie… Michel Gaudin a pris toutes les précautions lundi en présentant les chiffres de la délinquance à Paris. Le préfet de police de la capitale s’est donc appuyé sur des chiffres, des données présentées comme objectives et incontestables au moment d’insister sur les agissements d’une population en particulier : les Roumains.

L’an dernier à paris, selon les chiffres présentés par le haut fonctionnaire, alors que la délinquance a baissé de 1,52% en 2011, le nombre d’interpellations de Roumains a lui explosé : + 78%. En moyenne, les policiers en ont arrêtés 23 par jour, souvent les mêmes, la plupart du temps des mineurs qui s’échappent au petit matin des foyers où on les a placés.

“Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser”

Pour Michel Gaudin, il faut arrête de se voiler la face. “Pourquoi le nier ? Ces personnes se livrent à des activités qui sont les vols au DAB (distributeurs automatiques de billets, ndlr), les vols de portable, la mendicité fondée sur des systèmes de réseaux qui exploitent, le terme n’est pas trop fort, des mineurs”, explique le préfet de police. “Je pense qu’il serait tout à fait immoral de ne pas s’occuper de ces enfants qui sont de véritables esclaves. Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser, il s’agit de constater et de faire en sorte que l’on puisse démanteler ces réseaux, particulièrement présents sur la région parisienne.”

Depuis plusieurs mois, avec l’aide d’une dizaine d’homologues venus de Bucarest, les policiers parisiens ont entrepris de dresser une cartographie détaillée des réseaux roumains implantés dans la capitale. A ce jour, les enquêteurs ont identifié 1.300 personnes.

Source :  http://www.europe1.fr/France/Paris-les-Roumains-dans-le-viseur-917151/

Tandis que la France maintient ses mesures transitoires, l’Italie s’ouvre aux Roumains et aux Bulgares

(EurActiv.fr)
L’Italie, frappée par la crise, lève ses restrictions sur le marché du travail pour les Roumains et les Bulgares. Neuf autres membres de l’UE ont décidé de maintenir ces restrictions. Beaucoup justifient leur décision par le taux de chômage élevé dans leur pays.
Rome a décidé d’ouvrir grand les portes de son marché du travail aux citoyens des deux nouveaux venus dans l’Union européenne à partir du 1er janvier 2012, a affirmé à EurActiv un membre de l’ambassade roumaine en Italie. Le ministère italien des affaires étrangères a officiellement informé les diplomates roumains et bulgares de sa décision le 29 décembre par le biais d’une notification.
Le président italien, Giorgio Napolitano, avait précédemment déclaré qu’il n’était pas prévu d’adopter des mesures restrictives pour les travailleurs roumains. Ces déclarations ont été perçues comme un signal positif en Bulgarie et en Roumanie.
Les deux pays sont entrés dans l’UE en 2007, mais se sentaient « victimes de discrimination », dans la mesure où leurs citoyens ne pouvaient pas accéder librement au marché du travail de l’Union. Le ministre bulgare des affaires étrangères, Nicolaï Mladenov, et le ministre du travail, Totiu Mladenov, ont publié une déclaration dans laquelle ils saluent la levée de ces restrictions en Italie. Ils ont affirmé que cette décision résultait de l’excellent état des relations entre la Bulgarie et l’Italie et de leur partenariat stratégique, a rapporté Dnevnik, l’agence partenaire d’EurActiv à Sofia.
Un signal positif
La décision prise par Rome est la « preuve » que le maintien des restrictions sur le marché du travail résulte de considérations politiques et non économiques, a argué l’eurodéputé Marian-Jean Marinescu (PPE-Roumanie). « Le fait qu’un pays comme l’Italie, qui subit de sévères mesures d’austérité, ait pris cette décision démontre qu’il a réalisé que les travailleurs roumains et bulgares contribuaient à son économie. De plus, il y a beaucoup de Roumains dans le pays, ce qui montre à quel point ils sont appréciés », a-t-il ajouté. Plus d’un million de Roumains vivent et travaillent en Italie. En outre, plus de 30 000 entreprises italiennes en Roumanie emploient quelque 800 000 travailleurs roumains, selon le ministère roumain de l’intérieur. M. Marinescu a déclaré que la décision prise par l’Italie envoyait un « signal positif » aux autres pays qui maintiennent leurs restrictions, affirmant qu’ils doivent se protéger d’une hausse du chômage. L’ambassade roumaine à Rome a remercié le gouvernement italien pour l’ouverture de son marché, « surtout en ces temps de crise économique ».
Neuf signaux négatifs
Neuf pays de l’UE ont en revanche décidé de maintenir « partiellement ou totalement » leurs restrictions pour deux années supplémentaires, a déclaré la Commission européenne. L’exécutif européen n’a pas communiqué plus de détails. Parmi ces neuf pays, l’Allemagne, l’Irlande et le Royaume-Uni ont été les premiers à faire part de leur décision à la Commission. Les Pays-Bas et la Belgique ont également publiquement déclaré qu’ils maintiendraient le régime des permis de travail pour les résidents issus des deux pays, et ce pour deux années supplémentaires. Les pays de l’UE ne peuvent cependant pas imposer de restrictions sans justifier leur décision, comme l’a récemment expliqué László Andor, le commissaire européen en charge de l’emploi et des affaires sociales. « [Cette décision] doit également être étayée par une analyse des troubles du marché du travail ou de la menace de telles perturbations dans le pays en question, et nous examinerons ces faits au cas par cas », a affirmé M. Andor. La Commission n’a pas encore examiné toutes les notifications envoyées par les neuf Etats membres, mais elle a fait savoir qu’elle publierait ses résultats dans les jours à venir.
C’est de la faute de la crise
Plusieurs pays ayant annoncé qu’ils maintiendraient leurs restrictions envers les Roumains et les Bulgares auraient évoqué les effets de la crise économique. L’Espagne, qui a ouvert son marché du travail aux deux pays lorsqu’ils ont intégré l’UE en 2007, a imposé des restrictions controversées aux Roumains l’été dernier, partiellement en raison de l’augmentation du chômage dans le pays à plus de 21 %, le taux le plus élevé dans l’Union.
Le ministre britannique de l’immigration, Damian Green, a expliqué que la décision de conserver le régime des permis de travail pour les Roumains et les Bulgares était en adéquation avec l’engagement du gouvernement britannique à réduire la dépendance des employeurs face aux travailleurs émigrés, surtout pour les emplois demandant peu de qualifications.«
Cela aidera les chômeurs à retrouver du travail et la main d’œuvre à acquérir les compétences dont l’économie a besoin », a expliqué M. Green.
Les mêmes arguments ont été utilisés par le gouvernement néerlandais qui a justifié sa décision en évoquant le taux de chômage élevé et l’état de l’économie de l’UE. Le Luxembourg, le pays le plus riche de l’UE, a lui aussi récemment annoncé qu’il resterait sur ses positions jusque fin 2013, car son taux de chômage national a augmenté. Le taux de chômage au Luxembourg a atteint 6 % en début d’année, ce qui équivaut à environ 19 500 personnes sans emploi sur un total d’environ 400 000 travailleurs. Le taux de chômage au Luxembourg était stable à environ 4,4 % en 2008.
Selon Dnevnik, l’Allemagne a fortement adouci sa politique envers les citoyens bulgares. Le quotidien a cité une déclaration du ministère bulgare du travail et des affaires sociales selon laquelle les Bulgares universitaires bénéficiaient de cet adoucissement, tout comme les travailleurs saisonniers, pour une période de maximum six mois par an. La ministre allemande fédérale du travail, Ursula von der Leyen, a récemment déclaré que la recherche de personnel qualifié était une priorité pour le gouvernement. « Sans personnel qualifié, l’économie va stagner. C’est la raison pour laquelle le gouvernement fédéral a pour priorité de s’assurer un nombre suffisant de travailleurs qualifiés », a-t-elle expliqué. Les Roumains et les Bulgares pourront toujours demander des permis de travail dans les pays qui comptent maintenir leurs restrictions, mais ils ne bénéficieront pas des mêmes droits que les citoyens des autres Etats membres de l’UE.

Variation préfectorale de la recette à l’OQTF

 

L’éloignement des Roms est bien rodé. Depuis 3 ans, les obligations de quitter le territoire français (OQTF) de la préfecture de Seine saint Denis étaient rédigées de la même manière.  Leur ritournelle monotone provoquait l’ennui du juriste de Bidonville. Heureusement pour son occupation, la police, mutine, a su se renouveler depuis septembre dernier…

Dans l’ancienne formulation les OQTFs de la Seine-Saint-Denis était ainsi rédigé :

Nous retrouvions cette formulation dans toutes les OQTFs, elle permettait de les fonder sur l’absence de droit au séjour prévu à l’article 121-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) qui conditionne à des ressources suffisantes et une assurance maladie le séjour de plus de trois mois des citoyens inactifs de l’union.

