Tous les articles par Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

Just the Wind, la société hongroise confrontée à elle-même

C’est avec beaucoup de méfiance que je suis allé voir Just the Wind. Bien que je sois très sensible à la situation des Roms en Europe centrale et particulièrement en Hongrie, j’ai tendance à me tenir éloigné des récits, des reportages, des films qui versent soit dans le misérabilisme, soit dans la compassion excessive. Par ailleurs, je me suis vite agacé de l’engouement de la critique pour un film basé sur des faits divers tragiques certes, mais n’étant quand même pas représentatifs du quotidien de nombreuses familles tsiganes. Il faut que l’on se le tienne pour acquis : la Hongrie n’est pas ce pays de fascistes où l’on tue du rom à tous les coins de rue, ce n’est pas cette semi-dictature où le racisme est institutionnalisé à tous les niveaux de l’administration. Ces précisions sont nécessaires dans la mesure où le traitement récent de l’actualité hongroise a généré chez une partie significative de la population française des sentiments analogues à ce qui vient d’être décrit. Ce film de Bence Fliegauf arrive à point nommé car il offre une fenêtre de compréhension salutaire sur la société hongroise.

Le premier aspect positif de ce film, c’est qu’il parvient quand même à illustrer avec une réelle efficacité esthétique et un ton très juste la situation de nombreuses familles roms en Hongrie. Un grand-parent malade, sur lequel toute la famille veille, comme c’est souvent le cas dans les familles hongroises ; une mère qui complète son salaire de femme de ménage en devant travailler au rabais pour la collectivité ; une jeune adolescente qui partage les aspirations des gens de son âge et qui veille avec sévérité mais bienveillance sur son petit frère, qui sèche obstinément les bancs de l’école pour traîner autour de la maison et glaner ça et là de quoi aménager sa cache secrète. Autour d’eux, au rythme d’une journée ordinaire, prennent place d’autres protagonistes qui représentent tous autant qu’ils sont la diversité de cette Hongrie rurale, où le racisme ordinaire traduit une réelle détestation de soi.

Le deuxième point positif, c’est l’habileté du réalisateur à restituer l’épaisseur du contexte local. Des personnages discrets mais décisifs, des figurants parfois, viennent ainsi éclairer ponctuellement d’autres éléments de compréhension de la scène villageoise et nuancer la vision manichéenne dans laquelle on tend parfois à s’engouffrer. Comme si le réalisateur cherchait systématiquement à sauver les uns et les autres, en renvoyant les discours univoques à leurs contradictions. Les lignes de fracture ne sont pas entre les Roms et les autres ; elles se situent à l’intérieur des catégories pré-établies, elles se révèlent parfois dans la psychologie de chaque personnage. Ce film ne cherche pas à dénoncer unilatéralement, mais à donner à voir, à comprendre, pour interpeller la société hongroise dans son ensemble et tenter de l’amener à prendre conscience de cette déliquescence sourde. Avec parfois quelques sursauts d’humanité, qui laissent un peu de place à l’optimisme, et dans lesquels les uns et les autres trouvent de la respiration.

Le troisième et dernier point positif, c’est la façon dont le film parvient à brosser un portrait de la société hongroise dans laquelle les Roms sont entièrement partie prenante. Il met en exergue avec beaucoup de justesse la dimension éminemment sociale de la situation locale ; les stratégies de vie et survie, la façon dont chacun joue sa partition dans un contexte marqué par une crise qui dure depuis beaucoup trop longtemps ainsi que le caractère sclérosé d’une vision archaïque de la société. Il ne fuit pas non plus pour autant les sujets de fond : les inégalités entre les régions désindustrialisées de l’est et la capitale Budapest, l’inquiétant phénomène d’émigration vers l’Europe de l’ouest et l’Amérique du nord de la population active, la place inquiétante de l’extrême-droite dans certaines régions du pays et sa pénétration dans les consciences, y compris chez ceux qui sont censés garantir le respect de la loi.

Ce film doit être vu à la lumière de ces références. Il échappe à l’exotisme rassurant du « heureusement que c’est pire ailleurs » qui caractérise parfois la posture de nombreux Français, incapables de voir la dégradation de la situation sociale y compris dans leur propre pays. Ce film est salutaire pour comprendre la Hongrie d’aujourd’hui en peignant le portrait d’une société avant tout confrontée à elle-même. Les procédés de  réalisation n’enlèvent rien à la force du message. Bien au contraire.

Just the Wind (Csak a szél). Film hongrois de Bence Fliegauf avec Katalin Toldi, Gyöngyi Lendvai, Lajos Sárkány (1 h 33).

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Le temps révolu des Roms musiciens de Józsefváros

100 violons tziganes de Budapest

István et sa femme sont un couple de Roms hongrois vivant à deux pas de Teleki tér, le coeur de la partie populaire de Józsefváros. Dans leur rue, les hautes bâtisses cossues à coursives côtoient les fragiles constructions à un étage dans lesquelles vivent les catégories les plus pauvres du huitième arrondissement de Budapest. Eux vivent dans un immeuble de bonne tenue, propre et bien entretenu. Leurs voisins sont des étudiants, des retraités, des jeunes couples ou même des notables mieux installés. Leur appartement est accueillant, lumineux et chaleureux.

István est né dans la banlieue sud de Budapest, dans un petit village du comitat de Pest. Il a longtemps vécu dans les arrondissements de l’hyper-centre avant d’emménager dans le huitième arrondissement. Il vient d’une famille de musiciens. Lui-même joue du piano régulièrement dans quelques troquets de la capitale. Malheureusement, le travail vient à manquer. S’il reste bien quelques établissements à ambiance encore prisés par quelques touristes, les restaurants n’embauchent plus vraiment de musicien. Même Népszínház utca, la rue où l’on s’encanaillait à moindre frais à l’époque des grands ateliers Ganz, s’est vidée de toute sa vie nocturne. Seules les institutions culturelles roms qui y ont encore leur siège témoignent de ce passé pas si lointain.

Pour compenser le manque à gagner, certains musiciens se font employer sur des bateaux de croisière et laissent leur famille pendant plusieurs mois le temps de faire le tour de la Méditerranée. D’autres s’essaient au commerce de vieilleries ou d’antiquités. Parfois, le travail trouvé, comme par exemple gardien de parking, est strictement alimentaire. Entre les étals du marché en pré-fabriqués de Teleki tér, les vendeurs de légumes confirment le constat et regrettent le temps où les Roms musiciens avaient fait de Józsefváros un des centres les plus vivants de Budapest.

István cherche à vendre son appartement mais sa valeur sur le marché souffre de la mauvaise réputation du quartier. Il approuve la répression des sans-abris et regrette la situation engendrée selon lui par les autres Tziganes, venus la plupart des campagnes du nord-est de la Hongrie ou de Transylvanie. Il ne se sent rien de commun avec eux. Lui est un romungro, un magyartzigane. Il se définit avant tout comme hongrois et ne comprend pas très bien les discours sur l’unité de la nation rom. Il est ouvertement conservateur mais réfute toute forme de racisme envers qui que ce soit. Son angoisse est d’une autre nature. Il s’inquiète que sa fille fréquente les mauvais garçons de Lujza utca. Il n’a pas envie que sa famille glisse, qu’elle perde son statut et le prestige qui va avec.

Il réfute tout antitziganisme violent en Hongrie mais regrette la stigmatisation réelle dont souffrent les Roms dans son pays. Dans ce contexte, alors que la majorité de la population voit ses conditions de vie se dégrader, il craint que la situation empire. Son pessimisme est palpable. La Hongrie, autrefois la baraque la plus gaie du camp socialiste, n’a plus la joie de vivre. Incontestablement, c’est peut-être ça plus qu’autre chose qui indique que le temps des Roms musiciens est désormais révolu.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

(Afin de préserver l’anonymat des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête de terrain, les noms ont été modifiés)

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Le 8e arrondissement de Budapest, sans doute le plus vaste du centre-ville de la capitale hongroise, est souvent réduit dans les représentations à un quartier très pauvre, particulièrement dangereux, dans lequel les sans-abris côtoient les familles tziganes, où sévissent la drogue, la prostitution et le vol. Jusqu’aux vingt dernières années, la culture positive qui y était associée était celle des violonistes tziganes, considérés comme la bourgeoisie rom, souvent partis en tournée à travers le monde (les 100 violons tziganes de Budapest en font partie) ou gagnant leur vie en mettant l’ambiance dans les restaurants à touristes de la ville. Depuis le changement de régime et l’ouverture culturelle de la Hongrie, une transformation s’est cependant opérée au sein même du quartier, au cours de laquelle les plus jeunes générations ont délaissé le vieux folklore tzigane pour embrasser la culture hip-hop.

Dans Nyócker!, le hip-hop est omniprésent et entièrement approprié par les jeunes du quartier. A l’instar de la France ou des Etats-Unis, il se fonde à la fois comme l’expression d’une identité locale, celle du quartier et de ses habitants, mais aussi d’une identité internationale, celle d’une culture urbaine mondialisée, cristallisant la relégation sociale et spatiale d’une jeunesse désoeuvrée, transformant la contrainte de la rue en des codes sociaux positifs et légitimes. A l’échelle de Budapest, il ancre le quartier dans des représentations qu’Eszter György qualifie de « ludiques ». A l’échelle de la société hongroise, il permet de justifier la nouvelle place des populations pauvres des marges urbaines dans l’imaginaire culturel national, au risque de contribuer à l’ethnicisation des populations dites Roms et d’entretenir les frontières symboliques entre « majorité » et « minorités ». Enfin, à l’échelle mondiale, il positionne symboliquement ces quelques rues du 8e arrondissement dans la catégorie des quartiers de ségrégation urbaine, victimes comme les districts noirs américains ou les banlieues françaises de la roue de l’infortune de l’expansion spatiale du néo-libéralisme.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Pour aller plus loin :

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la « fraternité d’armes » entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un « Sieg Heil ! » retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Le Roms sont les premières victimes de discrimination à Budapest

D’après une études menée sur tout le territoire hongrois par l’Autorité pour l’égalité (Egyenlő Bánásmód Hatósághoz, EBH), les Roms de Budapest sont les plus touchés par la ségrégation scolaire et la discrimination à l’embauche.

A Budapest, les plaintes pour discrimination porteraient pour 30% d’entre elles sur l’origine ethnique. Viendraient ensuite les discriminations fondées sur la maternité, l’âge trop avancé, les opinions politiques, l’invalidité et les problèmes de santé. Ces discriminations concernent les conditions d’accès au marché du travail mais prennent aussi la forme de dénis de service ou de harcèlement.

http://www.egyenlobanasmod.hu/

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Les meurtres de Roms ne suscitent pas d’unanime indignation en Hongrie

La maison où un père et son fils ont trouvé la mort à Tatárszentgyörgy, en Hongrie.

Au début du mois de novembre, trois membres d’un commando néonazi ont été accusés d’avoir tué un agent de police ainsi que huit vendeurs de kebab turcs et un commerçant grec entre 2000 et 2006 dans plusieurs villes allemandes. Ces actes avaient alors suscité l’émoi auprès de la grande majorité des Allemands et une condamnation unanime de la part de la classe politique, notamment de la chancelière fédérale Angela Merkel. Du Linke au CDU, tous les partis parlementaires avaient alors multiplié les déclarations pour réaffirmer vigoureusement leur opposition à l’extrême-droite et à ses idées.

Plus récemment,  entre 2008 et 2009, des agressions racistes ont fait six morts et cinq blessés graves parmi la population Rom de Hongrie. Dans un article daté du 26 novembre 2011 du Népszabadság, le journaliste hongrois Ákos Tóth fait un parallèle édifiant entre les deux pays et analyse le comportement des classes politiques allemande et hongroise face à ces exactions. S’il salue l’unanimisme des élus allemands pour dénoncer les dérives xénophobes et l’activisme des factions d’extrême-droite, c’est pour mieux souligner le désintérêt des représentants hongrois pour des faits considérés comme divers.

Si le président de la république de l’époque László Solyom avait effectivement condamné publiquement les raids anti-Roms menés par des groupuscules proches du parti Jobbik, il n’avait pas été suivi dans cette indignation par l’ensemble des partis politiques, notamment l’opposition parlementaire. Les députés du Fidesz (parti conservateur désormais au pouvoir en Hongrie) avaient même accompagné ces déclarations avec ironie et sarcasme. Après le meurtre d’un père et de son fils à Tatárszentgyörgy, l’intervention du médiateur de la République Ernő Kállai devant le Parlement hongrois pour évoquer des solutions contre la recrudescence des agressions anti-Roms n’avait d’ailleurs alors intéressé qu’une petite trentaine de députés.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts