Tous les articles par Comité de pilotage Urbarom

Roms. De la sanction médiatique à la répression : le grand évitement 

A la « Une » d’Urba-Rom, une tribune que nous devions publier dans le Monde mais qui a finalement été refusée par l’équipe de direction, non pas pour des raisons relatives aux idées exprimées par les auteurs que pour le fait d’avoir, pour illustrer le traitement de la « question rom » par les médias…, pris l’exemple de l’édition numérique du Monde (LeMonde.fr)! Nous laissons aux lecteur le soin de juger par eux-mêmes.

Quartier de la Plaine Saint-Denis, 1998 : autour du Stade de France récemment inauguré, des familles roumaines et bulgares vivent en squats et en bidonvilles. Mais les sièges sociaux des grands groupes comme SFR ont progressivement succédé aux habitats précaires. C’est donc désormais dans les rares friches urbaines ou aux confins du Grand Paris que sont relégués les Roumains, Bulgares et Polonais venus travailler à la Plaine, sur les grands chantiers ou dans le secteur informel (travail au noir, mendicité, récupération). À Paris comme ailleurs, la « reconquête urbaine » des anciennes marges contraint les moins fortunés, migrants ou non, à se loger à distance croissante des centres d’activité économique ou à se satisfaire d’un habitat précaire.

Ces Roumains et ces Bulgares vivant en bidonville et que l’on appelle désormais « Roms » seraient ainsi près de 16 000 sur l’ensemble du territoire français, soit une (infime) partie des 3,6 millions de mal-logés et des 133 000 sans domicile fixe officiellement recensés. De ces « Roms », il est pourtant très régulièrement question : du  1er janvier 2012 au 1er octobre 2013, le Monde.fr a publié 379 articles sous son onglet « société/immigration et diversité » et 30% (113) de ces articles ont été consacrés aux soi-disant « Roms ». Environ 16 000 personnes occupent donc 30% de l’attention du Monde.fr sur les questions d’immigration. Rappelons qu’il y a plus de 100 000 Roumains en France et 2,7 millions d’étrangers. Pourquoi privilégier ainsi le traitement ethnique de l’immigration roumaine et bulgare aux dépens du cadre habituel de la nationalité ? Comment, par ailleurs expliquer  une telle disproportion entre le nombre effectif des migrants pauvres et leur traitement médiatique ?

Cette disproportion vient sans doute, en partie, d’une hyper visibilité de la grande pauvreté au cœur des métropoles. Un bidonville, une femme mendiant sur les Champs Elysées ou à la Défense influencent davantage la communication politique que toutes les statistiques sur la précarité dans les quartiers périphériques. En outre, cette visibilité de la « pauvreté étrangère » se trouve renforcée par les évacuations régulières des lieux de vie : la mise en circulation forcée de petits groupes forge, à l’échelle locale et dans les médias, l’impression d’une invasion permanente. Le caractère cyclique de l’actualité « rom » produit ainsi les clivages nécessaires au spectacle politique et les médias se nourrissent de ces emballements avec l’assurance d’obtenir un débat animé.

Manuel Valls prétend ainsi évacuer les bidonvilles et reconduire les personnes hors du territoire national ; il affirme par ailleurs vouloir évaluer la capacité des personnes à s’intégrer à l’aune des modes de vie. Dans les faits, nombre de mairies refusent de scolariser les enfants et les actions locales en faveur de l’hébergement et de l’insertion ne concernent qu’une petite minorité des habitants des bidonvilles, et ce même si l’État a fait du relogement des personnes une priorité avec la circulaire du 24 août 2012. Ainsi, la démission de l’État est flagrante, en tout cas en ce qui concerne la protection des personnes : le silence de la ministre des Affaires sociales est assourdissant et il est bien difficile d’identifier la politique qu’entend mener la ministre de l’Égalité, des Territoires et du Logement dans les « campements roms »….. Où en est on par ailleurs la coordination des initiatives locales d’insertion? Quel est le bilan du Délégué Interministériel à l’Hébergement et à l’Accès au Logement, chargé par Matignon du dossier « Rom » ? La séquence lamentable à laquelle nous venons d’assister pose ainsi de vraies questions non seulement sur la récurrence prévisible d’une « question rom » désormais au cœur de la stratégie de légitimation politique à gauche comme à droite, mais aussi sur les modalités effectives du travail interministériel et sur l’articulation des différents niveaux de pouvoir.

De notre point de vue, un autre enjeu de la « question Rom » concerne le nivellement européen de la valeur travail. Près de quatre millions de Roumains sont aujourd’hui expatriés : le salaire médian en Roumanie stagne autour de 350 euros par mois, et aucun mécanisme de rattrapage n’a été prévu lors de l’entrée du pays dans l’UE en 2007. À cela s’ajoutent des  régimes différenciés de mobilité selon les statuts socio-économiques des citoyens communautaires. Il existe par conséquent une Europe à plusieurs vitesses, laquelle décide manifestement de dissimuler la question de la précarité qu’elle engendre derrière une fausse polémique sur la place d’une « minorité » fantasmée dans l’UE. Il est vrai qu’un débat sur les inégalités sociales ou sur le rééquilibrage des salaires et la construction d’une Europe des droits sociaux serait plus complexe à mener et nécessiterait davantage de volonté politique ou tout simplement de courage de la part des institutions européennes et des États-Membres que de discourir sur les « Roms » !

Grégoire Cousin, Ludovic Lepeltier-kutasi, Olivier Legros, Martin Olivera, Tommaso Vitale, membres de Urba-Rom, Observatoire européen des politiques publiques en direction des Roms/tsiganes, ainsi que Ilsen About historien, Thomas Aguilera politologue, Bruno Cousin sociologue

Crédit photographie : Litographie par Charles Vernier. La grisette française prend sous sa protection les petits romans pourchassés par la censure.

Une sociologie des médias par l’épreuve ? Chronique d’une censure dans Le Monde

Il est toujours intéressant d’être censuré, (voir l’article ci-joint)

Et pourtant

J’étais réticent à participer à un débat qui n’a n’y queue ni tête et dans lequel la parole des chercheurs est totalement inaudible. Nous fumes littéralement convoqués par les pages débats du monde le 27 septembre pour livrer une réaction 3 jours plus tard. Trop court pour les pauvres chercheurs que nous sommes et qui ont l’esprit lent. La réponse du journaliste fut sans appel :  « les historiens et chercheurs qui travaillent sur le sujet se dérobent . désolant spectacle ». Toutefois , prévoyant, nous avons écrit ensemble une tribune pour ne pas être de nouveaux pris au dépourvu du temps médiatique. Ainsi  lorsque un autre journaliste, des mêmes pages débats, me rappela la semaine suivante pour constituer un dossier avec différents point de vue, l’actualité Rom étant toujours aussi chargé, nous étions fin prêt.

Après avoir été remis d’une semaine pour cause  de  « shut down », l’ensemble des tribunes réunies furent publiées dans le monde daté du 18 octobre . Toutes sauf celle d’Urba-Rom et ce sans explication. L’explication viendra dans les jours qui suivent. La tribune démontrait que 30% des articles du Monde.fr concernant l’immigration depuis 18 mois  étaient sur les Roms et il y avait ici une disproportion flagrante eu égard au fait qu’ils ne représentent qu’environ 0,6% des étrangers. D’après mon interlocuteur du Monde nous aurions été mieux inspiré de faire nos statistiques  sur le site de libération ou du Figaro, les relations entre la rédaction du Monde.fr et du Monde papier étant tendues. Devant ma perplexité , il me fut proposé de publier la tribune telle quelle la semaine suivante. Finalement Lundi 21 octobre un troisième journaliste des pages débats m’appela et posa d’un ton sec les conditions d’une publication : il faut couper le paragraphe sur le Monde.fr sinon la tribune n’est pas publiée : le Monde « ne vas pas tendre le bâton pour se faire battre » et « n’est pas pire que les autres ».

Nous en sommes bien entendu resté là.

Les Roms comme objet de recherche : les enjeux d’une nécessaire banalisation

Bien sûr, il n’y a pas que Manuel Valls qui se préoccupe des questions d’intégration à propos des Roms. Les scientifiques aussi…

Une polémique a éclaté en octobre dernier au sein de l’Université Corvinus de Budapest. De nombreux universitaires et personnalités engagés dans la lutte contre les discriminations envers les Roms, ont adressé une lettre au recteur de l’établissement pour lui demander le retrait de la bibliothèque universitaire d’un livre publié en 2009, intitulé Post-communist Europe and its National/Ethnic Problems: a course-pack. L’auteur de cet ouvrage, Géza Jeszenszky, ambassadeur, homme politique hongrois et par ailleurs professeur dans cette même université, y défend l’idée que l’essentiel du désarroi dans lequel est plongée la population rom, est largement imputable aux désordres mentaux eux-même attribués à  l’endogamie qui aurait cours au sein de nombreuses familles concernées. Cet évènement soulève plusieurs questions auxquelles sont confrontés les chercheurs du réseau Urba-Rom et, au delà de la légitime controverse politique qu’a fait naître l’ouvrage, il nous entraine à réfléchir sur nos propres pratiques scientifiques.

Un premier présupposé vient de l’usage de l’« endogamie », comme pratique qui placerait les Roms dans une position d’altérité absolue, à la fois culturelle et génétique, par rapport au modèle dominant en Europe occidentale. Cette rupture est bien sûr en grande partie fausse, les gadjé étant peut-être plus endogames qu’ils ne le disent  et les Roms bien moins; il s’agit bien plus d’une conception de soi que d’un fait social démontrable. Toutefois dans le texte de Jeszenszky, il s’agit d’une affirmation qui est inscrite sous le régime des évidences (sans démonstration), tout comme lorsqu’il affirme quelques lignes plus haut que les Roms sont « faciles à reconnaître par leurs cheveux et leur peau sombres ». Il nous semble que cette évidence  est d’abord guidée par une volonté farouche de dédouaner le politique de sa responsabilité en appuyant l’idée selon laquelle les structures familiales sont un élément déterminant dans la reproduction des situations de pauvreté. Cette opinion reste très ancrée chez les chercheurs et les experts de la « question rom », d’ailleurs  le professeur Jeszenszky a justifié, par la suite, son assertion par la littérature tsiganologique  sur le sujet.

Or, nous touchons ici le cœur du problème : si Géza Jeszenszky a pu engager sa légitimité de chercheur pour apporter une justification « anthropologique » à des situations de grande pauvreté,   et ainsi acter et accréditer des catégories de pensée tendant à faire des Roms une population forcément à part et de la « tsiganité » un être au monde marqué par le sceau de la typicité, c’est qu’il y a une responsabilité commune des chercheurs en sciences sociales dans la construction de ces catégories de pensée. De nombreuses traditions scientifiques, que ce soit en sociologie, histoire, anthropologie ou géographie, se sont longtemps imposées dans le champs académique par cette obsession du découpage et du classement : de ce point de vue, l’argument culturaliste (ou ethnoculturel) n’a bien souvent fait que prendre la place du racialisme, sans remettre en cause la logique même d’une telle construction savante de l’altérité. Ayant pour elle la marque du « bon sens », cette posture intellectuelle connaît encore une certaine résonance au sein de la société, mais elle n’en demeure pas moins scientifiquement infondée et, bien sûr, politiquement dangereuse.

Si la figure « Roms/Tsiganes » fait sens dans l’imaginaire européen depuis le 19ème siècle, elle reste un signifiant vide de sens en tant que tel.  Cela fait déjà longtemps que de nombreux chercheurs de terrain ont montré la limite des montées en généralité concernant différents groupes rattachés au forceps à cette catégorie, mais leur contribution reste encore trop peu connue par la société et les responsables politiques. Toutefois le refus de la généralisation par les spécialistes menant des études de cas sur des petits groupes sociaux, ne ferme pas la réflexion sur la responsabilité du chercheur. Sauf à refuser d’enquêter sur des pratiques jugées immorales par la société dominante, le chercheur de terrain prend toujours le risque de voir ses conclusions réutilisées à mauvais escient, car généralisées à tous les Tsiganes/Roms du monde.  Un exemple frappant de ce risque fut fourni en Italie il y a quelques années, dans un article de 1990 « Stealing from the gadjo. Some notes on Roma Ideology », Etudes et documents balkaniques et méditerranéens, vol. 15, 1990,  Leonardo Piasere et  Jane Dick Zatta font une analyse fine de l’économie morale du vol chez petit groupe de Slovensko Roma. Les deux anthropologues font bien attention de ne pas élargir leur propos aux “Roms/Tsiganes” mais, bien malgré eux, ils ont fourni une caution anthropologique à la montée en généralité politique du vol comme une activité culturelle commune à tous les Roms/Tsiganes. Il suffit de lire  les travaux de Barbagli, et en particulier  : Barbagli M., Immigrazione e criminalità in Italia, Il Mulino, 1998. p. 142, pour s’en assurer.
Il nous semble, et c’est une position commune autour de laquelle s’est construit le réseau Urba-Rom que c’est bien dans la banalisation des pratiques des groupes dits roms/tsiganes, autrement dit  dans une montée en généralité qui ne soit pas réservée aux « Roms » mais prenant en compte l’ensemble du monde social grâce à une posture comparatiste que réside sans doute la posture la plus pertinente face à l’antitsiganisme ambiant. Car elle permet de sortir des considérations artificielles et stéréotypées tout en repositionnant les phénomènes observés dans leur contexte politique, économique et social. Dans le cas qui nous intéresse, cela revient de toute évidence à envisager la responsabilité des autorités publiques dans la marginalisation des groupes dits « roms/tsiganes ». C’est justement cette responsabilité que Géza Jeszenszky a probablement tenté de minimiser en recourant à une approche culturaliste des populations marginalisées.

Crédit photographie : Sculpture « La Foule Illuminée » de Raymond Mason, installée sur l’Avenue McGill College à Montréal (Licence CC-BY-SA)

Dynamiques d’insertion des publics en grande précarité : l’expérience des migrants roms en France

Ces dernières années, les discours officiels ont, en France comme dans d’autres pays européens, fréquemment mis l’accent sur la prétendue criminalité et sur la soit-disant marginalité des Roms en provenance d’Europe centrale et des Balkans. C’est pourquoi des chercheurs, des travailleurs sociaux, des acteurs associatifs, ainsi que des Roms roumains et bulgares ont décidé de se réunir à Paris le 5 novembre 2011 pour étudier des actions concrètes d’insertion engagées par des migrants roms en France. Synthèse de ces échanges et des discussions qui ont suivi, le texte ci-dessous souligne la diversité des trajectoires individuelles et familiales parmi les migrants roms. Il invite aussi à mener une lecture critique des politiques en direction de ces derniers et pose des questions d’ordre général. Ces dernières concernent aussi bien les moyens de subsistance et la place des pauvres dans les villes aujourd’hui, que l’effectivité de politiques de lutte contre la précarité dans un système qui, comme on sait, produit lui-même de plus en plus d’exclus. Ce n’est pas un texte scientifique à proprement parler mais une série de réflexions basées sur des observations factuelles. Outre la déconstruction des idées reçues, son objectif est d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche et de débat sur les politiques en direction des Roms en situation précaire et sur la lutte contre la précarité et l’exclusion dans les sociétés européennes en devenir.

Synthèse en français

Synthèse en Anglais

A propos des Roms et de la statistique

En mars 2011, l’ERRC (European Roma Rights Center) publiait un rapport sur la « traite [des êtres humains] dans les communautés roms ». Intitulé « Breaking the Silence », ce rapport qui porte sur cinq pays d’Europe centrale et orientale (Roumanie, Bulgarie, République tchèque, Slovaquie et Hongrie), souhaite « attirer l’attention, tout en évitant la récupération politique et la stéréotypie » ( Foreword, p.1).
Dès l’introduction, les auteurs notent qu’« en dépit du manque de données officielles précises sur la traite et l’exploitation concernant les Roms, la présente recherche a documenté les perceptions répandues selon lesquelles les Roms étaient affectés par la traite des êtres humains et qu’ils étaient significativement sur-représentés parmi les personnes trafiquées dans certains pays » (p. 9). En effet, selon les résultats de l’étude, les Roms représenteraient, en 2010, « 50-80 % des victimes du trafic d’êtres humains en Bulgarie, jusqu’à 70 % dans certaines régions de la Tchéquie, au moins 40 % en Hongrie, environ 50 % en Roumanie et au moins 60 % en Slovaquie » (p. 11).
D’où proviennent ces données ? Sur quelle(s) base(s) sont-elles construites ?

Les auteurs ont mené une enquête de terrain entre février et avril 2010, rencontrant divers acteurs concernés par la question. Au total, 227 personnes ont été interviewées (soit un peu plus d’une dizaine par lieu d’enquête), parmi lesquelles : des officiers de police, des procureurs, des médiateurs de santé, des travailleurs sociaux, des représentants du gouvernement, des professionnels du secteur de la santé mentale et des enseignants. Par ailleurs, 26 informateurs privilégiés ont été interrogés, ainsi que 37 personnes ayant été elles-mêmes victimes de traite.
Par conséquent, les chiffres de ce rapport sur l’implication de Roms dans les activités de traite sont principalement construits à partir de déclarations faites par des individus au sein « des services de lutte contre la traite, [de] la police et [des] représentations du gouvernement » (p. 32). Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes, « [pour déterminer la proportion de Roms parmi les personnes impliquées dans le trafic d’êtres humains], les personnes enquêtées se sont basées sur leur jugement personnel, prenant éventuellement en compte des critères tels que les conditions de vie, la couleur de la peau etc. Bien que cela n’ait pas vraiment été indiqué par les personnes interviewées, il se peut que les préjugés habituels au sujet de l’implication des Roms dans des activités criminelles, aient influencé les réponses » (ibid.).
En d’autres termes, c’est uniquement sur la base de témoignages individuels, qui sont manifestement impressionnistes et peut-être influencés par les stéréotypes sur les Roms, que les auteurs de Breaking the Silence se sont fondés pour établir la « sur-représentation des Roms » dans la traite des êtres humains.

Quoi qu’on puisse penser de ce rapport, les remarques précédentes invitent à s’interroger sur le fait de recourir à l’approche statistique et quantitative quand il s’agit d’étudier la situation d’individus ou de groupes sociaux minoritaires et/ou en difficultés. En particulier, on peut se demander si l’approche statistique et quantitative ne risque pas de stigmatiser un peu plus les groupes désignés comme roms/tsiganes, d’exposer davantage ces derniers à la violence de la société et de ses institutions. Surtout si l’on tient compte des progrès actuels de l’anti-tsiganisme dans de nombreux pays européens sur fond de crise sociale, économique et politique.  Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier que les statistiques, en particulier les statistiques ethniques, peuvent servir de caution scientifique à la consolidation des stéréotypes existants. C’est en tout cas ce que souligne Cosima Rughinis dans un article publié en 2010 et intitulé : « Quantitative Tales of Ethnic Differentiation: Measuring and Using Roma/Gypsy Ethnicity in Statistical Analyses ».

Ces observations ne méritent-elles d’être considérées avec le plus grand soin, non seulement par les chercheurs et par les organismes de soutien aux Roms comme l’ERRC, mais aussi et plus largement par les institutions en charge des politiques de recherche et de l’inclusion des Roms, cela à l’échelle européenne aussi bien qu’au niveau national ?

Crédit illustration : Extrait page 113 de l’ouvrage hongrois A Cigányokról [Sur les Tsiganes]…, WLISLOCKI, Heinrich von. Digitalisé par la British Library, domaine public.

Urba-Rom nouvelle version

Après plusieurs mois de travaux en partenariat avec Crévilles1, le site d’Urba-Rom a été entièrement revu. Cette refonte a permis de renforcer l’accessibilité au centre de ressources et aux travaux d’Urba-Rom. Ce fut aussi l’occasion de préciser les missions de notre réseau qui devient aujourd’hui un observatoire des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes.

Pourquoi parler de groupes dits roms/tsiganes ? Bien sûr, il ne s’agit pas de remettre en question les identités individuelles et collectives, mais nous voulons mettre l’accent sur les processus de catégorisation engagés par les sociétés globales et leurs institutions. En effet, les modes de catégorisation, qui font appel à différents registres de stéréotypes, déterminent avec force les politiques en direction des groupes en question.

Pourquoi parler d’observatoire ? Plus que le réseau, l’observatoire correspond bien aux activités qu’Urba-Rom a engagées jusqu’à présent : le regroupement des sources scientifiques et documentaires, la veille sur l’actualité et l’analyse critique des politiques en direction des groupes dits roms/tsiganes.

Comme indiqué dans la plaquette de présentation de l’Observatoire, Urba-Rom a d’autres missions cependant. En partant de l’examen de la situation des groupes dits roms/tsiganes, il s’agit de participer aux réflexions sur les sociétés européennes aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine ; et de favoriser le dialogue entre les chercheurs, les acteurs institutionnels et associatifs, et les populations-cibles de l’action publique.

Urba-Rom dispose désormais d’une charte. Son objectif principal est de garantir la collégialité comme mode de décision tout en favorisant les initiatives personnelles au sein de l’observatoire, tant que ces initiatives sont compatibles avec les principes d’Urba-Rom.  La charte vise aussi à garantir la pérennité d’un espace de réflexion à la croisée des mondes universitaire, institutionnel, associatif,  et avec les concernés. Un espace de réflexion qui, de surcroît, soit affranchi de toute tutelle, sur le plan financier comme sur le plan institutionnel. C’est à ce prix que l’observatoire pourra, à notre avis, remplir ses missions d’information, d’analyse critique et de dialogue.

Pour terminer, il convient d’indiquer que la refonte du site n’est pas entièrement achevée. Les traductions en anglais sont en cours. Ceux qui voudraient contribuer à ce travail sont évidemment les bienvenus. Car, dans son fonctionnement comme dans ses principes, Urba-Rom est une structure collaborative.

Roms : la liberté d’en parler, le devoir de s’informer

Depuis maintenant plusieurs mois, M. Lellouche aborde régulièrement la question des « réseaux criminels » dont seraient tout à la fois victimes et coupables les Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie présents en France. A l’occasion de la tribune « Roms : la liberté de circuler, le devoir d’intégrer » parue dans Le Figaro du 24 août, le secrétaire d’Etat aux affaires européennes dit « bien connaître » ce dossier et évoque des « réseaux et trafics d’êtres humains qui prospèrent en contraignant des personnes âgées et des enfants à mendier dans nos rues, en livrant des jeunes à la prostitution ou en forçant des mineurs à des activités délictueuses. »

Assimiler ainsi les migrations de Roms roumains et bulgares à des organisations mafieuses relève sinon d’un populisme dangereux, du moins d’une méconnaissance des réalités de terrains. La partition n’est pas nouvelle et avait déjà été jouée au début des années 2000. Quoique bien rodée, elle n’en est néanmoins pas plus juste aujourd’hui.

Parmi les Roms comme ailleurs, des pratiques délinquantes existent et doivent être combattues par la voie légale. Mais elles demeurent éminemment marginales : concernant l’Ile-de-France, sur la cinquantaine de bidonvilles et squats de Roms migrants recensés en 2009-2010, un seul groupe était identifié comme pratiquant une délinquance organisée et suivi en tant que tel par les services de police, selon Olivier Peyroux.

Quant aux récents chiffres donnés par le ministre de l’intérieur, selon lesquels la « délinquance roumaine » aurait notamment augmenté de 138 % à Paris en 2009, ils sont à la fois tendancieux dans la forme (confondant Roms et Roumains, interpellations et condamnations, etc.) et, plus grave encore, parfaitement invérifiables auprès des institutions, d’après Laurent Mucchielli.

Dans l’immense majorité des cas, les migrations roms sont familiales, sans qu’aucun réseau criminel ne se cache derrière. La mendicité, la vente de journaux pour sans-abri et la récupération sont bel et bien les sources de revenus principales pour ces migrants. Mais elles constituent avant tout des solutions par défaut, étant donné l’impossibilité pour eux d’accéder à l’emploi salarié en raison du fameux « régime transitoire » que s’apprête à reconduire le gouvernement jusqu’en 2014.

Faire passer l’éradication des bidonvilles pour une opération de lutte contre les « réseaux » et autres filières d’immigration clandestine s’apparente dès lors à de la prestidigitation électoraliste.
Voilà pour l’instrumentalisation sécuritaire de la « question rom ». Dans sa tribune, M. Lellouche resitue par ailleurs ses préoccupations dans la rhétorique de l’« intégration des Rom » en Europe. Evoquant un « véritable quart-monde de 9 millions de Roms qui trop souvent vivent encore au-dessous des standards les plus élémentaires de la dignité humaine », il dénonce l’« exploitation » de cette « misère », là encore par des « réseaux ».

« Ne pas réagir serait ajouter un chapitre à l’histoire du malheur rom : sous servage jusqu’au XIXe siècle, déportés durant la seconde guerre mondiale, réprimés par les régimes communistes, les Roms seraient aujourd’hui condamnés à ne connaître de la construction européenne que le droit d’aller d’un bidonville à l’autre ? », écrit M. Lellouche, tentant ainsi de faire d’une pierre deux coups : en sus d’assurer la tranquillité publique, le démantèlement des lieux de vie des familles roms en France aurait une portée humanitaire.

LA DIABOLISATION N’EST PAS MEILLEURE CONSEILLÈRE QUE LE MISÉRABILISME

Présenter les Roms d’Europe, qu’ils soient 8 ou 12 millions, comme une population socialement homogène, marginalisée et « dés-insérée » depuis des siècles, ne s’avère toutefois pas plus fidèle aux réalités que l’image de « classe délinquante en puissance », régulièrement mobilisée. L’anti-tsiganisme est certes un trait permanent des imaginaires nationaux européens depuis le XIXe siècle , mais les réalités ne se limitent heureusement pas à ce sombre tableau. La vaste catégorie « Roms et Gens du voyage » renvoie à une infinie diversité de situations locales : à l’Est comme à l’Ouest, certaines communautés sont fort bien insérées dans leur environnement, d’autres éprouvent de graves difficultés quotidiennes. Entre les deux, toutes les situations intermédiaires existent, sans qu’il soit finalement possible de dégager des caractéristiques sociales communes à ces divers groupes, comme le montrent depuis plusieurs décennies déjà les anthropologues.

Il convient de souligner qu’au-delà de l’instrumentalisation politicienne, M. Lellouche n’est pas ici le seul responsable de ce discours réducteur. L’institutionnalisation de la « question rom » au cours des vingt dernières années, en particulier au sein des organes de l’administration européenne, aura, en effet, œuvré à asseoir l’image univoque d’une « minorité » définie par défaut, éternelle victime de l’Histoire. Comme d’autres, M. Lellouche peut ainsi évoquer tout naturellement le danger d’une « immigration massive », tous les Roms de l’Est ayant, dans cette perspective et selon le vocabulaire aujourd’hui à la mode, « vocation » à émigrer à l’Ouest.

Or les faits sont têtus : depuis les années 2002 à 2004, le nombre estimé de Roms roumains en France est stable (autours de 12 000 personnes). Difficile de parler d’invasion… Plus encore, selon toutes les sources, le taux d’émigration parmi les Roms de Roumanie est parfaitement identique au taux national roumain de 10 % : plus de 2 millions de Roumains ont émigré depuis les années 1990 (chiffres eurostat), parmi eux, les Roms seraient une centaine de milliers. Pour les uns comme pour les autres les raisons du départ sont économiques. Les migrants roms de Roumanie ne « fuient » ainsi pas tant des siècles d’oppression que vingt années de « transition économique » au coût social exorbitant.

La diabolisation n’est pas meilleure conseillère que le misérabilisme. Peu ou mal informés, les citoyens comme nombre de responsables politiques, de médias et d’acteurs associatifs se satisfont pourtant de schémas simplistes et univoques lorsqu’il s’agit des « Roms et Gens du voyage ». Or ceux-ci ne sont ni d’éternelles victimes sans attache, ni des coupables naturels, mais les membres de communautés variées, parties intégrantes des réalités socioculturelles européennes depuis le Haut Moyen-Age, pour le meilleur et le pire. Reconnaître ce fait est un prérequis à l’élaboration de solutions pérennes visant à résoudre les difficultés auxquels certains groupes roms, migrants ou non, sont localement confrontés.

Crédit photographie : By Ralf Roletschek (talk) – Fahrradtechnik auf fahrradmonteur.de (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Cash-cash à la une

Urba-Rom propose désormais chaque mois à ses lecteurs la « Une d’Urba-Rom » : un article ou une communication, le plus souvent en lien avec l’actualité. Suite à la publication d’une tribune de 7 membres d’Urba-Rom dans Lemonde.fr au sujet de la coopération franco-roumaine en matière de « lutte contre le trafic d’êtres humains », nous avons choisi de mettre à la Une du mois de mai la contribution de Massimo Conte, Oana Marcu et Andrea Rampini au colloque Romani mobilities in Europe: multidisciplinary perspectives (Oxford, 14-15 janvier 2010).

Cette étude porte sur un groupe de jeunes Roms originaires de Craiova (Roumanie), installés à Milan et vivant essentiellement d’activités délinquantes (pickpockets). Les chercheurs, qui ont réalisé des enquêtes à Milan et à Craiova entre 2007 et 2009, observent et analysent les stratégies d’affirmation des jeunes, entre l’Italie et la Roumanie. Ils mettent en avant les interactions fines entre, d’une part, les comportements des individus et des groupes en question et, d’autre part, les pratiques institutionnelles et les processus de catégorisation qui déterminent, avec l’expérience de la migration, la construction permanente des identités individuelles et collectives.

Originellement commanditée par la fondation Save the Children Italy, inquiète de voir des mineurs ancrés dans la délinquance et « victimes de l’exploitation », l’étude a permis de mettre à jour la complexité des situations et la manière dont les pratiques de ces jeunes s’inscrivaient dans différents contextes (sociaux, culturels, institutionnels, économiques, symboliques) auxquels ceux-ci et leurs familles participent et/ou qu’ils subissent. Le sujet apparaîtra certes délicat dans le contexte politique actuel, il n’en est que plus urgent de l’étudier de manière raisonnée et distanciée, pour élaborer une alternative à l’éternel diptyque « mafieux par nature »/ « victimes de la société ».

Si nous publions ici un document de travail, nous renvoyons aux études rédigées en italien et au site du programme CASH CASH pour une étude approfondie de la question. Pour que les lecteurs puissent se faire leur propre point de vue, nous avons aussi sélectionné une série d’articles et de rapports sur les thèmes du trafic d’êtres humains et de la mendicité en France et en Italie.

Les Roms-Tsiganes à nouveau boucs émissaires ?

L’article du Monde en date du 15 février 2010 et intitulé « Exploitation des enfants roms : la France et la Roumanie se mobilisent » relate la visite du secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes Pierre Lellouche, les 11 et 12 février derniers à Bucarest. Cette visite visait à « contrôler les allers et retours des Roms roumains entre la France et leur pays d’origine ». Le secrétaire d’Etat aux affaires européennes considère en effet que « le principe de libre circulation en Europe n’a pas été conçu pour ouvrir la voie à tous les trafics » et, plus particulièrement, « un trafic d’êtres humains qui touche des enfants et des personnes âgées », comme il l’a expliqué quelques jours auparavant, en visitant l’un des centres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) à Paris (dépêche AFP du 10 février 2010).

On s’étonne ainsi de voir successivement abordés, dans ce même article, le thème de la migration des Roms de Roumanie vers la France puis ceux de « l’aide au retour humanitaire » proposée par la France aux ressortissants communautaires en situation précaire et de la prétendue délinquance juvénile des enfants roms, qui serait elle-même organisée en « trafics », comme si les sujets étaient liés les uns aux autres de façon naturelle et logique. Ces affirmations – au sujet du « trafic d’êtres humains » et de la délinquance juvénile organisée – reposent davantage sur une série d’amalgames et d’idées reçues que sur des faits. Le procédé n’est pas nouveau. En 2005, l’émission « C dans l’air » du 11 février sur France 5, intitulée Délinquance : la route des Roms, avait valu à France Télévisions une condamnation pour « incitation à la haine » en mai 2009. Trois années plus tôt, Le Monde avait fait part de l’« exploitation effrénée des mineurs et des adultes handicapés » en France, sensément liée aux migrations des Roms roumains puisque, selon cet article, « depuis la chute du régime communiste, la mendicité est devenue [en Roumanie] une véritable industrie contrôlée par des réseaux mafieux dont la plupart sont d’origine tsigane » (Le Monde, 13 juillet 2002). Aujourd’hui, des responsables politiques européens tiennent des propos similaires. C’est le cas du ministre des affaires étrangères roumain, Teodor Baconschi, qui a pu déclarer à M. Lellouche, sans que celui-ci s’en émeuve d’ailleurs : « Nous avons [en Roumanie] des problèmes physiologiques, naturels, de criminalité au sein de certaines communautés […], en particulier parmi les groupes de citoyens roumains d’ethnie rom. »

Curieusement, ces accusations de « trafic d’êtres humains » et d’exploitation de la mendicité, sont absentes des tribunaux. En France, la « traite des êtres humains » est bien réprimée par l’article L.225-41 du Code pénal mais, d’après les annuaires statistiques de la justice, aucune condamnation pénale n’a eu lieu pour ce délit avant 2006, année à partir de laquelle les données ne sont plus disponibles. Après cette date, aucune condamnation à ce titre n’a toutefois été relevée, ni par la presse ni par les associations. Pour ce qui est du délit d’« exploitation de la mendicité », réprimé par l’article L.225-12-5 du code pénal, le constat est le même : on ne trouve pas trace de condamnation ou de jurisprudence reconnaissant l’existence de ce délit. Comment, dans ces conditions, juger de la réalité des « trafic d’êtres humains » et, qui plus est, de l’ampleur de ces derniers au sein des populations Roms ou Tsiganes ?

Par ailleurs, selon des chiffres de la préfecture de Paris repris dans l’article du Monde en date du 15 février 2010, « 40 % des Roms mis en cause pour des délits à Paris étaient mineurs ». Depuis quand est-on en capacité, en France, d’indiquer l’origine ethnique des personnes présentes sur le territoire et/ou des délinquants, mineurs ou non ? Peut-on prouver autrement que sur la base d’affirmations gratuites, c’est-à-dire données officielles à l’appui, cette prétendue délinquance massive tsigano-roumaine ? L’article du Monde fait enfin état, pour 2009, d’« environ huit mille Roms […] reconduits en Roumanie avec, en poche, un billet d’avion et 300 euros ». L’information est erronée car le chiffre de huit mille personnes reconduites à la frontière concerne les ressortissants roumains et bulgares dans leur ensemble. On voudrait ainsi faire croire que les Roms, de par leurs « agissements », mettent à mal la « famille européenne », selon l’expression de M. Lellouche. Ils se serviraient de la liberté de circulation pour implanter, en France et dans d’autres pays d’Europe occidentale, ces activités criminelles ou délictueuses que sont le « trafic d’êtres humains » et la « mendicité commerciale ». En véhiculant ce type de discours, les autorités font d’une pierre deux coups. Elles légitiment la nécessité de contrôler étroitement ces groupes et s’apprêtent, de ce fait, à restreindre la liberté de circulation, laquelle figure pourtant parmi les principes fondateurs de la citoyenneté européenne.

Face à des groupes sociaux présentés comme « dangereux », l’administration réinvente donc sa « politique tsigane » selon un schéma bien connu des historiens : identification des personnes et limitation de la circulation de certaines catégories de population. Pour ce faire, il y a les « classiques » échanges de données administratives et la coopération policière bilatérale, deux pratiques qui existent depuis 2002. Il est également prévu, mais on en parle moins, de mettre en place un fichier national d’empreintes digitales « pour éviter que les bénéficiaires d’une aide au retour ne reviennent [en France]«  (Le Figaro en date du 15 février 2010). Va-t-on ficher des personnes sur le simple postulat qu’elles reviennent alors même qu’elles en ont le droit ? Rappelons que le gouvernement de Berlusconi a été vivement critiqué par la communauté internationale lors du fichage ethnique réalisé au cours de l’été 2008.

Aujourd’hui, on homogénéise des groupes étrangers sur une base ethnique. Tout porte à croire qu’on pourra ensuite élargir cette catégorie à d’autres personnes, jugées proches ou apparentées, en particulier ceux désignés comme « Tsiganes » ou comme « gens du voyage », qui sont installés depuis des siècles sur le territoire national et déjà bien mal tolérés. En Italie, de récentes décisions locales autorisent déjà cette confusion et un traitement « ethnique » collectif.

En septembre 2008, la présidence de l’Union européenne, française, organisait un sommet pour l’« inclusion des Roms en Europe ». En janvier 2010, le gouvernement Fillon semble favorable à l’application de mesures administratives discriminatoires visant directement ces populations. Amnésie soudaine ? Pure démagogie politique ? Dans tous les cas, les raisons de s’inquiéter sont réelles, pour les Roms comme pour l’ensemble des citoyens européens. Avec Liberté de Tony Gatlif, l’actualité cinématographique nous rappelle en effet que les mesures administratives contre les Tsiganes ont toujours été liées à des périodes douloureuses de l’histoire contemporaine.