Aujourd’hui c’est plus pareil, ça change, ça change…

Dans l’ancienne version, si les Roms avaient bien des difficultés à démontrer des ressources suffisantes, la condition des trois mois faisait assez souvent tomber l’OQTF devant le tribunal administratif de Montreuil, les gens ayant la mauvaise manie de rentrer souvent au pays et de garder des preuves telles qu’un billet de bus. Le tribunal administratif a fini par considérer que l’administration devait apporter une preuve de la présence depuis plus trois mois. En pratique cela impliquait pour la police de retourner deux fois prendre les identités  à trois mois d’intervalle, soit un doublement de la charge de travail.

Heureusement pour la police du 93, le législateur est venu à son secours, en modifiant la loi en Juin 2011. Le nouveau texte prévoit qu’un ressortissant communautaire peut être éloigné s’il est dans les trois premiers mois de séjour une charge déraisonnable (article L.511-1 du Ceseda renvoyant à l’article L121-4-1 du Ceseda)

En résumé, il existe maintenant deux éloignements « spécial Roms » :

  • Plus de trois mois + ressources insuffisantes
  • Moins de trois mois, mais la personne doit être une charge déraisonnable pour le système social.

Sauf que l’OQTF étant rempli sur place, il faudrait deux modèles différents en fonction des cas, former les agents à prendre le formulaire 1 si plus de trois mois ou le formulaire 2 si moins de trois mois…. Devant une telle complexité, le pôle éloignement de la préfecture du 93 a préféré inventer le bortsch d’OQTF tsigane : on met un peu de tout, on mixte, et on sert la même soupe à tout le monde, c’est égalitaire et pas compliqué.

Ce qui donne cela :

OQTF du 6 décembre 2011 notifiée à La Courneuve


Malheureusement cela reste beaucoup trop compliqué pour les agents sur le terrain qui n’auront pas remarqué qu’il faut remplir tout les champs s’ils veulent avoir une chance que le Tribunal administratif sauve ce torchon. Cette OQTF pourra aisément être annulée car l’agent n’a ici complété ni le numéro d’étranger en haut à gauche, ni la date d’entretien, ni celle d’entrée en France.

Nous pouvons nous demander,  comment, Diable, l’adjoint au chef du bureau des mesures administratives a pu signer l’acte administratif, sans voir une telle erreur ?

Simplement  car il a signé un formulaire vide à remplir sur place. C’est totalement illégal mais comme on ne sait jamais qui on attrape avant d’aller à la chasse, c’est plus pratique… et qui le saura ?

 

Ils attendaient Saint-Nicolas…

Le 6 décembre,  à six heure et demi, dix camionnettes de policiers arrivent dans le bidonville de la rue Pascal à la Courneuve. Les chiens gardant l’entrée sont neutralisés à l’aide de grands lassos. La police rentre dans le bidonville et le boucle. Les familles sont amenées  les unes après les autres vers cinq camionnettes garées juste en face du terrain. Dans chaque camionnette, un policier demande la carte d’identité et remplit un formulaire présigné : une « OQTF« , acronyme d’obligation de quitter le territoire français.  Puis un « civil » propose de rentrer en Roumanie pour de l’argent, après avoir vérifié dans le « calculator« . Les personnes sont une à une relâchées mais interdites de rentrer chez elles, jusqu’à la fin de l’opération.

Lorsque j’arrive deux heures après le début de l’opération, la plupart des habitants attendent dehors que la police ait terminé de faire des allers-retours entre le terrain et les camionnettes. Dans l’étroite rue Pascal, la concentration de Roms, de policiers se mêlant dans un beau foutoir empêche la circulation de gros camions qui vont et viennent dans la zone industrielle. Le gardien des entrepôts faisant face au bidonville s’agite et tente dans l’indifférence de contenir tout ce monde.

Ce n’est pas la première fois la police distribue des « OQTF » sur ce terrain : ainsi le 17 aout 2010  la préfecture avait déjà procédé à une distribution d' »OQTF » ;  les personnes sont assez philosophes, ces papiers n’auront normalement pas beaucoup d’impacts sur leur vie quotidienne. Je discute avec une vieille dame qui trouve toutefois que « nous faire ça le jour de la saint Nicolas ! ils ne respectent rien » et sa voisine de m’expliquer  qu’elle devait ce matin-là mettre dans les souliers de ses enfants quelques cadeaux. Ce qui ressort globalement  c’est : nous expulser pourquoi pas, mais gâcher la saint Nicolas c’est dégueulasse. On ne rigole pas avec les fêtes religieuses chez les évangélistes.

Je reste jusqu’à la fin de l’opération vers 10 heures. En moins de quatre heures la police aura fait un examen approfondi et minutieux de la situation personnelle de plus de 200 personnes, soit si on compte cinq camionnettes d’examen environ dix minutes par personne. Dix minutes pour résumer une vie, dire ce que l’on fait sur ce terrain un petit matin de décembre, expliquer ses espérances, ses désillusions.

à suivre : le sevrage tabagique par les évangélistes de la rue Pascal du juriste de bidonvilles….

 

Le Roms sont les premières victimes de discrimination à Budapest

D’après une études menée sur tout le territoire hongrois par l’Autorité pour l’égalité (Egyenlő Bánásmód Hatósághoz, EBH), les Roms de Budapest sont les plus touchés par la ségrégation scolaire et la discrimination à l’embauche.

A Budapest, les plaintes pour discrimination porteraient pour 30% d’entre elles sur l’origine ethnique. Viendraient ensuite les discriminations fondées sur la maternité, l’âge trop avancé, les opinions politiques, l’invalidité et les problèmes de santé. Ces discriminations concernent les conditions d’accès au marché du travail mais prennent aussi la forme de dénis de service ou de harcèlement.

http://www.egyenlobanasmod.hu/

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Autour des Roms et des politiques territoriales en région parisienne…

Une série d’évènements sont programmés dans la région parisienne autour de la sortie du livre Rroms : politiques du territoire.

Au Centre autonome solidaire et artistique POBLANO rue Lavoisier, mardi 13 décembre à 20h, projection de Notre film, documentaire de 38 mn dédié au processus pédagogique de l’atelier de création cinématographique « Montreuil, ville des Rroms », qui a eu lieu dans une classe de CM2 au cours de l’année 2007 puis interventions de Saimir Mile (La voix des Rroms) et de Marcel Courthiade (linguiste, INALCO) autour du thème du mouvement culturel rom. Enfin, le documentaire Journée mondiale des Rroms 2007 Montreuil suivra la discussion.

A l’Atelier Coriande, rue Gaston Lauriau, vendredi 6 janvier 2012 à 20h30, une soirée est organisée sur le thème des ateliers de création artistique à Montreuil et en Ile de France autour de la culture rromani avec projection de Notre film et des invités menant ce type d’ateliers. Une exposition à l’Institut hongrois de Paris est également envisagée, sans plus de précision à l’heure actuelle.

Source : http://didattica.reseau2000.net/spip.php?article164

Les meurtres de Roms ne suscitent pas d’unanime indignation en Hongrie

La maison où un père et son fils ont trouvé la mort à Tatárszentgyörgy, en Hongrie.

Au début du mois de novembre, trois membres d’un commando néonazi ont été accusés d’avoir tué un agent de police ainsi que huit vendeurs de kebab turcs et un commerçant grec entre 2000 et 2006 dans plusieurs villes allemandes. Ces actes avaient alors suscité l’émoi auprès de la grande majorité des Allemands et une condamnation unanime de la part de la classe politique, notamment de la chancelière fédérale Angela Merkel. Du Linke au CDU, tous les partis parlementaires avaient alors multiplié les déclarations pour réaffirmer vigoureusement leur opposition à l’extrême-droite et à ses idées.

Plus récemment,  entre 2008 et 2009, des agressions racistes ont fait six morts et cinq blessés graves parmi la population Rom de Hongrie. Dans un article daté du 26 novembre 2011 du Népszabadság, le journaliste hongrois Ákos Tóth fait un parallèle édifiant entre les deux pays et analyse le comportement des classes politiques allemande et hongroise face à ces exactions. S’il salue l’unanimisme des élus allemands pour dénoncer les dérives xénophobes et l’activisme des factions d’extrême-droite, c’est pour mieux souligner le désintérêt des représentants hongrois pour des faits considérés comme divers.

Si le président de la république de l’époque László Solyom avait effectivement condamné publiquement les raids anti-Roms menés par des groupuscules proches du parti Jobbik, il n’avait pas été suivi dans cette indignation par l’ensemble des partis politiques, notamment l’opposition parlementaire. Les députés du Fidesz (parti conservateur désormais au pouvoir en Hongrie) avaient même accompagné ces déclarations avec ironie et sarcasme. Après le meurtre d’un père et de son fils à Tatárszentgyörgy, l’intervention du médiateur de la République Ernő Kállai devant le Parlement hongrois pour évoquer des solutions contre la recrudescence des agressions anti-Roms n’avait d’ailleurs alors intéressé qu’une petite trentaine de députés.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts