Tous les articles par Gregoire Cousin

Les Roms viennent aux heures de pause des patrouilles

UN MARCHAND DE JOURNAUX des Champs-Elysées (VIIIe)

 Le Parisien Ch.B. | Publié le 21.06.2012, 08h38
<br />
champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. </p>
<p>

champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. | (LP/Ch.B.)

Le gérant de cette brasserie avec vue sur l’Arc de Triomphe (VIIIe) en rit encore. « Il y a une dizaine de jours, on a vu des dizaines de policiers habillés en Robocop venir courser les vendeurs à la sauvette et les mendiants. Les touristes n’ont rien compris! Mais les flics ont beau mettre les moyens, ils reviennent toujours. » Le restaurateur s’y est habitué.

A quelques pas de sa porte, près du rond-point de l’Etoile, deux femmes en fichu marchent de touriste en touriste, un papier froissé à la main. La courte lettre demande en anglais quelques pièces, pour nourrir les enfants.

L’arrêté antimendicité, pris en septembre 2011 sur les Champs-Elysée, n’a pas changé la vie de l’avenue. Mais il aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers, confie ainsi le marchand de journaux. Ce qui a changé, ce sont les horaires : les Roms se sont adaptés. Ils viennent aux heures de pause des patrouilles, entre midi et deux, et en fin de journée. »

Une vingtaine de jeunes arrivent le matin

Quelques kilomètres plus loin, dans le quartier du Louvre (Ier), les riverains racontent la même histoire. « Tous les matins, une vingtaine de jeunes se retrouvent au métro et vont quadriller le secteur », observe un habitant. Devant lui, comme tous les jours, un groupe de jeunes femmes rigolardes arpente la rue de Rivoli, pétitions en faveur des sourds-muets en main. « Les touristes se font souvent alléger de leur portefeuillependant qu’ils signent. Et, sur les tables de terrasses, ce sont les téléphones portables qui disparaissent », détaille Ranko, un plombier habitué du Café du Musée. La semaine dernière, un groupe de très jeunes ados a volé le téléphone d’une cliente à l’intérieur de l’établissement. « On leur a couru après… mais celui qu’on a réussi à rattraper n’avait rien sur lui », conclut Ranko. Alors, faute de pouvoir rattraper les voleurs, les serveurs se sont mis à la prévention. « On rappelle toujours aux gens de ne rien laisser traîner. C’est le seul moyen d’être tranquille. »

Les arrêtés anti-mendicité pas reconduits à Paris

par  Libération, 20 juin 2012 à 14:45

Dépèches

Le préfet de police de Paris Bernard Boucault, lorsqu'il était directeur de l'ENA, le 25 mars 2009 à Paris

Le préfet de police de Paris Bernard Boucault, lorsqu’il était directeur de l’ENA, le 25 mars 2009 à Paris (AFP)

 

Le nouveau préfet de police de Paris Bernard Boucault s’est démarqué de son prédécesseur Michel Gaudin en ne reconduisant pas les arrêtés anti-mendicité, les jugeant pas assez efficaces, tout en annonçant son projet d’accélérer la lutte contre les réseaux mafieux.

Trois arrêtés anti-mendicité avaient été pris il y a un an tout juste sur les secteurs des Champs-Elysées, des Grands magasins et du Louvre.

Interrogé mercredi par des élus UMP qui ont demandé leur prolongation, Nicolas Lerner, directeur-adjoint de cabinet du préfet de police, a annoncé au Conseil de Paris qu’ils ne seraient « pas reconduits dans l’immédiat » mais que « cette décision pourra être reconsidérée en fonction de l’évolution du cadre juridique et de la situation sur le terrain ».

La préfecture de police a admis que ces arrêtés avaient –sur le moment– fait diminuer les « nuisances » et les « délits » associés à « certaines formes de mendicité » (comprendre la mendicité Rom essentiellement, ndlr), mais ils ont très vite trouvé leur limite.

Par exemple la mendicité est actuellement verbalisée 38 euros, et si le contrevenant « récidive », il peut être amené à être reconduit dans son pays pour motif de « trouble à l’ordre public ».

« On a fait des études qui montrent que le taux de paiement des amendes est proche de 0, la sanction est très peu incitative et il y a eu des évolutions juridiques qui nous poussent à repenser nos reconduites à la frontières », a ensuite expliqué à la presse M. Lerner. Par exemple un Roumain -citoyen de l’Union européenne- reconduit dans son pays « se retrouve à nouveau trois jours après sur le Champs Elysées ».

Le préfet bientôt en Roumanie Pour l’année 2011, la préfecture de police a ainsi reconduit 250 Roumains pour toute la capitale mais sur les zones des arrêtés cela n’a concerné qu’une trentaine de personnes.

Quant à celles placées en rétention avant leur expulsion, a ajouté M. Lerner, « lorsqu’elles contestent les décisions devant le tribunal administratif, celui-ci leur donne quasi-systématiquement raison ».

Le ministre de l’Intérieur de l’époque Claude Guéant avait jugé ces arrêtés « utiles » tandis que le maire PS de Paris avait dénoncé une mesure stigmatisante.

L’adjointe PS chargée de la sécurité Myriam El Khomri a ainsi demandé au préfet mercredi de ne pas renouveler ces arrêtés « non pas par dogmatisme stérile ni pas angélisme mal placé », mais « par souci constant d’efficacité ».

Elle a demandé « un bilan quantitatif et qualitatif de l’impact de ces arrêtés anti-mendicité » et reste « convaincue que la conséquences de ces arrêtés est le déplacement de la misère d’une rue à une autre », ce qu’a constaté la préfecture de police.

Le maire UMP du Ier arrondissement que couvrait partiellement un des arrêtés a souhaité que « la fin des arrêtés ne coïncide pas avec une recrudescence brutale » de la mendicité.

Le patron de la fédération UMP de Paris et maire du XVe Philippe Goujon, qui en avait réclamé un dans son arrondissement, a regretté que « le préfet de police, pour des raisons sans doute idéologiques, cédant à la pression du maire de Paris, prive la police et la justice d’un outil qui pouvait permettre de s’opposer à la mendicité agressive et contribuer au démantèlement des réseaux mafieux ».

M. Lerner a justement rappelé que « l’objectif prioritaire » est « l’accélération des affaires de démantèlement des réseaux et la mise hors d’état de nuire des bénéficiaires de ces trafics ».

M. Boucault va organiser une réunion au parquet « pour faire le point des affaires en cours », et il se rendra en Roumanie « dès la rentrée prochaine » pour y rencontrer les autorités policières.

Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France.

Le dernier numéro de la revue Géocarrefour vient de paraître. Retrouvez les articles suivants :

• Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes : mobilités, régulations et marginalités – Tommaso Vitale et Olivier Legros

• « Nomads » in the Eternal City. Local policies and Roma participation in the « emergency » era / « Nomades » dans la Ville éternelle. Les politiques locales et la participation des Roms pendant « l’état d’urgence nomades » – Ulderico Daniele

• Soigner et démanteler. Mobilité forcée, politiques sanitaires et trajectoires individuelles dans les « campi nomadi » de Rome – Lorenzo Alunni

• Ce que tolérer veut dire. Une « quasi-exclave » habitée par des Roms aux portes de Milan (Italie) – Alice Sophie Sarcinelli

• L’action publique locale au défi de l’habitat des Roms à Florence (Italie) : en finir avec les campi nomadi. Variété et fragilité des expériences (années 1990 – 2000) – David Frantz
• Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil – Norah Benarrosh-Orsoni

• De Mitrovica à Troyes : l’itinéraire de Nedzmedin Neziri, président de l’URYD. Entretien – Régis Guyon et Nedzmedin Neziri

Retrouvez également les comptes-rendus :

• Fabrizio Maccaglia, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception – Paolo Molinari
• Cristina Bianchetti, Urbanistica e Sfera Pubblica – Denis Bocquet
• Les mondes de la mobilité, sous la direction de Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily – Olivier Pliez
• Regards sur la mondialisation migratoire et l’ouverture des frontières – Delphine Pagès el-Karoui

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris

En patrouille avec des policiers roumains… à Notre-Dame de Paris – Publié le 30/01/2012 à 17:01 Par l’AFP

 

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Quand il apparaît sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le policier roumain Gelu Manolescu, avec son uniforme marine frappé du sigle « Politia », produit toujours son effet: une poignée de jeunes Roumaines tourne brusquement les talons et se réfugie de l’autre côté de la Seine.

Depuis deux mois, 25 policiers roumains patrouillent en uniforme avec leurs collègues français dans les sites touristiques de Paris: leur mission, qui s’achève mardi, vise à mieux connaître les réseaux de la délinquance roumaine, souvent mis en cause par la police parisienne. Elles sont cinq à observer de loin ce policier roumain patrouiller en uniforme, avec deux collègues français, en plein coeur de la capitale. « Elles sont toujours un peu surprises », explique-t-il.

Depuis deux mois, M. Manolescu a pourtant eu le temps de se faire connaître. Comme 24 de ses collègues roumains, il fait quotidiennement le tour des lieux identifiés par la police comme susceptibles d’être touchés par la délinquance roumaine, essentiellement des sites touristiques comme Montmartre, le Trocadéro ou le Louvre. A 34 ans, M. Manolescu, qui a appris le français dès l’école primaire, a laissé femme et enfants en Roumanie pour cette mission. Ancien porte-parole de la police de Constanta (sud-est), deuxième ville du pays, il cumule 13 ans d’expérience. « dépasser la barrière linguistique » « On est ici pour accorder un soutien et assister directement les autorités françaises dans les affaires juridiques et la criminalité de droit commun qui implique les citoyens roumains », raconte-t-il. Les policiers français avec lesquels il patrouille acquiescent.

Cette coopération leur offre « une approche différente », disent-ils, ne serait-ce que pour « dépasser la barrière linguistique ». La nouveauté, c’est cette possibilité de communiquer: « Quand les policiers roumains sont là, ils discutent très bien » avec les Roumains interpellés, assure un policier français. Selon la préfecture de police de Paris, cette coopération est « une vraie réussite ». Elle a déjà permis de procéder à « près de 1.000 identifications » de Roumains sur la voie publique. « Le plus important, c’est d’établir qui sont ces personnes, avec qui elles rentrent (en France) et quelles sont leurs ressources », détaille M. Manolescu. Beaucoup des Roumains auquel il a eu affaire sont originaires de la ville de Videle (sud) à 70 km de Bucarest. Il s’agit souvent de jeunes mineures, âgées de 12 à 16 ans, arrivées en France « avec toute leur famille ». Les autorités françaises pointent régulièrement du doigt les membres de la communauté rom venus pour la plupart de Roumanie. La France avait été sévèrement critiquée à l’été 2010 lorsqu’elle avait annoncé sa volonté de démanteler les camps de Roms, pour renvoyer leurs occupants en Roumanie. A Notre-Dame, les « 10 à 15 Roumaines » présentes chaque jour, selon lui, sont connues pour des faits d’escroquerie à la charité publique, de mendicité agressive et de vols à la tire, parfois à l’intérieur même de la cathédrale.

M. Manolescu garde sur elles un oeil constant et s’arrête parfois quelques minutes pour les toiser du regard, veillant à ne pas émettre de préjugé dans ce jeu du chat et de la souris. « On ne stigmatise personne. On est ici seulement pour faire notre métier », dit-il en redressant sa casquette. Pendant ces deux mois, il assure n’avoir été confronté à aucune situation vraiment difficile. « Nous sommes bien respectés », affirme-t-il. M. Manolescu, qui n’était encore jamais venu en France, aimerait être de l’aventure si une deuxième collaboration de ce type venait à être organisée, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. « Nous avons collecté beaucoup d’informations dans la rue, que nous laissons à la disposition des autorités. Elles tireront leurs conclusions », dit-il.

Paris : les Roumains dans le viseur

Par Europe1.fr et Pierre de Cossette

En présentant ses chiffres, le préfet de police de Paris a insisté sur cette population.

Surtout, ne pas être taxé de xénophobie… Michel Gaudin a pris toutes les précautions lundi en présentant les chiffres de la délinquance à Paris. Le préfet de police de la capitale s’est donc appuyé sur des chiffres, des données présentées comme objectives et incontestables au moment d’insister sur les agissements d’une population en particulier : les Roumains.

L’an dernier à paris, selon les chiffres présentés par le haut fonctionnaire, alors que la délinquance a baissé de 1,52% en 2011, le nombre d’interpellations de Roumains a lui explosé : + 78%. En moyenne, les policiers en ont arrêtés 23 par jour, souvent les mêmes, la plupart du temps des mineurs qui s’échappent au petit matin des foyers où on les a placés.

“Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser”

Pour Michel Gaudin, il faut arrête de se voiler la face. “Pourquoi le nier ? Ces personnes se livrent à des activités qui sont les vols au DAB (distributeurs automatiques de billets, ndlr), les vols de portable, la mendicité fondée sur des systèmes de réseaux qui exploitent, le terme n’est pas trop fort, des mineurs”, explique le préfet de police. “Je pense qu’il serait tout à fait immoral de ne pas s’occuper de ces enfants qui sont de véritables esclaves. Il ne s’agit pas du tout de stigmatiser, il s’agit de constater et de faire en sorte que l’on puisse démanteler ces réseaux, particulièrement présents sur la région parisienne.”

Depuis plusieurs mois, avec l’aide d’une dizaine d’homologues venus de Bucarest, les policiers parisiens ont entrepris de dresser une cartographie détaillée des réseaux roumains implantés dans la capitale. A ce jour, les enquêteurs ont identifié 1.300 personnes.

Source :  http://www.europe1.fr/France/Paris-les-Roumains-dans-le-viseur-917151/

Tandis que la France maintient ses mesures transitoires, l’Italie s’ouvre aux Roumains et aux Bulgares

(EurActiv.fr)
L’Italie, frappée par la crise, lève ses restrictions sur le marché du travail pour les Roumains et les Bulgares. Neuf autres membres de l’UE ont décidé de maintenir ces restrictions. Beaucoup justifient leur décision par le taux de chômage élevé dans leur pays.
Rome a décidé d’ouvrir grand les portes de son marché du travail aux citoyens des deux nouveaux venus dans l’Union européenne à partir du 1er janvier 2012, a affirmé à EurActiv un membre de l’ambassade roumaine en Italie. Le ministère italien des affaires étrangères a officiellement informé les diplomates roumains et bulgares de sa décision le 29 décembre par le biais d’une notification.
Le président italien, Giorgio Napolitano, avait précédemment déclaré qu’il n’était pas prévu d’adopter des mesures restrictives pour les travailleurs roumains. Ces déclarations ont été perçues comme un signal positif en Bulgarie et en Roumanie.
Les deux pays sont entrés dans l’UE en 2007, mais se sentaient « victimes de discrimination », dans la mesure où leurs citoyens ne pouvaient pas accéder librement au marché du travail de l’Union. Le ministre bulgare des affaires étrangères, Nicolaï Mladenov, et le ministre du travail, Totiu Mladenov, ont publié une déclaration dans laquelle ils saluent la levée de ces restrictions en Italie. Ils ont affirmé que cette décision résultait de l’excellent état des relations entre la Bulgarie et l’Italie et de leur partenariat stratégique, a rapporté Dnevnik, l’agence partenaire d’EurActiv à Sofia.
Un signal positif
La décision prise par Rome est la « preuve » que le maintien des restrictions sur le marché du travail résulte de considérations politiques et non économiques, a argué l’eurodéputé Marian-Jean Marinescu (PPE-Roumanie). « Le fait qu’un pays comme l’Italie, qui subit de sévères mesures d’austérité, ait pris cette décision démontre qu’il a réalisé que les travailleurs roumains et bulgares contribuaient à son économie. De plus, il y a beaucoup de Roumains dans le pays, ce qui montre à quel point ils sont appréciés », a-t-il ajouté. Plus d’un million de Roumains vivent et travaillent en Italie. En outre, plus de 30 000 entreprises italiennes en Roumanie emploient quelque 800 000 travailleurs roumains, selon le ministère roumain de l’intérieur. M. Marinescu a déclaré que la décision prise par l’Italie envoyait un « signal positif » aux autres pays qui maintiennent leurs restrictions, affirmant qu’ils doivent se protéger d’une hausse du chômage. L’ambassade roumaine à Rome a remercié le gouvernement italien pour l’ouverture de son marché, « surtout en ces temps de crise économique ».
Neuf signaux négatifs
Neuf pays de l’UE ont en revanche décidé de maintenir « partiellement ou totalement » leurs restrictions pour deux années supplémentaires, a déclaré la Commission européenne. L’exécutif européen n’a pas communiqué plus de détails. Parmi ces neuf pays, l’Allemagne, l’Irlande et le Royaume-Uni ont été les premiers à faire part de leur décision à la Commission. Les Pays-Bas et la Belgique ont également publiquement déclaré qu’ils maintiendraient le régime des permis de travail pour les résidents issus des deux pays, et ce pour deux années supplémentaires. Les pays de l’UE ne peuvent cependant pas imposer de restrictions sans justifier leur décision, comme l’a récemment expliqué László Andor, le commissaire européen en charge de l’emploi et des affaires sociales. « [Cette décision] doit également être étayée par une analyse des troubles du marché du travail ou de la menace de telles perturbations dans le pays en question, et nous examinerons ces faits au cas par cas », a affirmé M. Andor. La Commission n’a pas encore examiné toutes les notifications envoyées par les neuf Etats membres, mais elle a fait savoir qu’elle publierait ses résultats dans les jours à venir.
C’est de la faute de la crise
Plusieurs pays ayant annoncé qu’ils maintiendraient leurs restrictions envers les Roumains et les Bulgares auraient évoqué les effets de la crise économique. L’Espagne, qui a ouvert son marché du travail aux deux pays lorsqu’ils ont intégré l’UE en 2007, a imposé des restrictions controversées aux Roumains l’été dernier, partiellement en raison de l’augmentation du chômage dans le pays à plus de 21 %, le taux le plus élevé dans l’Union.
Le ministre britannique de l’immigration, Damian Green, a expliqué que la décision de conserver le régime des permis de travail pour les Roumains et les Bulgares était en adéquation avec l’engagement du gouvernement britannique à réduire la dépendance des employeurs face aux travailleurs émigrés, surtout pour les emplois demandant peu de qualifications.«
Cela aidera les chômeurs à retrouver du travail et la main d’œuvre à acquérir les compétences dont l’économie a besoin », a expliqué M. Green.
Les mêmes arguments ont été utilisés par le gouvernement néerlandais qui a justifié sa décision en évoquant le taux de chômage élevé et l’état de l’économie de l’UE. Le Luxembourg, le pays le plus riche de l’UE, a lui aussi récemment annoncé qu’il resterait sur ses positions jusque fin 2013, car son taux de chômage national a augmenté. Le taux de chômage au Luxembourg a atteint 6 % en début d’année, ce qui équivaut à environ 19 500 personnes sans emploi sur un total d’environ 400 000 travailleurs. Le taux de chômage au Luxembourg était stable à environ 4,4 % en 2008.
Selon Dnevnik, l’Allemagne a fortement adouci sa politique envers les citoyens bulgares. Le quotidien a cité une déclaration du ministère bulgare du travail et des affaires sociales selon laquelle les Bulgares universitaires bénéficiaient de cet adoucissement, tout comme les travailleurs saisonniers, pour une période de maximum six mois par an. La ministre allemande fédérale du travail, Ursula von der Leyen, a récemment déclaré que la recherche de personnel qualifié était une priorité pour le gouvernement. « Sans personnel qualifié, l’économie va stagner. C’est la raison pour laquelle le gouvernement fédéral a pour priorité de s’assurer un nombre suffisant de travailleurs qualifiés », a-t-elle expliqué. Les Roumains et les Bulgares pourront toujours demander des permis de travail dans les pays qui comptent maintenir leurs restrictions, mais ils ne bénéficieront pas des mêmes droits que les citoyens des autres Etats membres de l’UE.

Variation préfectorale de la recette à l’OQTF

 

L’éloignement des Roms est bien rodé. Depuis 3 ans, les obligations de quitter le territoire français (OQTF) de la préfecture de Seine saint Denis étaient rédigées de la même manière.  Leur ritournelle monotone provoquait l’ennui du juriste de Bidonville. Heureusement pour son occupation, la police, mutine, a su se renouveler depuis septembre dernier…

Dans l’ancienne formulation les OQTFs de la Seine-Saint-Denis était ainsi rédigé :

Nous retrouvions cette formulation dans toutes les OQTFs, elle permettait de les fonder sur l’absence de droit au séjour prévu à l’article 121-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) qui conditionne à des ressources suffisantes et une assurance maladie le séjour de plus de trois mois des citoyens inactifs de l’union.

Aujourd’hui c’est plus pareil, ça change, ça change…

Dans l’ancienne version, si les Roms avaient bien des difficultés à démontrer des ressources suffisantes, la condition des trois mois faisait assez souvent tomber l’OQTF devant le tribunal administratif de Montreuil, les gens ayant la mauvaise manie de rentrer souvent au pays et de garder des preuves telles qu’un billet de bus. Le tribunal administratif a fini par considérer que l’administration devait apporter une preuve de la présence depuis plus trois mois. En pratique cela impliquait pour la police de retourner deux fois prendre les identités  à trois mois d’intervalle, soit un doublement de la charge de travail.

Heureusement pour la police du 93, le législateur est venu à son secours, en modifiant la loi en Juin 2011. Le nouveau texte prévoit qu’un ressortissant communautaire peut être éloigné s’il est dans les trois premiers mois de séjour une charge déraisonnable (article L.511-1 du Ceseda renvoyant à l’article L121-4-1 du Ceseda)

En résumé, il existe maintenant deux éloignements « spécial Roms » :

  • Plus de trois mois + ressources insuffisantes
  • Moins de trois mois, mais la personne doit être une charge déraisonnable pour le système social.

Sauf que l’OQTF étant rempli sur place, il faudrait deux modèles différents en fonction des cas, former les agents à prendre le formulaire 1 si plus de trois mois ou le formulaire 2 si moins de trois mois…. Devant une telle complexité, le pôle éloignement de la préfecture du 93 a préféré inventer le bortsch d’OQTF tsigane : on met un peu de tout, on mixte, et on sert la même soupe à tout le monde, c’est égalitaire et pas compliqué.

Ce qui donne cela :

OQTF du 6 décembre 2011 notifiée à La Courneuve


Malheureusement cela reste beaucoup trop compliqué pour les agents sur le terrain qui n’auront pas remarqué qu’il faut remplir tout les champs s’ils veulent avoir une chance que le Tribunal administratif sauve ce torchon. Cette OQTF pourra aisément être annulée car l’agent n’a ici complété ni le numéro d’étranger en haut à gauche, ni la date d’entretien, ni celle d’entrée en France.

Nous pouvons nous demander,  comment, Diable, l’adjoint au chef du bureau des mesures administratives a pu signer l’acte administratif, sans voir une telle erreur ?

Simplement  car il a signé un formulaire vide à remplir sur place. C’est totalement illégal mais comme on ne sait jamais qui on attrape avant d’aller à la chasse, c’est plus pratique… et qui le saura ?

 

Ils attendaient Saint-Nicolas…

Le 6 décembre,  à six heure et demi, dix camionnettes de policiers arrivent dans le bidonville de la rue Pascal à la Courneuve. Les chiens gardant l’entrée sont neutralisés à l’aide de grands lassos. La police rentre dans le bidonville et le boucle. Les familles sont amenées  les unes après les autres vers cinq camionnettes garées juste en face du terrain. Dans chaque camionnette, un policier demande la carte d’identité et remplit un formulaire présigné : une « OQTF« , acronyme d’obligation de quitter le territoire français.  Puis un « civil » propose de rentrer en Roumanie pour de l’argent, après avoir vérifié dans le « calculator« . Les personnes sont une à une relâchées mais interdites de rentrer chez elles, jusqu’à la fin de l’opération.

Lorsque j’arrive deux heures après le début de l’opération, la plupart des habitants attendent dehors que la police ait terminé de faire des allers-retours entre le terrain et les camionnettes. Dans l’étroite rue Pascal, la concentration de Roms, de policiers se mêlant dans un beau foutoir empêche la circulation de gros camions qui vont et viennent dans la zone industrielle. Le gardien des entrepôts faisant face au bidonville s’agite et tente dans l’indifférence de contenir tout ce monde.

Ce n’est pas la première fois la police distribue des « OQTF » sur ce terrain : ainsi le 17 aout 2010  la préfecture avait déjà procédé à une distribution d' »OQTF » ;  les personnes sont assez philosophes, ces papiers n’auront normalement pas beaucoup d’impacts sur leur vie quotidienne. Je discute avec une vieille dame qui trouve toutefois que « nous faire ça le jour de la saint Nicolas ! ils ne respectent rien » et sa voisine de m’expliquer  qu’elle devait ce matin-là mettre dans les souliers de ses enfants quelques cadeaux. Ce qui ressort globalement  c’est : nous expulser pourquoi pas, mais gâcher la saint Nicolas c’est dégueulasse. On ne rigole pas avec les fêtes religieuses chez les évangélistes.

Je reste jusqu’à la fin de l’opération vers 10 heures. En moins de quatre heures la police aura fait un examen approfondi et minutieux de la situation personnelle de plus de 200 personnes, soit si on compte cinq camionnettes d’examen environ dix minutes par personne. Dix minutes pour résumer une vie, dire ce que l’on fait sur ce terrain un petit matin de décembre, expliquer ses espérances, ses désillusions.

à suivre : le sevrage tabagique par les évangélistes de la rue Pascal du juriste de bidonvilles….

 

Logiques et Pratiques d’inclusion 2 : La scolarisation des enfants gitans à Perpignan

Cet atelier, sur les « Logiques et pratiques d’inclusion 2 », prolonge le précédent (organisé à Nantes, 07 janvier 2011) qui portait sur la scolarisation des enfants du voyage. Celui-ci porte sur la scolarisation des enfants gitans, sédentaires pour la plupart, et souvent sédentarisés de longue date. L’objectif, à terme  est de mettre en perspective ces populations qui ont autant de points communs que de différences.

Retrouvez ci après l’introduction à la journée et la synthèse des débats :

Introduction atelier Urba Rom Gitans 11-12 mai 2011

Synthese atelier Urba Rom Perpignan 11-12 mai 2011

 

 

 

 

la régulation sociale et politique : Nouveaux et anciens cadres de la mobilité et de l’installation des Roms, et politiques publiques. Pratiques Administratives face au phénomène dans la France et l’Espagne urbaine.

A l’initiative du Centre d’études et de recherches sur les migrations de l’Université autonome de Barcelone, cet atelier fut organisé au Mòdul A, Parc de Recerca de l’université le 21 juin 2011 prochain. La journée s’est inscrit dans la thématique « Politiques publiques et régulation sociale » ; elle fut l’occasion d’effectuer une comparaison entre les politiques publiques destinées aux migrants Roms dans les villes d’Europe occidentale. Il s’agit d’une première étape d’un travail collectif autour de la situation des migrants Roms en France et en Espagne.

Comment justifier la comparaison ? Ensemble avec l’Italie, la France et l’Espagne sont la principale destination de nombreux migrants en provenance de Roumanie, de Bulgarie et de l’ex-Yougoslavie (en particulier en Italie et en France). Souvent dans une situation précaire qui les rend très visibles dans l’espace public, ces migrants se livrent à différentes stratégies (migratoires, résidentielles, économiques) qui tiennent compte de l’écart entre les cadres juridiques et politiques à différents niveaux : local, régional et national. Suivant cette idée, la comparaison vise à identifier les modes d’interaction entre les pratiques des migrants et les politiques institutionnelles dans deux contextes qui semblent a priori différents voire opposés : l’Espagne, où les «nouveaux Européens» sont libres d’accéder au marché du travail, et la France où ils ont besoin d’un permis de travail parce que l’Etat français a décidé d’appliquer les mesures transitoires jusqu’à l’heure actuelle. Afin d’élargir le champ de comparaison, les réflexions sur d’autres groupes comme, par exemple, les Gitanos espagnols et / ou en français les « Gens du voyage », fourniront un contrepoint pertinent à la réflexion sur la situation des Roms migrants. Au-delà ou pour être plus précis à partir du cas des Roms, la proposition des ateliers « Politiques publiques et régulation sociale » est en effet de contribuer aux réflexions actuelles sur la production des inégalités, les politiques de régulation de la pauvreté et la gouvernance urbaine dans l’Europe d’aujourd’hui.

Résumé des échanges et drafts des communications

La « question rom » : un champ d’expérimentation pour les politiques sociales dans l’Europe mondialisée ?

A la Une du mois de janvier 2011, la Rédaction propose un article de Nicolas Guilhot publié en 2004 dans les Actes de la recherche en sciences sociales : « Une vocation philanthropique. George Soros, les sciences sociales et la régulation du marché mondial » (Le lecteur pourra également se reporter à un article en anglais : « Reforming the World: George Soros, Global Capitalism and the Philanthropic Management of the Social Sciences », in Critical Sociology, 2007).

N. Guilhot analyse les initiatives du milliardaire George Soros dans le domaine des sciences sociales. Il s’intéresse en particulier à la création de l’Université d’Europe centrale (CEU), dont George Soros est le fondateur et le bailleur de fonds. Selon l’auteur, la CEU a contribué à la formation et à la diffusion d’un nouveau discours savant en lieu et place de la critique sociale. Ce discours fait la part belle aux sciences appliquées, à l’approche pragmatique et à l’expertise, en même temps qu’il favorise, conformément à l’idéologie des « nouveaux philanthropes » tels que G. Soros, une « lecture institutionnaliste et politique du libéralisme économique ». Les initiatives du milliardaire d’origine hongroise sont ainsi loin d’être désintéressées. Selon N. Guilhot, elles ont servi à la diffusion et à la mise en œuvre des politiques néolibérales et, plus largement, à la reproduction du capital, légitimée par un discours humaniste promouvant la « société ouverte » (Popper).

Quel rapport avec les politiques en direction des groupes roms/tsiganes ? L’Open Society Institute de Soros est l’un des acteurs majeurs de la « question rom » depuis 1990. Avec les sciences appliquées, les Cultural Studies auxquelles se réfèrent de nombreux travaux et rapports sur les Roms/Tsiganes, servent de base au discours dominant (fondations philanthropiques, institutions internationales, ONG). Les Roms/Tsiganes y sont volontiers assimilés à une « minorité transnationale » qu’il s’agit de prendre en compte dans une conception cosmopolitique du droit européen, selon Henriette Asséo. En outre, les politiques en direction des Roms/Tsiganes participent à la concrétisation de l’approche technicienne et normative qui domine aujourd’hui. La recherche d’« indicateurs de performance », la promotion des best practices et le recours aux méthodes d’évaluation en sont de bonnes illustrations. Enfin, l’approche culturaliste et l’affirmation identitaire ont servi au rapprochement des institutions internationales avec les leaders des organisations romani, désormais dans l’orbite de l’Union européenne (Asséo).

Quelles sont les conséquences de ce métissage entre Cultural Studies et sciences appliquées sur les publics visés et sur les politiques publiques ? Si l’enquête reste à faire, on peut d’ores et déjà émettre quelques hypothèses. D’abord, la marginalisation accrue de groupes roms/tsiganes montre que l’affirmative action n’a pas eu les résultats escomptés. En outre, la généralisation d’un discours culturaliste et globalisant sur les Roms/Tsiganes a participé à la remise en cause des ancrages locaux historiques des groupes ainsi désignés. Les Roms/Tsiganes sont en effet de plus en plus souvent présentés comme une minorité transnationale sans attache, homogène et problématique, dans les discours des médias et des institutions nationales et internationales. Enfin, l’analyse de la formation des politiques publiques en matière d’ « inclusion des Roms » invite à se demander si de telles initiatives ne constituent pas de facto un terrain d’expérimentation privilégié des formes nouvelles ou actualisées de régulation sociale dans l’Europe globalisée.

La « question rom » à l’échelle locale : genèse, catégories et controverses

L’atelier du vendredi 11 février 2011 s’est déroulé entre 14h et 18h à Sciences Po Paris grace au partenariat établi avec le Programme « Villes et Territoires – CITIES ARE BACK IN ToWN ». Cet atelier a également été co-organisé par le Centre d’études européennes (CEE), l’UMR CITERES (Tours), l’UMR MIGRINTER (Poitiers) et le LAU (Ivry).

Bien sûr, la « question rom » n’existe pas a priori ; comme n’importe quel problème public, elle se construit dans des situations d’interactions, au travers des mobilisations, des débats et des controverses de la société et de ses institutions. Aujourd’hui, les pouvoirs publics, les ONG et les associations insistent volontiers sur la dimension européenne de la « question rom ». De fait, l’élargissement de l’UE à l’est, la construction en cours d’une politique européenne d’inclusion des roms, la mise en scène d’une minorité rom transeuropéenne dans la foulée des Cultural Studies, et les appels réitérés des collectivités locales et des Etats-Nations en direction de l’UE pour solutionner la « question rom » confèrent à cette dernière une dimension européenne certaine.

Pourtant, c’est bien à l’échelle locale que la présence de groupes dits roms ou tsiganes pose le plus souvent problème aux yeux de la société et des institutions. Les illustrations de ce phénomène ne manquent pas, que l’on songe aux violences physiques perpétrées sur des personnes ou des groupes roms/tsiganes ces dernières années, par exemple en Hongrie ou en Italie, ou encore aux mobilisations locales suscitées par la précarité des conditions de vie de migrants roms, le plus souvent des Roumains, qui se sont installés dans les marges des grandes villes d’Europe de l’Ouest.

L’objectif de cet atelier est, à partir de trois études de cas réalisées en banlieue parisienne, à Barcelone et à Prague, d’identifier des convergences ou, au contraire, des divergences dans les processus de formation de la « question rom », ainsi que sur ses effets sur les arènes politiques locales. Analyses et comparaisons pourront, en particulier, porter sur les éléments déclencheurs de la « question rom », sur l’évolution des controverses locales et sur le fonctionnement des arènes politiques liées à la « question rom ». Au bout du compte, la « question rom » apparaît comme un analyseur possible des processus de marginalisation et des modes de régulation sociale et politique en cours dans les sociétés locales européennes.

Déroulement de l’atelier

Organisateurs :Tommaso Vitale (CEE, Sciences Po, Paris), Olivier Legros (CITERES, Tours), introduction :

Intervenants :

  • Jean-Baptiste Duez (Programme RESPECT): Les populations « Roms/Tsiganes » dans le Nord de Paris: De la construction d’une catégorie à partir de la réalité d’un processus migratoire, jusqu’à son encadrement: des aspects contradictoires :
  • Oscar Catalan (Université Autonome de Barcelone) :Du discours politique sur les espaces publics urbains à la genèse des conflits de voisinage et leur européanisation: la construction de la question « Gitano Rumano » à Barcelone (2002-2010)
  • Hana Synkova (Institute of Ethnology, Charles University, Prague and Department of Social Sciences, University of Pardubice) : Le cadrage des politiques tchèques en direction des Roms : caractéristiques et enjeux des discours locaux et nationaux.

Discutants :

  • Tim Butler (King’s College, London)
  • Clément Rivière (OSC, Programme Ville et territoires, Sciences Po Paris)

Synthèse

Si les médias et les acteurs institutionnels affirment volontiers l’existence d’une « question rom » européenne, c’est, le plus souvent, à l’échelle locale que la présence de groupes dits roms ou tsiganes pose le plus souvent problème aux yeux de la société et des  institutions. Partant de ce constat, l’atelier visait, à partir de trois études de cas réalisées en banlieue parisienne, à Barcelone et à Prague, d’identifier des convergences ou, au contraire, des divergences dans les processus de formation de la « question rom » – laquelle n’existe pas a priori mais se construit progressivement, comme  n’importe quel problème public, au travers des discours et des controverses – , ainsi que sur ses effets sur les arènes politiques locales.  Analyses et comparaisons ont, en particulier, porté sur les éléments déclencheurs de la « question rom », sur l’évolution des controverses locales et sur le fonctionnement des arènes politiques liées à la « question rom ». Au bout du compte, la « question rom » apparaît comme un analyseur possible des processus de marginalisation et des modes de régulation sociale et politique en cours dans les sociétés locales européennes.

Le choix des études de cas se justifiait quant à lui par la diversité des contextes nationaux et urbains. La banlieue Nord de Paris se caractérise ainsi par le maintien de bidonvilles malgré la politique d’éviction qui prévaut ces derniers ; tandis que le régime en place a décidé de maintenir les mesures transitoires prévues par le traité d’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’UE, ce qui exclue de facto les Roms roumains du marché de l’emploi salarié à cause des procédures administratives (permis de travail). En Espagne, à l’inverse, les mesures transitoires ont été levées en 2008 (? ) et les migrants roumains et bulgares accèdent librement au marché de l’emploi salarié. En outre, il n’existe pas, à Barcelone en tout cas, de bidonville, les migrants roms recourant, dans la majorité des cas, à la location (Gamella). En Tchéquie, la situation est encore différente, puisque les Roms dont il est question sont des citoyens, au même titre que d’autres Tchèques. Malgré cela, il apparaît nettement qu’il existe « une question rom », laquelle est liée à l’anti-tsiganisme latent, comme on va le constater, mais pas seulement.

Les réflexions suivantes s’appuient à la fois sur les drafts des interventions transmis par les intervenants, sur les réactions des discutants (Tim Butler, King’s College, London, et Clément Rivière, OSC, Programme Ville et territoires, Sciences Po Paris), et sur les échanges avec l’assemblée. Elles visent notamment à amorcer le travail comparatif et à montrer l’intérêt de cette approche.

I. Les situations de départ

La confrontation des études de cas permet de repérer deux grands types de situations de départ. A Barcelone comme dans la banlieue de Paris, c’est la visibilité  des migrants roms en situation de départ qui constitue l’amorce de la « problématisation » (Fassin, 2010). A Paris, il s’agit principalement de l’habitat qui constitue, de fait, la cible des discours et des politiques locales (Legros, 2010), tandis qu’à Barcelone, il s’agit davantage des activités de rue : mendicité, lavage de pare-brises de voiture, etc.. Les auteurs de ces pratiques sont volontiers étiquetés comm délinquants ou déviants « culturels » dans l’opinion publique comme dans les discours politiques.

En Tchéquie, Hana Synkova rend compte d’une situation très différente. En effet, la réputation des Roms semble précéder la formation des problèmes publics. En d’autres termes, la réputation précède la problématisation. Ce premier constat invite à s’interroger sur le travail de catégorisation dans les régions d’accueil (Paris et Barcelone en l’occurrence). Oscar Catalan montre bien que les Roms roumains font l’objet de discours stéréotypés, mais ces derniers mettent l’accent sur des aspects précis : l’étranger pauvre, le migrant d’Europe centrale, et, pour faire vite, la mafia roumaine. Ces migrants roms font donc l’objet d’une catégorisation a priori par assimilation à d’autres figures du migrant. Puis, une fois sur place, ils font l’objet d’un travail de recatégorisation en fonction des activités de rue (étiquetage) et des discours médiatiques.

Toujours en Tchéquie, la « question rom » est récente selon Hana Synkova. Jusqu’à ces dernières années, on parlait peu des Roms. Les autorités recouraient notamment à des « stratégies discursives de dissimulation » (masking discursive strategies) qui permettaient d’agir en direction des groupes en question sans avoir à faire référence à leur appartenance ethnique. L’émergence de la « question rom » est ainsi liée à deux processus récents : d’un côté, la mise en avant d’un peuple rom par les organisations romani à partir des années 1970 ; et de l’autre, la construction d’une politique européenne en direction des Roms, dont la stratégie-cadre d’inclusion des Roms (2008) est le dernier avatar.

Suivant cette perspective, la « question rom » est, en Tchéquie, une aubaine du point de vue des associations roms, des ONG et des municipalités car elle permet d’accéder aux financements de l’UE ; alors qu’à Barcelone et dans la banlieue parisienne, la « question rom » est principalement un problème aux yeux des élus locaux.

II. Systèmes d’acteurs, arènes politiques locales

La comparaison a également permis d’amorcer la réflexion sur les systèmes d’acteurs et les arènes politiques suscitées par la présence de groupes dits roms/tsiganes.

En Espagne, Oscar Catalan évoque les municipalités et les services sociaux (sans oublier les riverains et les migrants roms bien sûr). En revanche, les associations semblent peu mobilisées. Qu’en est-il exactement ?

En France, les pouvoirs locaux sont bien sûr présents. Ce constat concerne aussi bien les débats que les actions publiques qui oscillent entre rejet et hébergement-intégration. Dans les cas exposés durant l’atelier, les mobilisations associatives jouent un rôle majeur. Composées d’acteurs variées (ONG humanitaires, collectifs citadins, fondations comme la FAP, associations politiques roms, etc), elles sont assimilables à de petites nébuleuses qui agissent sur le bidonville en même temps qu’elles jouent un rôle de contre-pouvoir dans l’arène politique locale et, plus largement, dans l’espace politico-médiatique.

En Tchéquie enfin, la « question rom » établie par l’UE a fortement structuré les arènes politiques locales. Afin de capter les financements européens  pour l’inclusion des Roms, les muncipalités et les associations doivent se conformer aux exigences bureaucratiques des institutions de l’UE. Elles adoptent ainsi un profil managerial qui se traduit, en ce qui concerne les associations, par un changement de personnel : les acteurs de terrain, souvent roms, sont désormais remplacés par des managers, le plus souvent non roms, qui disposent des compétences et des qualifications requises pour prétendre aux financements en question (« culture de projet », connaissance des codes et des procédures au sein des institutions européennes, etc.).

III. Référentiels

Un autre point de comparaison concerne les référentiels de l’action publique et des discours politiques.

A l’échelle locale, il s’agit généralement du racisme ordinaire, lequel sert de base aux discours des partis de droite (Tchéquie, Barcelone). En Espagne, on note une évolution du racisme ordinaire ces dernières années. Il est désormais axé sur les comportements (cf. activités de rue), plus ou au moins autant que sur l’origine ou la couleur d’après O. Catalan.

Les référentiels nationaux sont divers et variés : le discours sécuritaire, qui circule d’un pays à l’autre (la France sert de référent en Italie et en Espagne depuis cet été) ; le discours libertaire (qui doit prendre des tournures différentes en France et en Italie…) ; le discours humanitaire ; et le discours sur la justice sociale (et spatiale). Ces différents référentiels sont mixés par les différentes catégories d’acteur, notamment par les municipalités françaises qui peuvent emprunter aux différents discours pour justifier, dans le même mouvement, les évacuations de camps ou bidonvilles et les projets d’hébergement/intégration.

Les catégories fixées par l’Union européenne qui associent, un peu comme la catégorie austro-hongroise du « tsigane » au 19ème siècle (atelier Urba-Rom, septembre 2010), appartenance ethnique et conditions de vie (précarité) font, enfin, partie, des référentiels de l’action publique locale. Dans ce cas encore, on ne peut donc que souligner la circulation des ressources langagières et des principes de l’action publique, lesquelles participent incontestablement à la structuration des arènes politiques locales, comme l’a bien montré H. Synkova, à propos de la Tchéquie.

IV. La détermination des politiques locales

De toute évidence, la dynamique de problématisation/catégorisation détermine l’action publique. La comparaison permet d’identifier deux directions  principales.

  1. Le contrôle territorial et la préservation de l’ordre urbain. Cela se traduit par des actions diverses et variées : le « nettoyage de la vitrine touristique » (police municipale), qui consiste à évacuer les activités de rue des secteurs jugés stratégiques (Barcelone, 20ème arrondissement et ses biffins, à Paris) ; la destruction des bidonvilles et la construction de dispositifs dédiés, généralement à l’écart et peu visibles, dans une logique de « cosmétique urbaine », selon la jolie formule de Françoise Navez-Bouchanine ; le « padron » ou l’inscription sur les registres municipaux, ce qui permet aux élus espagnols d’éloigner les populations indésirables en les empêchant d’accéder aux services locaux.
  2. La politique d’inclusion. Elle se réfère généralement au discours humanitaire et prend, tout particulièrement en Tchéquie », une tournure bureaucratique conformément au « new public management », inspiré de la gestion privée et qui prévaut désormais.

V. Effets sociaux ?

En dernier lieu, ce sont les effets sociaux qui ont été abordés durant les échanges. Il apparaît ainsi que les groupes cibles des discours et des politiques ont peu de choix : ils doivent s’adapter au contexte. Une observation plus fine des pratiques des groupes cibles révélerait peut-être l’existence de formes, peut-être discrètes, d’engagement politique ou au minimum, d’interpellation des pouvoirs publics. Enfin, il apparaît nettement que les processus de catégorisation/problématisation dont il a été question durant l’atelier participent plus largement à la dynamique jamais achevée de différenciation/homogénéisation qui –faut-il le rappeler ?- est au cœur de la régulation sociale et politique.

La scolarisation des élèves du voyage dans le droit commun

La journée 1 des ateliers consacrés aux « Logiques et pratiques d’inclusion » a été organisée par Régis Guyon (Casnav de Reims, rédacteur aux Cahiers pédagogiques et président du Clive) et Vincent Ritz (formateur au Centre Interculturel de Documentation, Nantes) au CID de Nantes, le 8 janvier 2011. La synthèse des travaux a été assurée collectivement, par tous les participants, sous la responsabilité des organisateurs et ne saurait engager la responsabilité des institutions qu’ils représentent.

Les objectifs de l’atelier

Il s’agit essentiellement de donner plus de visibilité aux actions réalisées dans le cadre du droit commun, et de questionner les processus d’inclusion dans ce cadre-là. Alors que la recherche et la production institutionnelle ont longtemps insisté sur la supposée spécificité du public et donc la spécificité des moyens à mettre en œuvre pour donner accès à la scolarité des enfants du voyage, il nous paraît déterminant aujourd’hui de déplacer la focale et d’observer ce qui se passe aussi dans l’école, avec les élèves du voyage.

Aussi avons-nous convié  pour cette journée des enseignants et des chercheurs qui travaillent dans le droit commun, afin de leur donner la parole, de favoriser les échanges, d’analyser les pratiques. Tout cela dans un triple objectif : identification des processus de réussite, analyse des conditions de la réussite et réfléchir à la transposabilité éventuelle des expériences observées.

Au-delà de cette journée de travail, nous souhaitons favoriser la réflexion collective (ce compte-rendu en témoigne d’une certaine façon) en constituant un groupe de travail et de réflexion sur la scolarisation, sous tous ses aspects. Les pages qui suivent ne sont pas à lire comme une synthèse aboutie, mais comme des éléments et des propositions d’une réflexion en marche, une esquisse des chantiers à mener. Voici quelques points abordés au cours de la journée :

  • Les attentes des différents protagonistes de la scolarisation : parents, enfants, acteurs sociaux, institutions
  • Le (bon) accueil dans l’école
  • La scolarisation des enfants du voyage sédentaires et des non-sédentaires : similitude ou distinction ?
  • Des conditions de réussite scolaire communes à tous les enfants ?
  • L’école et la scolarité discontinue
  • De quelles difficultés parlons-nous ?
  • Aides spécialisées et formation des enseignants
  • Des méthodes pédagogiques spécifiques ou génériques ?

Atelier 1

Les attentes des différents protagonistes de la scolarisation : parents, enfants, acteurs sociaux, institutions

Le groupe était composé de Delphine Bruggeman (Maître de Conférences, Université Lille 3), Alexandra Clavé-Mercier (Doctorante, Université Bordeaux 2), Andrée Chastel (Professeure des écoles, secrétaire du Clive, Orléans), Eliane Kervern (Casnav de Nantes), Errel Latimier (Nantes) et Vincent Ritz (Formateur au CID de Nantes). Compte-rendu rédigé par Delphine Bruggeman

Les attentes des différents protagonistes de la scolarisation

De ce premier point nous pouvons dégager deux axes de réflexion interdépendants :

  1. une réflexion sur la définition de ce que sont des « attentes »
  2. une réflexion sur la différenciation des attentes selon des acteurs qui entretiennent un rapport particulier à la scolarisation : les familles, leurs enfants, les institutions scolaire et socioéducatives, les acteurs éducatifs et sociaux.

Concernant le terme « attentes », nous relevons deux sens sous-jacents. Le premier renvoie aux souhaits que des personnes peuvent avoir et émettre, et en l’occurrence, des souhaits en matière de scolarisation qui peuvent se décliner sous plusieurs aspects : projet de scolarisation ; conditions d’inscription à l’école ; choix de l’école ; conditions de scolarisation ; objectifs de la scolarisation ; etc.

Au-delà  de ces souhaits, il nous semble que l’idée d’attente suppose qu’elle puisse s’exprimer vis-à-vis d’un autre individu, ou d’un groupe d’individus, ou encore d’une institution.  Etudier les attentes des différents acteurs de la scolarisation nous engage donc dans un premier temps à définir quelles sont ces attentes, sur un mode individuel (les souhaits) d’une part, et dans des relations d’interactions (les attentes vis-à-vis de) d’autre part. Dans un second temps, il nous faut décrire précisément ces interactions pour analyser la variation des attentes en matière de scolarisation selon les rôles que les uns et les autres jouent dans ce schéma complexe du processus de scolarisation. Les discussions durant l’atelier révèlent d’emblée qu’il sera difficile de rendre compte de manière uniformisée de la description des attentes des différents acteurs de la scolarisation. Les descriptions et analyses sont contextualisées, voire hyper contextualisées et la montée en généralisation s’avère risquée voire impossible. Nous ne ferons ici qu’esquisser quelques observations et remarques en rapport avec ces différents contextes.

Par exemple, lorsqu’on s’intéresse aux familles, les attentes s’exposent sous l’angle de leurs multiples variations qui peuvent être fonction de facteurs géographiques, historiques, sociaux, culturels… L’école n’est pas toujours considérée comme une priorité dans la vie des familles mais lorsqu’elle l’est, elle peut engendrer la mise en place de stratégies pour y avoir accès. La scolarisation2 de leurs enfants peut être un projet à plus ou moins long terme (allant des apprentissages de base à l’obtention d’un diplôme), et les attentes peuvent parfois différer selon si le projet est envisagé et concrétisé pour les garçons ou pour les filles. L’objectif visé n’est pas nécessairement en lien avec l’idée d’une « réussite scolaire » car réussir sa vie ne suppose pas nécessairement de réussir à l’école. Des bénéfices sont visés par les parents, pour leurs enfants en premier lieu, mais également pour la communauté qui peut voir en eux des relais lui permettant une certaine indépendance.

Nous précisons qu’il convient de distinguer les attentes des parents des attentes des enfants et des jeunes. Si elles peuvent se rejoindre notamment durant la période de l’enfance, elles peuvent cependant différer par la suite selon les projets des jeunes au sein ou en dehors de leur communauté. Les discussions ont révélé la prégnance de certains stéréotypes à cet égard, faisant primer la communauté sur l’individu et prédominer des sentiments d’appartenance communautaire sur des sentiments plus individualistes, qui existent pourtant.

Du côté des institutions socioéducatives nous opérons deux distinctions : l’institution scolaire et les autres institutions socioéducatives d’une part ; les institutions et leurs acteurs d’autre part. Il nous semble en effet que l’institution scolaire pèse de tout son poids dans l’organisation du processus de scolarisation des enfants du voyage, en imposant un cadre règlementaire qui s’inscrit dans une politique éducative et scolaire en cohérence avec la politique sociale du gouvernement. Les autres institutions socioéducatives peuvent s’avérer être d’importants partenaires ou relais de l’Ecole pour l’aider dans ses missions vis-à-vis des enfants du voyage même si leurs démarches sont différentes. Des analyses plus fines révèlent aussi l’ambigüité de leurs relations, notamment lorsque les différents acteurs sont tenus de travailler ensemble dans le cadre de projets de scolarisation. Les territoires d’intervention des uns et des autres ont parfois des frontières mouvantes et les actions peuvent se trouver fragilisées par des problèmes de logiques institutionnelles qui se superposent plus qu’elles ne s’articulent entre elles. C’est aussi une des raisons pour lesquelles nous distinguons les acteurs socioéducatifs des institutions dont ils relèvent. Les choix qu’ils opèrent en situation peuvent relever de logiques individuelles ou collectives, et pas toujours de logiques institutionnelles, car ils se trouvent souvent confrontés à des questions de sens de l’action, en lien avec les situations dans lesquelles ils travaillent en quotidien.

De fait, ces questions se sont également posées au groupe, sans que des réponses n’aient été toujours apportées. Parmi ces questions, l’une d’elle mérite notre attention : la question de l’adaptation des réponses sociales et éducatives aux demandes des parents. Quelles formes prennent ces adaptations ? Sont-elles toujours justifiées ? Jusqu’à quel point faut-il répondre à la culture de l’autre ? En quoi les spécificités culturelles des « Gens du voyage » doivent-elles influencer le processus de scolarisation ? Nécessitent-elles des prises en compte et en charge spécifiques ? Jusqu’où les acteurs socioéducatifs sont-ils prêts à concéder ces adaptations pour répondre aux attentes des familles ? Sur ce point et pour répondre en partie au questionnement, les échanges se sont poursuivis sur le thème des « problèmes » posés par la scolarisation des « enfants du voyage ». Avant d’envisager, voire de systématiser l’adaptation des dispositifs scolaires à leur culture, il semble nécessaire de prendre en compte les capacités d’adaptation des familles et de leurs enfants.

Cet exemple est révélateur des écarts qui sont susceptibles d’exister entre les attentes des uns et celles des autres. Un préalable serait de prendre en considération la diversité des situations auxquelles familles et professionnels sont confrontés, et de reconnaître également la diversité des représentations liées à l’école. Par exemple, aller à l’école signifie-t-il uniquement aller à l’école dite ordinaire ? La réussite ne peut-elle être considérée comme « mobile » en fonction du cheminement propre à l’enfant ? Cela pose la question de la temporalité du parcours scolaire de chaque enfant. Aller à l’école ne va pas de soi et prend du temps, en tant que projet et en tant que réalité de la vie quotidienne. La diversité des parcours scolaires chez les enfants du voyage révèle une diversité des rapports à l’école, à la scolarisation et à la scolarité. Pour autant il ne s’agit pas d’ethniciser le rapport à l’école des « Gens du voyage », mais de reconnaître que les spécificités de leur situation nous révèlent une complexité réelle du système scolaire qui concerne tous les enfants, et un peu plus ceux qui sont considérés comme étant éloignés des normes culturelles et scolaires.

Enfin, concernant ces représentations, on se rend compte que les discours des familles sur l’école évoluent, même s’il est parfois nécessaire d’attendre plusieurs générations pour que les démarches de scolarisation soient entreprises par les familles sans intervention des acteurs sociaux. Signe qu’au-delà des discours et des attentes, les pratiques évoluent également.

Le (bon) accueil dans l’école

Suite aux réflexions précédentes, nous pouvons considérer l’accueil à l’école comme un aspect de la scolarisation qui va générer différentes attentes selon l’enseignant/l’équipe enseignante, les parents et l’enfant scolarisé. Qu’est-ce qu’un « bon » accueil pour chacun d’entre eux ? Au-delà du consensus sur la nécessité et l’importance d’un bon accueil au sein de l’école et de la classe – ces deux espaces méritant d’être distingués – il nous semble indispensable de définir cet accueil. Sans entrer dans le détail de cette définition et sans en lister les caractéristiques indispensables, nous souhaitons néanmoins développer quelques réflexions autour d’une idée centrale : l’accueil fait partie des missions de l’Ecole mais il met en jeu des personnes ainsi que des personnalités qui vont lui donner un sens, voire déterminer le parcours scolaire d’un enfant du voyage.

Il n’est pas rare en effet d’entendre dire que des familles sont prêtes à effectuer une distance plus longue pour emmener leurs enfants dans des écoles où ils sont bien accueillis. Il n’est pas rare non plus d’entendre dire que des enfants ont cessé d’aller à l’école parce qu’ils n’y étaient pas bien accueillis. L’accueil, c’est tout d’abord une rencontre entre des enseignants, des parents et leurs enfants. Une rencontre qui a lieu à partir du moment où toutes les parties se sont mises d’accord autour du projet de scolarisation d’un ou plusieurs enfant(s). Elle est donc à la fois le résultat d’un long processus préalable (celui de la décision d’inscrire l’enfant à l’école) et le point de départ d’un nouveau processus : celui de la scolarisation effective de l’enfant à l’école, c’est-à-dire la présence/fréquentation scolaire.

L’enjeu de cette rencontre est donc majeur mais le processus d’accueil qui va se mettre en place l’est tout autant. Par là nous soulignons le fait que l’accueil est à la fois un temps court et limité dans le temps : c’est le cas du premier jour d’école de l’enfant par exemple ; mais il est aussi un temps long et complexe qui se poursuit au-delà, d’où l’idée de le voir comme un processus qui inscrit enseignants et enfants – élèves dans un cadre incertain qui nécessite une vigilance des différents acteurs du projet si l’on souhaite le voir perdurer et se renforcer.

Le bon accueil donne un sens positif à la scolarité de l’enfant, peut avoir une influence directe sur sa présence à l’école et participer de la construction de son histoire scolaire. Toutefois un bon accueil ne se suffit pas à lui-même. C’est un facilitateur, un préalable, une condition parmi d’autres qui ont à voir avec l’institution d’une part et la participation de la famille d’autre part. Dans tous les cas, il nous semble que cet accueil doit être anticipé et organisé au sein de l’école, et pas seulement au sein de la classe. Il se cultive au quotidien et en équipe : enseignants, surveillants, personnels de cantine, etc. Il doit donc être intégré au projet de l’établissement. Il ne s’agit pas pour autant de stigmatiser l’enfant tsigane qui arrive à l’école en mettant l’accent sur les spécificités de sa culture de manière excessive. Sa présence ne fait d’ailleurs que révéler la réalité pluriculturelle (ou la diversité culturelle) de l’école et de la classe.

Enfin, nous pensons que la question de l’accueil des enfants du voyage à l’école est étroitement liée à celle de l’accueil, en règle générale, des « Gens du voyage » en France. Elle n’est qu’un aspect supplémentaire et spécifique d’une question politique et sociale et ne peut donc être pensée en dehors d’une réflexion plus globale concernant la place des « Gens du voyage » dans notre société.

Atelier 2

Le groupe était composé  de Jean-Marc Large (Casnav de Vendée), Oliver Legros (Maître de conférences, Université de Tours, Urba Rom), Ludovic Lepeltier (Master 2, Université de Tours, Urba Rom), Christine Faverger (Doctorante, EHESS), Michaël Guerrin (Adelis, Nantes), Marie Chartier (Doctorante, Université de Perpignan). Compte rendu rédigé par Marie Chartier.

La scolarisation des gens du voyage sédentaires et des non-sédentaires : similitude ou distinction ?

Le questionnement initial portait sur deux points : les liens entre l’habitat (mobile ou pas) et la scolarisation. À partir de ces deux thèmes, notre réflexion s’est construite en trois temps, que nous pouvons décliner comme : déconstruction des questions de départ, reconstruction, les enjeux.

Un premier tour de table sur le positionnement de chacun au sujet de ces thèmes a fait émerger la problématique du rapport au territoire des populations dites du voyage, qui dépasse l’opposition sédentaire/ non sédentaire. Tout d’abord, nous nous sommes questionnés sur la cohérence des termes choisis : plusieurs témoignages ont fait émerger un rapport au territoire qui se situe moins en lien avec des lieux, qu’avec leurs habitants, ce que l’on pourrait qualifier d’espace social. Pour illustrer ce propos, nous avons d’ailleurs repris la terminologie utilisée par certains voyageurs : on ne va pas « à Paris », mais on va « vers la Brenda » (nom donné à une connaissance habitant Paris). Ainsi, l’idée centrale de la constitution d’un ancrage territorial des populations du voyage se fait autour d’une appartenance communautaire et/ou d’une inscription socio-historique fondée sur la qualité des interactions avec les gadjé (inclusion des populations de voyageurs dans le tissu local). D’où le choix d’utiliser les termes de fixation, d’ancrage, d’habiter3 et de réseau.

Puis, nous avons abordé  la question du lien entre habitat et scolarisation en réfléchissant aussi bien en termes de réussite que de difficulté scolaire. À partir de ce postulat, il est apparu que la mobilité ou non mobilité des élèves du voyage n’engageait pas forcément des situations d’échec pour les uns et de réussite pour les autres. Les situations s’avèrent plus complexes que cela et il nous a semblé important de prendre en compte le rôle de l’institution scolaire dans la définition des catégories de publics scolaires et donc de l’accueil qui leur est réservé. Ainsi, nous en sommes arrivés à une double conclusion :

  • le rapport à un territoire ne peut pas être traité sous l’angle de la sédentarité, mais plutôt sous celui de l’habiter4,
  • les processus de scolarisation des enfants du voyage et leur réussite scolaire5 ne dépendent pas uniquement de leur ancrage territorial et donc de leur mode de vie, mais aussi de ce que l’école fait de ces élèves.

Une fois la déconstruction des questions de départ effectuée, nous avons cherché à savoir quels étaient les paramètres concernant aussi bien les enfants du voyage que les équipes pédagogiques, ayant un impact sur la scolarité. Nous avons alors admis que la relation scolaire entre les deux types d’acteurs en question se construit en « jeu de miroir »6 et que tous les points mentionnés peuvent être déclinés du point de vue des premiers et des seconds. Dans ce dessein, nous avons repris les deux idées qui nous semblaient centrales (les conditions de réussite des enfants du voyage ne dépendent pas uniquement de l’habiter : elles sont communes à tous les enfants, même si la mobilité amène des difficultés/besoins particuliers) et les avons analysées aussi bien du côté des familles du voyage que des équipes éducatives.

Des conditions de réussite scolaire communes à  tous les enfants ?

Comme nous venons de le mentionner, nous répondrons à cette question selon deux angles de vue : celui des élèves et des familles du voyage et celui des équipes enseignantes.

Nous avons évoqué  des arguments qui peuvent être qualifiés de généraux ou d’ordinaires, dans le sens où ils ne concernent pas les enfants du voyage de manière spécifique, mais sont communs à tous les élèves. Le premier point à prendre à considération fait référence aux compétences individuelles de chacun : les enfants du voyage ont les mêmes compétences d’apprenant que les autres élèves, avec des facilités et des difficultés. Nous retrouvons donc des élèves du voyage qui, à l’école primaire, peuvent aussi bien être premiers de la classe, qu’en grande difficulté.

Puis nous avons cité  les stratégies familiales vis-à-vis de l’école, en partie définies par l’expérience scolaire des membres de la famille. Le rapport à l’école d’une famille à une autre peut être très différent et les objectifs pressentis à la scolarité des enfants aussi (savoirs fondamentaux, apprentissages professionnels, réussite scolaire, etc.). La diversité des situations ne permet pas de faire de corrélation directe entre mode d’habiter et rapport à l’école, ni entre culture du voyage et rapport à l’école. Il existe pourtant bien une problématique du rapport des Voyageurs à l’école, mais elle mérite d’être étudiée dans toute sa complexité.

Du côté de l’école, deux paramètres ont été soulevés comme conditionnant la réussite scolaire des enfants du voyage, tout en reconnaissant là aussi le caractère général de ces propos. Premièrement, la capacité de l’école et donc des équipes éducatives à accueillir des enfants à scolarité particulière a émergé. L’hétérogénéité des publics scolaires constitue une problématique reconnue de l’école républicaine française, même si sur le terrain les établissements scolaires la prennent en compte de manière inégale. En effet, les caractéristiques des écoles en termes d’homogénéité ou d’hétérogénéité des publics scolaires, ont une influence sur leur capacité à accueillir et à « gérer » les différences.

Deuxièmement, les logiques institutionnelles déterminent d’une certaine manière le cadre de la relation scolaire. Les objectifs officiels comme les programmes sont fixés en amont, ce qui ne facilite pas l’adaptation aux situations individuelles (arrivée en cours d’année par exemple). De plus, des publics sont officiellement reconnus par l’institution comme ayant des « besoins éducatifs particuliers »10 et font l’objet de mesures à l’échelle nationale, d’autres le sont à une échelle locale. En outre, les logiques de réduction budgétaire qui prévalent aujourd’hui s’accompagnent d’une révision à la baisse de l’offre scolaire. Enfin, on peut s’interroger sur les buts ultimes de l’institution en matière de scolarisation des enfants du voyage (et peut-être des enfants issus d’autres groupes) : s’agit-il de favoriser la scolarisation et au-delà, l’insertion des enfants en question ? De réguler tant bien que mal les conflits et les tensions sociales ?

Nous voyons qu’à partir de ces deux points de vue, sont mis en avant deux types  d’arguments :

  1. les premiers sont directement en lien avec les interactions entre acteurs impliqués dans la scolarité des enfants du voyage ;
  2. les seconds présentent un caractère structurel ou normatif (politique éducatives, construction socio historique de rapports à l’école).

L’école et la scolarité discontinue

Bien que l’opposition sédentaire/non-sédentaire ne soit pas un axe d’analyse pertinent pour comprendre les scolarités des Voyageurs, la mobilité et le passage d’un établissement à un autre supposent une préparation du système pour l’accueil, le départ, le suivi. C’est là une spécificité qui vient contrarier une forme scolaire organisée pour une fréquentation continue.

Les élèves du voyage qui fréquentent plusieurs écoles au cours d’une année scolaire effectuent des apprentissages en dehors d’une progression construite. La cohérence des enseignements et leur sens, admis par les sociologues de l’éducation comme ayant une influence sur les apprentissages des élèves, sont complexes à mettre en œuvre dans le cadre d’une scolarité partagée entre plusieurs établissements. Cela a pour conséquence de mettre en difficulté les enfants du voyage et donc de ralentir leur rythme d’apprentissage.

Du côté des enseignants, les enfants qui voyagent peuvent aussi être qualifiés d’ « hors programme » et ce pour deux raisons : la première concerne leur arrivée dans la classe, qui peut avoir lieu à n’importe quel moment de l’année scolaire et donc à n’importe quel moment de leur programmation. La seconde concerne le décalage qu’il peut y avoir entre le niveau scolaire des enfants qui voyage et celui de leur classe d’âge11, qui de fait induit pour l’enseignant une personnalisation de la prise en charge de ces élèves. De plus, le partage de la scolarité entre plusieurs écoles nécessite la mise en place d’un suivi administratif et pédagogique pour créer de la continuité dans la discontinuité, ce qui semble aussi difficile à réaliser.

La diversité  des situations évoquées et la notion de construction de la relation scolaire ont fait émerger des enjeux centraux dans cette relation, qui se situent autour des notions d’accueil et de reconnaissance.

Dans un premier temps, nous avons souligné l’importance de l’accueil fait par le directeur de l’école aux enfants du voyage et leur famille au moment de l’inscription, mais aussi celui de l’enseignant à l’égard de l’élève du voyage à son arrivée dans la classe. Cet accueil constitue un premier aperçu des possibles de la relation entre les deux types d’acteurs concernés12. Là encore, il ne s’agit pas forcément de faire un accueil spécifique aux familles et aux élèves du voyage, mais uniquement de leur réserver un accueil véritable13 et ce, quelle que soit la période de fréquentation de l’école.

Dans un second temps, la reconnaissance des enfants du voyage en tant qu’apprenant au sein de la classe s’est avérée cruciale. En effet, les enfants du voyage ne viennent pas sur les bancs de l’école pour faire des dessins au fond de la classe, mais pour acquérir des savoirs et des compétences. De plus, un besoin de reconnaissance est aussi le fait des enseignants dans le sens où le travail fourni à l’égard des voyageurs doit faire l’objet d’une officialisation (par exemple par la comptabilisation des enfants qui voyage dans les effectifs des classes et de l’école).

Nous sommes arrivés au constat suivant : les deux points mentionnés ci-dessus sont intégrés par les familles qui voyagent dans la construction (ou non) de leur ancrage local. « Les écoles qui apprennent » et « les maîtresses gentilles » sont connues et font l’objet de stratégies familiales.

Au-delà de ces résultats, nous tenons à noter l’intérêt qu’il y a à mener des recherches sur ces questions, et à une meilleure connaissance des pratiques et résultats de l’instruction par correspondance (Cned).

Atelier 3

Le groupe était composé de Claire Cossée (Maître de conférences, CRESPPA-GTM (Centre de recherche sociologique et politique de Paris-équipe Genre Travail Mobilités) ), Régis Guyon (professeur d’histoire–géographie, Casnav de Reims), Kinda Mubaideen (professeure de Lettres, Strasbourg), Marie-Claire Simonin (professeure des écoles, Besançon) et Vincent Pichon (professeur des écoles, enseignant ressource auprès des enfants du voyage pour la Loire Atlantique). Compte rendu rédigé par Régis Guyon.

De quelles difficultés parlons-nous ?

Nous avons tout d’abord porté notre regard sur l’analphabétisme chez les enfants du voyage, phénomène qui peut perdurer jusqu’au second degré et faire d ‘eux des collégiens non lecteurs et non scripteurs. Pourquoi ne savent-ils toujours pas lire alors qu’ils ont été à l’école ? Il se pourrait que cette rémanence soit due à leur absentéisme et/ou au fractionnement des enseignements, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture demandant une grande régularité. En outre, le fait de mettre du lien et du sens entre leurs connaissances scolaires éparses permet aux élèves de faire des progrès significatifs, comme si jusque là ils ne pouvaient pas utiliser ces connaissances, ne sachant pas comment ni pour quoi les utiliser.

Il arrive aussi que les parents voyageurs transmettent des représentations négatives sur les enseignants à leurs enfants, voir même des clichés. L’expérience des parents ou de leurs proches peut expliquer cela, notamment parce que eux-mêmes ont vécu des « injustices ». Par exemple parfois, au lieu d’apprendre à lire et écrire comme les Gadjés, les enfants du voyage seraient relégués au fond de la clase pour dessiner et colorier14. De même, le fait que certains enfants voyageurs ne sachent pas lire et écrire au bout d’une ou deux semaines de cours discontinus, confirme à leurs yeux l’inefficacité de l’école.

La question de la transmission des représentations liées à l’école et aux enseignants n’est en rien spécifique aux Voyageurs, mais elle peut avoir des conséquences plus lourdes, dans la mesure où dans bien des Académies, l’absentéisme des enfants du voyage est plus toléré que celui des autres enfants. En effet, la durée minimum de scolarisation pour avoir un certificat de scolarité et ne pas être « hors-la-loi » peut se limiter à trois semaines pour toute l’année scolaire. Ceci permet à certains parents de ne plus envoyer leurs enfants à l’école, sous prétexte qu’elle n’est pas performante. Ici, le traitement spécifique par les institutions de l’absentéisme de ces enfants peut avoir des conséquences sur leur progrès scolaires15.

Certaines familles n’attendent rien de l’école, tandis que d’autres en attendent beaucoup. Mais on peut facilement faire le constat que dès qu’il y a réussite, les élèves et les parents ont des attentes. Pour tous les élèves, on peut garder à l’esprit l’image de l’iceberg : l’enseignant voit des difficultés, des situations, sans toujours savoir qu’en dessous, se trouve toute une partie invisible : des familles de forains, riches par exemple, n’ont pas besoin de l’école, contrairement à ceux qui sont dans la détresse totale, sans oublier qu’il y a aussi des élèves du voyage tout à fait ordinaires, dans des classes ordinaires, et qui sont peut-être très nombreux.

On constate d’ailleurs que l’attitude des parents vis-à-vis de l’école a beaucoup changé depuis 15 ans. Il y a beaucoup plus de scolarisation, mais cela demanderait à être affiné et surtout à pondérer avec une lecture sociale des formes de scolarisation et de parcours scolaires. On tend vers le droit commun, mais ces parcours s’inscrivent-ils seulement dans ce droit commun ? Le signe de normalisation est-il celui d’une normalité ? Est-ce une forme de renoncement ou d’acculturation comme on le dit souvent ?

Cela pose enfin l’importance d’un réel accueil, qui soit favorable aux élèves voyageurs et à  leur famille. Mais en fait, cette constatation n’est-elle pas tout aussi vraie pour tous les élèves dans leur ensemble ? Le cas des élèves voyageurs ne fait que soulever une question réelle, celle du lien école – famille, celle de la place des parents et de leur rôle dans l’école. On a relevé finalement une peur réciproque que les Voyageurs et l’école entretiennent les uns vis-à-vis des autres ; il nous semble important de la prendre en compte afin de mettre en place des outils pour lutter contre.

Aides spécialisées et formation des enseignants

Les enfants du voyage auraient-ils besoin d’une aide spécialisée ? Un point à ce stade mérite d’être explicité. Comme dans CAPA-SH il y a le H de handicap, on a souvent tendance à penser que l’aide spécialisée proposée à un Voyageur le confine dans un statut de « handicapé ».

Les enseignants spécialisés du premier degré sont titulaires du CAPA-SH (Certificat d’Aptitude Professionnelle pour les Aides spécialisées, les enseignements adaptés et la Scolarisation des élèves en situation de Handicap). Ils voient leurs missions définies par la circulaire 2002-113 du 30 avril 200216. Or il y a deux types de spécialisation : la circulaire 2002-113 distingue très clairement deux domaines différents, dès le titre (« Les dispositifs de l’adaptation et de l’intégration scolaire ») et dans son plan qui comprend deux parties : celle qui concerne le Réseau d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté, ou RASED (adaptation) et celle qui concerne la scolarisation des élèves en situation de handicap (intégration). Et le trait d’union (tout trait d’union qu’il soit) a son importance car il marque une séparation entre le A d’ « adaptés » et le H de « handicap ».

Le CAPA-SH comprend un grand nombre d’options (A, B, etc.) dont trois spécialisations qui composent un RASED, et qui relèvent clairement de l’adaptation et non de l’intégration :

  • l’aide à dominante pédagogique (option E),
  • l’aide à dominante rééducative (option G),
  • et le suivi psychologique (celle du psychologue scolaire, dont le diplôme n’est d’ailleurs pas un CAPA-SH).

Il n’est pas rare que les postes voués aux enfants du voyage soient occupés par les maîtres spécialisés de l’option E et que cette spécialisation soit requise par le profil du poste. Les enfants du voyage ne sont pas considérés en situation de handicap, mais bien en difficulté scolaire. Or il se trouve que la formation de maître E confère une compétence particulière en matière d’observation d’un élève ou d’un groupe d’élèves, en matière d’analyse d’une difficulté d’apprentissage ou de fonctionnement intellectuel, et qu’elle offre par ailleurs une méthodologie d’intervention auprès des collègues qui permet au maître E d’être une personne ressource. Autant de compétences extrêmement utiles quand on intervient dans une école auprès des enfants du voyage.

Tout cela pose clairement la question de la formation des enseignants dont le poste est dédié aux enfants du voyage : doit-on développer des compétences générales/génériques sur la difficulté scolaire ou bien faut-il proposer une spécificité supplémentaire, une sous-spécialisation « enfants du voyage » ? De la même manière, aux enseignants accueillant des enfants du voyage dans leur classe, doit-on apporter des éléments sur la « gestion de l’hétérogénéité » ou « de la diversité à l’école », ou bien proposer un accompagnement spécifique en ciblant les élèves concernés ? Qui est le plus « en difficulté », l’élève, en « difficulté » scolaire », ou l’enseignant, « en difficulté » face à l’hétérogénéité de ses élèves ?

Il semble indéniable qu’une connaissance de ce public se développe, dans sa banalité et avec ses spécificités pour qu’il y ait chez les acteurs sociaux une vigilance à son égard. Mais par-dessus tout, il importe de connaître la singularité de chaque individu, au-delà de ce qu’il dit être, de ce qu’on pense qu’il est, ou n’est pas. Car la tentation est toujours grande de culturaliser une difficulté. A force de dire et de répéter que les « Tsiganes » ont une culture orale, ne les enferme-t-on pas dans une culture qu’ils ne revendiquent pas, qu’ils ne connaissent pas comme telle ? Surtout s’il s’agit de souligner ou d’expliquer les incompatibilités entre la culture (écrite) scolaire et la culture (orale) tsigane. Il y a sans doute un équilibre à trouver, très fragile et très subtile, entre la posture culturaliste, qui défend le relativisme culturel, et l’universalisme, qui défend l’égalité de traitement et de méthodes. Car si certains affirment en permanence que ce sont « des gens comme les autres », tout accompagnement spécifique sera du coup impossible et caduque. Si un équilibre est à trouver, il est à chercher du côté de la prise en compte de spécificités, sans que pour autant tout le devienne.

La prise en charge spécifique par un enseignant-ressource peut aussi permettre de désamorcer des craintes chez l’équipe pédagogique – fondées ou pas ? –, comme celle de ne pas savoir quoi faire avec les élèves voyageurs. Cette crainte se manifeste souvent par le refus d’intégrer les élèves dans les classes, les enseignants se trouvant eux-mêmes en difficulté face à des élèves dont ils ne savent que faire. Aussi faut-il absolument lever la confusion ou le raccourci presque évident entre les enfants du voyage et les élèves en difficulté ou en échec scolaire. L’enseignant-ressource, ou d’autres formes de ressources spécifiques, peuvent aider et permettre d’avoir une place dans les classes ordinaires. De même, les parents voyageurs peuvent être rassurés par cet enseignant-ressource qu’ils connaissent et dont ils sont sûrs qu’il ne « maltraitera » pas leurs enfants.

Des méthodes pédagogiques spécifiques ou génériques ?

Vaut-il mieux utiliser des outils spécifiques ou s’appuyer sur des outils ordinaires ?17 Ne risque-t-on pas une forme d’ethnicisation des pratiques alors qu’on tend à veiller à une plus grande intégration scolaire des élèves ? Toutefois, sans être systématisé, l’usage de méthodes spécifiques peut parfois avoir du sens et ne peut être totalement rejeté. D’un autre côté, il n’y a pas de méthode ou de document absolument neutre culturellement. On peut s’imaginer que l’idéal serait de créer des outils pédagogiques « ultra » ouverts, basés sur le principe de l’interculturalité, où toutes les communautés seraient représentées. Mais est-ce vraiment envisageable, réalisable voir nécessaire ? L’idéal ne serait il pas simplement de compter sur la capacité des enseignants et des formateurs de jongler, dans ces classes interculturelles, avec différents supports ? Il peut aussi être question de se pencher sur la notion d’éclectisme didactique développé par Christian Puren18.

De la même manière, dans le cadre des programmes, doit-on aborder cette question de façon spécifique ? Ou bien les Voyageurs ne constituent-ils que des sujets parmi d’autres ? On a la possibilité d’aborder les réalités sociales des Voyageurs, dans le cadre du programme d’éducation civique de cinquième (autour des notions d’égalité et de discrimination) ou en histoire en troisième (seconde guerre mondiale)19. Certaines familles ne veulent pas qu’on parle d’elles ni de leur identité, ni de leur parcours. Est-ce un signe de méconnaissance de leur propre culture pour certains ? La volonté de ne pas être stigmatisé, d’être perçus « comme tout le monde » pour d’autres ?

Les enfants du voyage s’inscrivent dans la société. Même s’il n’y a pas une forme d’adhérence à ce que la société porte ou réclame en retour, les enfants/élèves du voyage partagent aussi avec les autres enfants les mêmes références et pratiques culturelles. D’ailleurs, si les élèves n’attachent pas tous la même importance à leur identité, tous se retrouvent en revanche dans le fait qu’ils ne sont pas des Gadjés, qu’ils sont autres.

On retrouve cette difficulté  à se positionner ou à être identifié dans un collectif lorsque les élèves d’une classe ont posé des questions aux enfants du voyage de l’école, pour savoir qui ils étaient, comment ils vivaient, etc. Mais ces derniers ne comprenaient pas toujours les questions du type « comment vous lavez-vous ? ». Ils répondaient toujours « comme tout le monde ! ». Pour inverser et équilibrer les choses, il s’agit maintenant de donner la parole aux enfants du voyage pour qu’ils posent leurs questions aux autres élèves. Les réponses pourront être les mêmes ! Il importe aussi de faire prendre conscience aux élèves, à tous les élèves, qu’on peut appartenir aux yeux des autres à un groupe, sans le connaître et sans le savoir.

Quelques pistes a explorer

Les institutions doivent connaître les spécificités des enfants du voyage, comme une forme de reconnaissance (en ce sens le BOEN du 25 avril 2002 reconnaît les spécificité des enfants du voyage). Mais une reconnaissance de quoi ? De difficultés spécifiques ? Ou plus largement d’un mode de vie par certains aspects spécifiques ? ou encore d’une problématique particulière ? au-delà de la connaissance et de la reconnaissance, il s’agit de développer au sien de l’institution scolaire et parmi ses acteurs une vigilance à l’égard des publics en fragilité – et non pas d’un groupe ou d’une catégorie supposée. C’est une des questions fondamentales à laquelle nous devrions répondre clairement.

Les dispositifs en soit ne posent pas de problème. Ils peuvent être spécifiques, à conditions d’être temporaires et ouverts et de ne pas devenir des structures fermées. Les établissements (comme le Cned), les écoles ou classes spéciales rassemblant les enfants du voyage en leur sein peuvent en ce sens devenir discriminatoires. Ces dispositifs permettent aussi au droit commun de se déculpabiliser en externalisant un public dont on ne sait pas quoi faire. Il faudrait donc mesurer les effets de ces structures et en évaluer l’impact, dans le cadre de la prévention de l’illettrisme ou de l’insertion professionnelle par exemple. Il s’agit donc d’être vigilant aux biais induits par l’étiquetage institutionnel. Si on ne peut lutter contre cette catégorisation à l’œuvre, peut-on en limiter les effets ?

Les ressources utilisées ne doivent pas être exclusivement spécifiques : éclectisme, neutralité des ressources ?

Diversité des familles : interroger aussi les cultures familiales, les savoirs informels plus que des savoirs portés par une culture dont on a du mal a tracer les contours.

Les ressources utilisées devraient l’être aussi auprès de l’institution et de ses acteurs, soit à partir de la formation (mais c’est limité), soit dans le cadre des dispositifs spécifiques : mise à disposition d’outils qui montrent ce qu’est la vie du voyage, mais aussi les discriminations que les voyageurs rencontrent. A ce titre le film de la Halde sur les discriminations est un support très pertinent21.

Il existe aussi beaucoup de biais par lesquels on pourrait aborder des thèmes qui touchent la vie des Voyageurs auprès des élèves gadjé et voyageurs (en histoire, éducation civique, français, etc.) ou encore au thème du racisme (avec des outils comme le théâtre–forum…).

Eléments de synthèse et perspectives de réflexion

par Olivier Legros, Université  de Tours, Urba-Rom

Un avertissement tout de même au préalable : ce que je propose ici est un point de vue extérieur, même si je suis évidemment sensible aux questions de socialisation et d’ancrage relationnel/local en tant que géographe. De ces trois ateliers, je retiens trois idées principales.

Remise en question des catégories qui fondent l’action spécifique

Parmi les points récurrents dans les ateliers et les discussions, on retrouve :

  • autant de situations que de personnes, ce qui nous conduit à faire attention (institutions, enseignants et chercheurs) à ne pas ethniciser des questions qui sont d’abord de nature sociale ;
  • diversité des attentes, tant en ce qui concerne les enfants que les parents (atelier 2 : rôle primordial des positions et des stratégies des familles vis-à-vis de l’école), des possibilités d’ancrage local (l’ « esprit de mobilité » est souvent lié à des conditions de vie précaires : attention à ne pas donner une dimension culturelle à la précarité économique) ;
  • importance de l’accueil dans la réussite scolaire : une affaire de personnes plus que d’une institution, en outre pas une mais des écoles (atelier 1) ;
  • importance de l’ancrage relationnel dans la scolarisation : accueil mais aussi qualité des relations familles enseignants ; et ancrage local (inscription dans l’environnement social) ;
  • autrement dit, les connexions avec les sociétés locales sont la condition de la réussite scolaire (ou de la bonne intégration scolaire) ;

Ces différents points nous invitent à dé-catégoriser les politiques scolaires sans pour autant rejeter en bloc l’action spécifique car celle-ci a pu servir de ressource dans nombre de cas.

Une orientation à l’encontre des logiques institutionnelles

Celles-ci sont marquées par un ciblage de plus en plus fin et par un cloisonnement des publics. Cette sectorisation des publics s’accompagne de la mise en place de cadres et de procédures spécifiques, dont l’abondance et la multiplication actuelles remettent d’ailleurs en cause l’idée même de droit commun.

A ce sujet, les évolutions actuelles de l’institution scolaire (école à trois ou quatre vitesses !) invitent à penser que la déconstruction du mythe des spécificités des gens du voyage devrait s’accompagner de la révision d’un autre mythe, celui de l’école républicaine, « une et égalitaire », qui reste pourtant un référentiel majeur pour nombre d’entre nous : citoyens, enseignants et  autres acteurs de l’école.

Quelles leçons tirer concernant la réflexion au sujet de nouvelles « manières de scolariser », de nouveaux dispositifs ?

D’abord, les expériences de terrain montrent que la nature des dispositifs influe certes, mais de façon relative, sur les stratégies scolaires des familles voyageurs : école mobile, école ordinaire sont assimilables à des ressources que les familles vont mobiliser en fonction de leurs enjeux du moment, de leurs intérêts etc. On observe par exemple des voyageurs qui passent volontiers d’un système à l’autre en fonction des situations.

Ensuite, on peut chercher des convergences entre tous les acteurs (concernés, enseignants, institutions etc.), dans le but de réunir les conditions de la réussite scolaire :

  • intégrer l’accueil dans le projet d’établissement (concerne tous les enfants ; c’est bon pour tout le monde) ;
  • renforcer les connexions entre les familles, l’école et l’environnement social car l’ancrage relationnel est, comme cela a été dit plus haut, le gage d’une « bonne » scolarisation, assimilée comme réussie par les différents acteurs ;

Quelle est l’échelle pertinente pour agir et favoriser les synergies ? Le territoire d’intervention des enseignants, des formateurs etc. L’idée est sans doute de stabiliser des groupes ou des réseaux de partenaires (intégrant les parents et d’autres acteurs sociaux) dans une logique de coproduction de la réussite scolaire. C’est sans doute à ce prix que l’on peut espérer lever des blocages et faire « bouger des lignes », c’est-à-dire les regards que les uns posent sur les autres (et vice versa) avec toute la défiance que cela comporte dans bien des cas.

Pratiques et stratégies économiques des migrants roms en Europe occidentale

La journée 2 de l’atelier sur les « Pratiques et stratégies d’inclusion » a été organisée le 13 décembre 2010 de 14h à 17h au Laboratoire d’Anthropologie Urbaine (CNRS) à Ivry-Sur-Seine. Cette journée est organisée par le réseau Urba-Rom en partenariat avec l’UMR CITERES (Tours), l’UMR MIGRINTER (Poitiers) et le LAU (Ivry). Les organisateurs en sont Céline Bergeon (MIGRINTER, Poitiers) et Olivier Legros (CITERES, Tours),

Les migrants roms en situation précaire dans les villes d’Europe occidentale font l’objet de deux discours dominants. Le premier insiste sur les stratégies de survie fondées sur le recours à l’économie informelle, souvent qualifiée de « prédatrice » : activités de rue, mendicité et (petite) délinquance. Les « Roms migrants » sont fréquemment assimilés par les pouvoirs en place et par les médias, qui relaient la parole officielle, à des délinquants et/ou à des victimes de réseaux mafieux.  Le second discours insiste quant à lui sur la nécessaire prise en charge par les institutions de ces migrants, qui sont alors considérés comme des individus incapables de se prendre en charge, bref comme des « incompétents  d’office » cumulant les « handicaps sociaux » et nécessitant, par conséquent, une intervention globale, lourde et coûteuse. Cette dernière perspective préside habituellement à la mise en place des politiques locales, les « villages d’insertion » de la Seine-Saint-Denis par exemple, comme à celle des  politiques européennes (« Roma decade inclusion »).

Pourtant, l’observation des pratiques des migrants roms montre que ces derniers sont loin de rester passifs. Dans le domaine de l’habitat comme dans celui de l’économie, ils élaborent des stratégies qui, en définitive, peuvent s’avérer fructueuses Dans les domaines de la « biffe », à Paris, et du commerce itinérant (marchés) ailleurs, en Grèce par exemple, des groupes roms originaires d’Europe centrale ou des Balkans semblent s’imposer comme des acteurs majeurs du commerce local. Dans le même ordre d’idées, de nombreux témoignages concordent au sujet du développement des échanges transfrontaliers entre la Roumanie, la Bulgarie et les pays d’Europe occidentale. Aussi, les comportements économiques des Roms ne semblent pas vraiment différer de ceux de certains migrants du « Sud », qui comptent moins, en effet, sur l’emploi salarié que sur le dynamisme familial et communautaire pour assurer leur réussite économique (Tarrius, 2002).

C’est pourquoi nous proposons, lors de cette journée d’échanges d’analyser les stratégies et les pratiques des migrants roms, en les mettant en perspective avec les initiatives d’autres  populations immigrantes, en France ou ailleurs. Il s’agira, par exemple, de repérer des logiques récurrentes et d’identifier les réseaux mobilisés – s’agit-il de la famille et des parents (Williams, 1987) ? – d’étudier l’évolution des entrepreneurs-migrants, ainsi que les liens qu’ils entretiennent avec les pays d’origine, les sociétés d’accueil et les autres groupes de migrants.

Intervenants :

  • Yannick Lucas (chargé de mission auprès des Roms migrants à l’ASAV) : « Pratiques économiques dans le secteur de la biffe et réactions institutionnelles : le cas des Roms migrants en Seine-Saint-Denis »
  • Norah Bennarosh (LESC, Nanterre, Paris X) : « Stratégies économiques et projets d’ancrage résidentiel dans les villages d’origine : l’exemple des Roms de Montreuil »
  • Nedmedin Neziri  (URYD), Régis Guyon (CASNAV, Reims) : Pratiques et stratégies économiques des Roms d’ex-Yougoslavie dans les régions de Besançon et de Troyes

Discutants :

  • Bénédicte Florin (CITERES, Tours)
  • Bénédicte Michalon (ADES, Bordeaux, associée à MIGRINTER, Poitiers)

Cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’axe « Pratiques et logiques d’inclusion » du réseau Urba-Rom. Il se justifie aussi par la conjoncture, propice à la généralisation de deux discours ou systèmes interprétatifs qui assimilent les Roms, soit à des délinquants, soit à des victimes de l’histoire ou du système. Afin de sortir de ces approches stéréotypées, il s’agissait, dans le cadre de cet atelier, de réaliser une analyse des pratiques effectives des migrants roms, notamment dans le domaine économique à partir des trois études de cas suivantes.

Résumé  des interventions

Yannick Lucas (ESO Angers/UCL) : « Pratiques économiques dans le secteur de la biffe et réactions institutionnelles : le cas des Roms migrants en Seine-Saint-Denis » (résumé par YL) 

La persistance de la crise économique et sociale et les positionnements politiques français à l’égard du droit du travail vis-à-vis des nouveaux ressortissants communautaires ont conduit de nombreuses personnes roumaines d’origine Rom à vendre des marchandises dans l’espace public de manière illégale. Ces lieux de vente se caractérisent par un dynamisme assuré en partie par l’art du négoce des communautés en question. A Saint-Ouen, la régulation localisée et conjointe par différents acteurs institutionnels et associatifs d’un marché « sauvage », a suscité un processus de sélection des personnes. Ce « tri » se résorbe par la dispersion spatiale des personnes non retenues sur d’autres sites de vente illégaux comme à la Porte de Montreuil par exemple, où la politique répressive a été renforcée, ce qui a contribué, par la même occasion,  à accroitre la marginalité des personnes en question.

Intervention Yannick Lucas :

question :

Norah Bennarosh (LESC, Nanterre, Paris X) : « Stratégies économiques et projets d’ancrage résidentiel dans les villages d’origine : l’exemple des Roms roumains de Montreuil » (résumé N.B.) 

A Montreuil, une cinquantaine de familles roms originaires d’un petit réseau de villages de l’Ouest de la Roumanie s’est installée au début des années 2000. La communication porte principalement sur les investissements immobiliers qu’elles réalisent dans leurs villages d’origine. En s’appuyant sur les particularités de ce que certains chercheurs ont appelé l’ « économie tsigane », sur quelques notions de parenté propres à ce groupe et en particulier sur des enquêtes réalisées à Montreuil et dans les villages d’origine des migrants en Roumanie, on a tenté de montrer comment l’argent gagné à l’étranger est investi pour « nourrir » la sociabilité et l’identité Rom. Une approche économique centrée sur la production de l’habitat permet finalement de mettre au jour le continuum spatial et mental que les migrants en question créent entre leurs deux lieux d’attache, grâce aux circulations humaines, matérielles et financières.

Intervention Norah Bennarosh :

question :

Nedzmedin Neziri (URYD), Régis Guyon (CASNAV, Reims) : « Pratiques et stratégies économiques des Roms d’ex-Yougoslavie à Troyes » (résumé R.G.) 

L’émigration originaire du Kosovo présente à Troyes, qu’elle soit rom ou pas, existe depuis les années 1960. Avec les conflits des années 1990, les départs se sont multipliés et la guerre du Kosovo de 1999 a précipité les départs forcés et déclenché l’arrivée significative de familles roms. De fait, les Roms kosovars qui résident à Troyes sont des victimes de guerre. Beaucoup ont obtenu le statut de réfugié et leur situation administrative est généralement stabilisée. Mais qu’en est-il du point de vue économique ? Les formes d’intégration économique ne se limitent pas, loin de là, aux activités informelles ou à la prise en charge dans le cadre de l’assistance sociale. Le commerce est fréquent , les Roms ne se fournissant plus comme autrefois en Italie en ce qui concerne le textile, ou encore en Turquie ou en Pologne, mais en Ile-de-France et dans la région. Dans le même ordre d’idées, rares sont ceux qui possèdent des magasins, comme c’était le cas au Malaha-Mitrovica. En revanche, les commerçants roms sont très actifs sur les marchés de l’agglomération. L’activité salariée est évidemment représentée (Bâtiment, industrie, par ex. chocolaterie industrielle). Il est intéressant de de remarquer que, dans le premier cas (commerce), les Roms mobilisent les ressources préexistantes (relations, capital économique, compétences) pour construire de nouvelles stratégies économiques. Mais ce savoir-faire n’est pas partagé par tous, et on retrouve ainsi, à côté de familles bien insérées sur le plan économique, des familles en situation de grande marginalité. La régularisation administrative constitue donc un gage d’intégration, mais cela ne suffit pas à assurer l’insertion professionnelle et économique. C’est en tout cas ce que montre la grande diversité des trajectoires économiques des Roms kosovars installés dans la région de Troyes à partir des années 1990.

Intervention Nedzmedin Neziri :

questions :

Synthèse Bénédicte Michalon, Bénédicte Florin :

 

 

Synthèse des échanges (O. Legros) 

Comme cet atelier visait, au-delà des études de cas,  à identifier des convergences et des divergences dans les processus et les stratégies économiques des migrants, et à préciser les effets de contexte liés en particuliers à l’attitude des pouvoirs publics, deux chercheurs ont bien voulu, apporter un regard extérieur  au moment de la synthèse: Bénédicte Michalon (ADES, Bordeaux), qui travaille sur les migrations en Roumanie et en Moldavie, et Bénédicte Florin (CITERES, Tours), dont les recherches portent à la fois sur les mobilités résidentielles et sur la gestion urbaine au Caire.

Les études de cas, les discussions et les synthèses effectuées par B. Michalon et par B. Florin conduisent à quelques idées principales.

I. Diversité  et évolution des pratiques économiques

Les pratiques économiques ne se limitent pas à la délinquance et aux activités de rue comme la mendicité ou le lavage de pare-brises aux carrefours routiers. Les initiatives des migrants sont en effet nombreuses, y compris en ce qui concerne les activités de survie : travail non déclaré ; collecte de métaux recyclables ;  « biffe » ; aide à domicile, etc. En outre, les études de cas montrent que ces pratiques évoluent dans le temps. En région parisienne, la « biffe » est une activité relativement nouvelle chez les migrants roms qui  occupent désormais une place majeure dans ce secteur. A Troyes, les Roms kosovars installés depuis plusieurs années ont diversifié leurs activités : marchés, boutiques en dur, garages, etc. Certaines personnes et familles se caractérisent par la réussite de leur entreprise, dans le commerce mais pas seulement. Par exemple, certains migrants qui ont fait fortune en Europe de l’Ouest, ont investi dans des entreprises, voire dans des firmes industrielles dans leur pays d’origine. Bref, l’entreprenariat est une réalité chez les « Roms migrants » comme dans bien d’autres groupes sociaux.

II. Tactiques de survie et stratégies économiques : des frontières floues

Même si la « biffe » observée par Y. Lucas reste une activité de survie, les limites ne sont pas nettes entre tactiques de survie et stratégies économiques. N. Benarrosh montre bien que l’argent collecté en France par les Roms roumains installés à Montreuil sert à asseoir la position sociale des migrants en question dans leur village d’origine : la migration s’inscrit dans une dynamique de promotion, qui se donne à voir dans les régions d’origine. Cela contribue probablement à transformer les systèmes social et politique à l’échelle locale. A propos des Roms kosovars, la réussite économique dépend des circuits formels et aussi des circuits informels de l’économie. Au bout du compte, les tactiques et les stratégies des migrants roms ont de nombreux points communs avec celles d’autres « communautés migrantes » : la famille est l’unité de base des stratégies économiques ; les migrants font preuve de compétences pratiques, langagières, symboliques ; leur adaptabilité est grande ; les migrants jouent sur les deux registres de l’économie formelle et de l’économie informelle, qui sont indissociablement liés. Une divergence cependant : le faible degré d’organisation des tactiques de survie alors que les stratégies économiques s’inscrivent dans des schémas plus complexes, car dépassant le cadre de la famille pour concerner d’autres groupes apparentés ou extérieurs à la communauté de référence et s’inscrivant dans des réseaux économiques étendus. Ce qui rappelle les pratiques en réseau des migrants du Sud observées par A. Tarrius, ainsi que celles d’autres migrants d’Europe centrale et orientale (commerce à la valise, tourisme marchant, petits commerce, etc…), qui ont été étudiées par par Mirjana Morokvasic, Yulian Konstantinov, Endre Sík, Claire Wallace en ce qui concerne l’Europe centrale.

III. La diversité  des schémas migratoires

Manifestement, les Roms roumains observés par N. Benarrosh et par Y. Lucas s’installent rarement de manière définitive dans les villes d’accueil : partir de son pays ne signifie pas couper les liens sociaux et identitaires ; au contraire, pour nombre de migrants, les enjeux familiaux/communautaires se situent aussi bien « là-bas » qu’ « ici ». Et ce d’autant plus que la situation administrative et géographique permet des allers-retours aisés et pour certains, incessants. En définitive, ce sont plutôt les Roms kosovars qui sont dans un schéma migratoire, ou plutôt d’exil, qui devient « classique » à cause de l’impossibilité du retour, ce qui les conduit à tout reconstruire dans la région d’accueil.

IV. L’influence des contextes institutionnels sur les pratiques économiques

Enfin, les politiques institutionnelles jouent un rôle majeur dans la structuration des pratiques économiques. Y. Lucas montre bien comment l’installation du carré de la biffe a stimulé et fait évolué les pratiques des « Roms biffins ». L’intégration d’une partie des candidats à la « biffe officielle » s’accompagne de l’exclusion des autres, rejetés plus loin à la périphérie ou sur les autres marchés informels. En terme d’action publique, ce sont alors les contrôles policiers sur la voie publique qui déterminent les pratiques des exclus du carré de la biffe. Le témoignage apporté par  N. Neziri est plus édifiant encore. Les premiers Roms kosovars sont arrivés, comme bien d’autres Yougoslaves dans le cadre de l’accord CEE-Yougoslavie sur l’immigration de travailleurs spécialisés. Naturalisés, ces personnes travaillent encore comme ouvriers dans l’industrie. Les années 2000 ont vu apparaître à Troyes, de nombreux réfugiés kosovars, parmi lesquels des Roms une fois de plus. Une fois leur situation régularisée, ces derniers se sont lancés dans de nombreuses activités, à commencer par le commerce (marchés, épiceries, etc.), adoptant, bien souvent, un comportement d’entrepreneur (cf. témoignage R. Guyon). Arrivés plus récemment, d’autres Roms kosovars sont en situation irrégulière. Ils recourent aux tactiques observées en région parisienne chez les Roms roumains (mendicité, etc.) pour assurer leur survie au quotidien. Ce qui invite en dernier lieu à souligner le rôle primordial de l’obtention de titres de séjour et de travail dans le passage des tactiques de survie aux stratégies d’intégration économique. Il va sans dire cependant que la réussite économique ne signifie en rien une « intégration à la française », qui tend progressivement à l’assimilation sociale et culturelle et s’inscrit, pour cette raison, dans les conceptions plus habituelles  ou classiques du schéma migratoire.

Fabrique et Usage Para-ethnique du Droit

Ce second atelier daté du 13 Septembre 2010 avait pour objectif d’approcher des tactiques juridiques que met en place l’Administration pour agir en direction de groupes assimilés aux Roms/ Tsiganes. Pour analyser ce « travail administratif », nous avons interrogé différentes formes de catégorisation juridique, l’invention de catégories in situ, et les processus d’identification ethnique par les agents administratifs à travers quelques exemples concrets.

Résumé des communications

Wolfgang Göderle, ?Note sur le traitement statistique des Roms/tsiganes dans l’Empire austro-hongrois

Dans sa moitié autrichienne, l’Empire Habsbourgien n’effectuait aucune catégorisation ethnique officielle des Roms/Tsiganes. Cependant certains groupes souffraient de discriminations correspondant à certaines pratiques sociales : les personnes sans domicile reconnu, les vagabonds et différents groupes professionnels furent perçus comme des Tsiganes (et ensuite comme criminelle), et différentes lois et décrets ciblaient l’expulsion de ce groupe de la région centrale de l’Empire austro-hongrois.

Grégoire Cousin,? La qualification de menace grave de trouble à l’ordre public

L’ordre Public est  un motif légal d’éloigner un ressortissant communautaire. En droit communautaire,  cette catégorie juridique a une acception stricte, toutefois les  administrations préfectorales en font une application large. Après avoir montré comment la transposition en droit Français a élargi le spectre de la qualification, nous étudierons le rôle que tient le juge administratif dans son contrôle des qualifications.

Céline Gabarro : La construction de la catégorie Rom/Roumain par l’Assurance maladie : une catégorie ethnique aux contours flous ?

Nous nous intéresserons ici à la façon dont les agents de l’Assurance maladie vont appliquer une loi visant l’ensemble des ressortissants européens spécifiquement à l’encontre des ressortissants roumains. Nous analyserons la manière dont ils ont retranscrit cette loi au sein de leur réglementation interne, puis la façon dont elle a été interprétée et appliquée par les différents agents des Caisses. Nous verrons ainsi se dessiner, à travers les pratiques et discours de ces agents, une catégorie opérante, ethniquement définie mais aux contours flous : les Roms/Roumains.

Francesca Mariani : Le législateur italien à la recherche des Roms

Le débat politique italien s’est tendu ces dernières années sur la délinquance (supposée) des Roms. Afin de répondre à ce problème public le législateur a utilisé des catégories juridiques en principe sans fondement ethnique.  Deux exemples sont présentés : la catégorie nomade dans les ordonnances « Campi nomadi » de 2008 et de la condition sanitaire dans la loi 94-2009 sur la domiciliation.

Synthèse des échanges

I. Le rôle primordial des contextes dans la détermination des processus de catégorisation

Nous avons tout d’abord mis en lumière le rôle primordial des contextes dans la détermination des processus de catégorisation.

Ainsi la construction des Etats modernes fait apparaître la nécessité de se compter ou de ne pas se compter en fonction d’enjeux géopolitiques. Au sein de l’Empire Austro-hongrois,  la partie hongroise avait intérêt politiquement de compter les différentes minorités, afin de montrer l’importance numérique des Hongrois, en Hongrie. Au contraire les Autrichiens préféraient ne pas se compter ayant conscience du risque d’être minoritaire sur leur propre territoire. Ce cadre général explique que la catégorie Zigeuner fut utilisée dans la partie Hongroise mais pas dans la partie Autrichienne. De même la politique anti-nomade italienne est un sujet périphérique du conflit entre les élus locaux et le pouvoir central.

La présence de contrepouvoirs,   les associations mais surtout le juge administratif font partis de ce contexte. Ainsi le choix politique d’éloigner les Roms roumains sera motivé par  la menace de trouble à l’ordre public plutôt que  l’absence de ressources suffisantes afin d’éviter l’action en justice.

La  culture de résultat a modifié  le rapport des agents administratifs à la norme. Les objectifs, internes au sein de différentes administrations (accélération du traitement au guichet, les objectifs chiffrés d’éloignement)  concurrencent les règles juridiques quant au choix de la qualification de la situation qu’affronte l’agent administratif.

II. La banalité des processus de catégorisation

Tout en étant identifiable dans le cas des populations dites roms/tsiganes les processus de catégorisation décrits sont banals.

  1. La catégorie administrative trouve sa justification en amont : dans un discours scientifique, dans des considérations économiques, La norme juridique légitime les processus symboliques,  (les Roms Roumains sont par essence une menace à l’ordre public). Francesca a décrit l’entreprise de justification des mesures nationales par « l’urgence » local auquel seraient confrontés les maires italiens.
    La fabrique bureaucratique des catégories fait suite  à une commande à un moment donné : le zigeuner Katalog et le recensement, la charge déraisonnable et l’ordre public, la résidence local en Italie. Toutefois il n’y a pas d’équivalence exacte entre la commande et la catégorie forgée. Le cadre juridique, le processus complexe  d’expérimentation, reprise par cadres nationaux et essai de généralisation  participe à modeler la catégorie.
  2. La transmission des ordres et des instructions  hiérarchiques est importante mais ne doit pas être surestimé par rapport à la relative autonomie des agents administratifs intermédiaires dans le choix des catégories.
    Une catégorie qui marche (qui permet d’atteindre les objectifs, limite le travail administratif, n’est pas annulée par le juge) peut devenir routinière. Cette routine peut être facilitée par certaines cultures professionnelles comme le manque de formation juridique des agents  ou encore l’apprentissage informelle  de but  moraux comme « la lutte contre la Fraude ».  Au contraire cette routinisation peut rencontrer des résistances au nom de la morale et des cultures professionnelles  comme celle des juges administratifs face  au développement d’un contentieux de masse.

Une catégorie modifie les frontières de l’économie morale des agents, elle devient évidente. Le maintien de la catégorie passera via des allers-retours avec la hiérarchie  qui aménagent après coup les catégories, précisent les distinctions et par conséquent les publics. L’existence de ressortissants  britanniques ayant recours aux aides sociales a ainsi été évoquée par Céline, en effet l’Administration a adapté la norme afin qu’ils ne soient pas concernés par la limitation d’accès à la CMU, à l’inverse certains responsables ont justifié le caractère non ethnique des éloignements de ressortissants communautaire par le fait que ces mêmes Britanniques pouvaient faire l’objet d’une mesure d’éloignement. Une action administrative routinière est évidente, sans être nécessairement légale. Ainsi la préfecture de police de Paris  distribuait des OQTF aux mendiants roumains durant toute l’année 2009. Le ministre de l’immigration propose durant l’été 2010 d’introduire cette mesure dans le droit Français et don de donner un fondement légal à posteriori (Lochack).

III. Irruption de nouvelles figures ou catégories

 

A coté de la permanence du travail administratif nous avons pu identifier l’irruption de nouvelles figures. Des catégories non administratives sont retravaillées pour être intégré au processus administratif de catégorisation. Ces catégories ne se comprennent que dans un contexte donné : les nomades, en Italie, les Roms, en France. Nous avons pu voir apparaître des figures  émergentes, fruit des processus de catégorisation à l’œuvre dans l’action publique en cours :

  • Le Bulgare mauvais patient
  • Le  Rom / Roumain

Dans les différentes situations  la catégorie se construit par l’association d’une association catégorie « ethnique » avec condition sociale. Il y a une telle équivalence entre rom/tsigane et pauvre qu’au début du XXe dans le Royaume hongrois, il n’y avait pas de différentiation entre la catégorie ethnique et la condition sociale défavorisée.

Il serait intéressant de voir quelles sont les valeurs ou anti-valeurs mobilisées dans chaque cas, et de voir comment elles sont assemblées (sans perdre de vue le point de vue des acteurs qui portent les discours : le Rom d’Hortefeux n’est pas le Rom de Romeurope). D’une certaine manière Rom, une figure très actuelle du paria urbain ? qui concentrerait tous les signes de la déviance dans les sociétés urbaines ?

Ces dernières remarques invitent à s’interroger sur le caractère para-ethnique ou ethnique des catégories en question. Ce caractère est souvent dénoncé par les associations et les institutions internationales ces derniers temps (en Italie en 2008, en France l’été dernier). Toutefois si la dimension ethnique des catégories Romroumain, zigeuner, nomadi… est difficilement contestable, cela vaut-il pour les politiques, même celles qui visent directement des groupes dits Roms ?

La  réponse est  complexe car ces politiques répressives visent les Roms en situation irrégulière, précaire, dans les marges associant une fois de plus appartenance ethnique des publics visés et condition sociale. Ce qui confirme par ailleurs l’idée que le Rom et une nouvelle figure des parias urbains plus qu’une ethnie ou un groupe visé (les roms qui ne sont pas en situation précaire ne sont pas visés par ces politiques). Dès lors que l’Administration peut s’appuyer sur un élément non ethnique (la pauvreté, l’occupation illégale), pour distinguer deux situations il est difficile de démontrer devant une juridiction l’intentionnalité de la discrimination ethnique.

IV. Catégorisation administrative et fabrique des identités individuelles et collectives

Quel impact cette catégorisation administrative à sur la fabrique des identités ? Sans avoir été frontalement abordé cette question est un sujet majeur. Comment les personnes ont-elles vécu le fait d’être classé « tsigane » en Hongrie au début du siècle?  et « Nomade » en Italie ? Y a t-il maintenant une identité Rom / Roumain différente de celle des Roms de Roumanie ? Plusieurs travaux récents ont montré qu’il fallait tenir compte de la migration dans la construction de soi pour aborder l’identité des migrants Roms. Ces travaux n’ont par contre pas abordé l’influence du traitement administratif des migrants sur cette identité.

Les classifications autrichiennes XIXe, début du XXe furent à la base de l’entreprise de génocide et peut-être aussi, côté hongrois, de la construction de la minorité rom comme acteur politique . En ce sens le travail décrit par Wolfgang a radicalement changé l’Histoire de ces communautés. De même que la loi de 1912 obligeant les nomades circulant sur le territoire français à faire viser un carnet anthropologique a probablement modifié le rapport à la mobilité des communautés étrangères circulant sur le territoire français, le mouvement pendulaire forcé que crée les politiques d’éloignement peut- elle inscrire durablement des familles dans une identité « nomade » ?

Les working papers peuvent être retrouvés dans centre de ressources en ligne.