Les Roms viennent aux heures de pause des patrouilles

UN MARCHAND DE JOURNAUX des Champs-Elysées (VIIIe)

 Le Parisien Ch.B. | Publié le 21.06.2012, 08h38
<br />
champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. </p>
<p>

champs-élysées (VIIIe), hier. L’arrêté antimendicité pris en septembre 2011 pour le secteur n’a pas changé la vie de l’avenue mais aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers », confie un marchand de journaux. | (LP/Ch.B.)

Le gérant de cette brasserie avec vue sur l’Arc de Triomphe (VIIIe) en rit encore. « Il y a une dizaine de jours, on a vu des dizaines de policiers habillés en Robocop venir courser les vendeurs à la sauvette et les mendiants. Les touristes n’ont rien compris! Mais les flics ont beau mettre les moyens, ils reviennent toujours. » Le restaurateur s’y est habitué.

A quelques pas de sa porte, près du rond-point de l’Etoile, deux femmes en fichu marchent de touriste en touriste, un papier froissé à la main. La courte lettre demande en anglais quelques pièces, pour nourrir les enfants.

L’arrêté antimendicité, pris en septembre 2011 sur les Champs-Elysée, n’a pas changé la vie de l’avenue. Mais il aurait tout de même produit quelques effets. « On voit plus de policiers, confie ainsi le marchand de journaux. Ce qui a changé, ce sont les horaires : les Roms se sont adaptés. Ils viennent aux heures de pause des patrouilles, entre midi et deux, et en fin de journée. »

Une vingtaine de jeunes arrivent le matin

Quelques kilomètres plus loin, dans le quartier du Louvre (Ier), les riverains racontent la même histoire. « Tous les matins, une vingtaine de jeunes se retrouvent au métro et vont quadriller le secteur », observe un habitant. Devant lui, comme tous les jours, un groupe de jeunes femmes rigolardes arpente la rue de Rivoli, pétitions en faveur des sourds-muets en main. « Les touristes se font souvent alléger de leur portefeuillependant qu’ils signent. Et, sur les tables de terrasses, ce sont les téléphones portables qui disparaissent », détaille Ranko, un plombier habitué du Café du Musée. La semaine dernière, un groupe de très jeunes ados a volé le téléphone d’une cliente à l’intérieur de l’établissement. « On leur a couru après… mais celui qu’on a réussi à rattraper n’avait rien sur lui », conclut Ranko. Alors, faute de pouvoir rattraper les voleurs, les serveurs se sont mis à la prévention. « On rappelle toujours aux gens de ne rien laisser traîner. C’est le seul moyen d’être tranquille. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *